Libro Secondo | Livre deux

L’Opera Nova d’Achille Marozzo est très certainement un des traités d’escrime les plus connus et des plus influents du 16ème siècle. Imprimé pour la première fois en 1536 à Modène, il fut ensuite réimprimé à plusieurs reprises jusqu’au début du 17ème siècle.
Cette œuvre, écrite par un maître d’armes à destination d’un de ses élèves, nous plonge au cœur de l’escrime de la tradition bolonaise. Au travers de cinq livres, Marozzo présente l’utilisation d’armes différentes, telles que l’épée seule ou accompagnée d’une bocle, d’une cape ou d’une rondache, ainsi que l’épée à deux mains, la dague et les armes d’hast. Les techniques décrites pour ces armes sont abordées pour une utilisation dans différents contextes tels que l’escrime de salle, le duel ou la self-défense. On retrouve également un certain nombre de conseils pédagogiques à destination d’un potentiel futur enseignant de l’art des armes.
Aurélien Calonne vous propose ici la traduction du premier livre de cette œuvre, laquelle traite de ces conseils ainsi que du combat à l’épée et à la petite bocle. Abordé principalement à travers d’assauts et destiné principalement à une escrime de salle, Marozzo nous présente ici les fondations de son art qui sont ensuite appliquées aux autres armes et contextes dans le reste de son œuvre.

 

Note : vous trouverez une traduction plus à jour de l’épée poignard et de l’épée seule sur le site nimico.org :

Marozzo – Livre 2 – épée et poignard

Marozzo – Livre 2 – épée seule

NDT : il s’agit ici d’une première version de la traduction, beaucoup de choses ont été revues et corrigées depuis que cela soit au niveau de la traduction comme de la grammaire. Cette traduction est considérée comme obsolète. N’hésitez pas à nous contacter par ce formulaire pour obtenir une version plus à jour. Nous la laissons néanmoins disponible car elle pourrait servir de base de travail à certaines personnes

Libro Secondo – Livre deux

Nel quale se tratta de abbattimenti de arme da filo, variate l’una da l’altra. Dans lequel est traité les combats avec les armes affûtées, variant de l’une à l’autre.
Cap. 36. Che dinota spada e pugnale. Questo si è uno abattimento molto perfetto per fare a cortellate, cioè spada e pugnale bolognese; sicchè nota, tu che vorrai insegnare ad altri, che in l’arte de fare a cortellate non se può fare più che li feriri naturali, cioè mandritto e roverso & stocata, ma più te dico ch’el si può fare molti altri feriti, ma generalmente quasi ogn’huomo tira così. Hora nota che ho stracorso de fantasia bona & hogli messe quelle cose che a me hanno parse più breve & più utile per uno che havesse a combattere, sicchè nota per regola vera. Chap. 36. Qui montre l’épée avec le poignard.Ceci est un combat bien parfait pour s’escrimer, c’est à dire l’épée et le poignard bolonais. Donc note, toi qui voudras enseigner à d’autres que l’art de s’escrimer ne peut se faire autrement qu’avec des attaques naturels : c’est à dire mandritto, et riverso, et stocata. Mais en plus je te dis qu’il se peut se faire beaucoup d’autre attaques, mais généralement tous les hommes tirent ainsi. Maintenant, note que j’ai couru la bonne imagination et j’ai mis ces choses qui m’ont parues les plus brèves & plus utiles pour celui qui doit combattre, donc note pour règle véritable.
Cap. 37. Della prima parte essendo tu agente e ‘l nemico paciente. In prima tu lo farai assettare con el piè manco innanci e ‘l pugnale serà in la man manca a porta di ferro stretta e in la man dritta li serà la spada in coda longa e alta, con le braccie sue ben distese e attilate. Hora nota, per sempre mai se l’è possibile: in prima voglio che tu el lassi tirare prima a lui, ma se lui non volesse tirare prima di te, voglio che tu tenga questo ordine, cioè tirali tu uno falso per la man della spada sua o del pugnale de sotto in suso, pure restando tu con el piè manco inanci & uno piede cazzi l’altro; a questo modo per forza lui converrà tirare per testa o per gamba, ma proponiamo che lui te tirasse per gamba de uno mandritto: a questo mandritto tu li metterai el filo dritto del pugnale, cioè volterai la ponta del ditto pugnale verso terra & lì parerai el mandritto del nimico & a uno tempo solo tu passerai della gamba dritta gran passo verso le sue parti stanche e in questo passare tu li darai de uno mandritto per gamba, el quale mandritto andarà in porta di ferro larga e ‘l pugnale tuo andarà in guardia de testa; & se all’hora el tuo nemico te tirasse de uno mandritto o uno roverso per testa o stoccata, a cadauna di queste botte voglio che tu gli urti de falso de sotto in suso in la spada sua, con uno mandritto per gamba, con il piè dritto crescendo, in tal tirare, un poco inanci e defatto tu li tirerai de uno roverso, fugendo il piè dritto uno gran passo dedrieto del manco, el quale roverso andarà per il braccio della spada del nimico e allhora el pugnale tornarà in porta di ferro & la tua spada serà in coda longa & alta. A questo modo tu serai tornato in quella medesima guardia de prima e lì aspetterai un’altra volta che lui te tire. Chap. 37. La première partie où tu es agent et l’ennemi patient.Premièrement tu le feras s’arranger avec le pied gauche devant et le poignard sera dans la main gauche en porta di ferro stretta et l’épée sera dans la main droite en coda longa e alta avec les bras bien tendus et impeccables. Maintenant note, une fois pour toute si il est possible : en premier je veux que tu le laisses tirer. Mais s’il ne veux pas tirer en premier, je veux que tu tiennes cet ordre : c’est à dire que tu lui tires un falso à sa main d’épée ou de son poignard de bas en haut, restant bien avec le pied gauche devant et un pied chasse l’autre. De cette façon à force il acceptera d’attaquer à la tête ou aux jambes. Mais supposons qu’il te tire un mandritto à la jambe, tu mettras le droit fil du poignard dans ce mandritto : c’est à dire que tu tourneras la pointe de celui-ci vers le sol et là tu pareras le mandritto de l’ennemi. Et dans un seul temps, tu passeras de la jambe droite d’un grand pas vers son côté gauche et dans ce pas tu lui donneras un mandritto à la jambe, lequel ira en porta di ferro larga, et ton poignard lui ira en guardia di testa. Et alors si ton ennemi te tire un mandritto ou un riverso à la tête ou une stoccata, dans chacune de ces bottes je veux que tu frappes un falso de bas en haut dans son épée, avec un mandritto à la jambe, avec le pied droit avançant, dans ce coup, un peu devant. Et cela fait, tu lui tireras un riverso, fuyant le pied droit d’un grand pas derrière le gauche et ce riverso ira au bras d’épée de l’ennemi et alors le poignard tournera en porta di ferro et ton épée sera en coda longa & alta. De cette façon tu seras retourné dans la même garde qu’au début, et là tu attendras une nouvelle fois qu’il te tire.
Cap. 38. Della seconda parte essendo tu patiente e ‘l nemico agente. Essendo rimaso con la spada tua in coda longa & alta e ‘l pugnale tuo come di sopra te dissi e ‘l tuo nemico te tirasse uno mandritto per testa, tu butterai el piè dritto forte inanci e parerai con la spada tua quella botta e del pugnale tu li cacierai una ponta per li fianchi, e quando tu torrai ditto parado, fa’ che la man della tua spada sia ben distesa & la ponta guardarà verso terra; & per tuo reparo tu tirerai de uno mandritto fendente, con la tua gamba dritta fuggendo de drieto a la manca, per modo che la spada tua serà calata in cinghiara porta di ferro e ‘l tuo pugnale serà in guardia di testa; & se in tale stare el tuo nemico te tirasse de botta alcuna, da alto o da basso, tu crescerai del piè dritto inverso alle parte stanche de lo inimico & sì urtarai de uno falso in la botta sua & sì li darai de uno roverso per gamba; & a uno tempo medesimo per tuo areparo tu tirerai uno falso dritto de sotto in suso, fugendo del tuo piè dritto in drieto, per le man sue, in modo che tu farai una mezza volta de pugno con tutte e due le man e la tua spada serà in coda longa & alta e ‘l pugnale tuo serà a porta di ferro alta & lì starai con le tue braccie ben distese. Chap. 38. De la seconde partie étant patient et l’ennemi agent.Étant resté avec ton épée en coda longa & alta et ton poignard comme je te disais ci dessus et ton ennemi te tire un mandritto à la tête. Tu jetteras le pied droit fortement devant et tu pareras cette botte avec ton épée, et avec ton poignard tu lui chasseras un ponta aux flancs, et quand tu prendras cette parade, fais que ta main d’épée soit bien tendue et la pointe regardera vers la terre. Et pour te couvrir tu tireras un mandritto fendente, avec ta jambe droite fuyant derrière la gauche, de sorte que ton épée tombe en cinghiara porta di ferro et ton poignard sera en guardia di testa. Et si étant dans cette garde ton ennemi te tire une botte quelconque, en bas ou en haut, tu avanceras du pied droit devant vers le coté gauche de l’ennemi & alors tu frapperas un falso dans sa botte et alors tu lui donneras un riverso à la jambe. Et dans un même temps pour te couvrir tu tireras un falso dritto de bas en haut à ses mains, fuyant le pied droit en arrière, de sorte que tu feras une mezza volta de pugno avec tes deux mains, et ton épée sera en coda longa & alta et ton poignard sera en porta di ferro alta, et là tu resteras avec tes bras bien tendus.
Cap. 39. Della tertia parte: regula per fare uscire el nimico. Essendo tu con la spada tua arimaso in coda longa e alta e ‘l pugnale tuo in porta di ferro, de qui io voglio che tu attasti el tuo nemico con una stoccadella per farlo trarre. Ma preponiamo che lui non volesse tirare de botta alcuna, all’hora tu butterai il piè dritto inverso alle sue parte stanche & sì li tirerai uno falso dritto de sotto in suso per la man del pugnale suo, per modo che la spada tua resterà in coda longa e stretta e ‘l tuo pugnale serà in guardia de testa; allhora se ‘l tuo nemico te tirasse de uno mandritto, over roverso, per testa o per gamba, over d’una stoccata per faccia, a tutte queste botte tu gli tirerai de uno mandritto traversato, con la gamba dritta fugendo in drieto per traverso, per modo che la spada tua serà calata in cinghiara porta di ferro stretta e ‘l tuo pugnale serà in guardia di testa; & se all’hora el tuo nemico te rispondesse de botta alcuna, tu passerai del piè dritto inanzi e sì urterai del falso de sotto in suso in la botta che lui tirarà, con uno mandritto segato che se fermerà a porta di ferro stretta e ‘l pugnale tuo anderà in guardia di testa, con le tue braccie distese per lo dritto del nemico; e qui te fermerai in questa guardia. Chap. 39. La troisième partie : règle pour faire sortir (aller à l’extérieur) l’ennemi.Étant avec ton épée resté en coda longa e alta et avec ton poignard en porta di ferro, de là je veux que tu testes ton ennemi avec une stoccadella pour le faire tirer. Mais supposons que celui-ci ne veuille tirer aucune botte. Alors tu jetteras le pied droit vers son coté gauche et alors tu lui tireras un falso dritto de bas en en haut à sa main de poignard, de sorte que ton épée restera en coda longa e stretta et que ton poignard sera en guardia de testa. Alors si ton ennemi te tire un mandritto ou un riverso, à la tête ou à la jambe, ou une stocata au visage, dans chacun de ces bottes tu lui tireras un mandritto traversato, avec la jambe droite fuyant derrière à travers, de sorte que ton épée sera tombée en cinghiara porta di ferro stretta et ton poignard sera en guardia di testa. Et si alors ton ennemi te répond par une botte quelconque, tu passeras du pied droit devant et alors tu frapperas le falso de bas en haut dans le coup qu’il tirera, avec d’un mandritto taillant qui s’arrêtera en porta di ferra stretta et ton poignard ira en guardia di testa, avec tes bras tendus vers la droite de l’ennemi, et là tu t’arrêteras dans cette garde. XXX
Cap. 40. Quarta parte: modo da fare tirare el nemico. Tu sai che int’ella tertia parte precedente tu sei con la spada rimaso in porta di ferro stretta e ‘l tuo pugnale in guardia di testa, ma de qui voglio che tu usi questo termine, cioè tu farai che uno piè caccierà l’altro, massime il manco cacierà el dritto inanzi, tuttavia urtando de falso e segare de dritto o per gamba o per braccie o per faccia; e questo si domanda elza e tira, per modo che facendo tu questo, lui convegnirà per forza trare qualche botta, o da basso o da alto; però poniamo che lui traga da alto d’un fendente o d’un mandritto tondo per faza o d’un mandritto sgualembrato: accadauno di questi mandritti tu butterai il piè dritto un poco inverso alle sue parte dritte e in tal buttare tu parerai la botta sua in guardia di faccia con la ponta della spada tua per lo dritto della faccia del tuo nemico; in tal tempo medesimo tu passerai del manco & sì li darai de uno mandritto con el pugnale e d’uno roverso con la spada, per modo che la tua spada accalarà in coda longa e distesa e la gamba manca serà inante e ‘l tuo pugnale si fermerà in porta de ferro alta ben polito e galante. E qui te fermerai con l’occhio fisso a tutte e due le mani del sopraditto tuo inimico, perchè l’è di bisogno che in l’altra parte che tu lo stringe forte, accio chè lui sia : sforcciato a usite de ponta o mandritto o imbroccata, sicchè attende bene. Chap. 40. Quatrième partie : la façon de faire tirer l’ennemiTu sais que dans la troisième partie qui précède tu es resté avec l’épée en porta di ferro stretta et le poignard en guardia di testa. Mais de là je veux que tu utilises cette finition : c’est à dire tu feras qu’un pied chassera l’autre, généralement le gauche chassera le droit devant, tout en choquant du falso et taillant un mandritto à la jambe ou aux bras ou au visage, et cela se dénomme ‘elza e tira’, de sorte que faisant cela, tu le convaincras à force de tirer un coup quelconque, soit d’en bas soit d’en haut. Mais supposons qu’il te tire d’en haut un fendente ou mandritto tondo au visage ou un mandritto sgualembrato, dans chacun de ces mandritti tu jetteras le pied droit un peu vers son coté droit et dans ce pas tu pareras son coup en guardia di faccia avec la pointe de ton épée vers la droite du visage de ton ennemi. En même temps tu passeras le pied gauche et alors là tu lui donneras un mandritto avec le poignard et un riverso avec l’épée, de sorte que ton épée tombera en coda longa e distesa et la jambe gauche devant et ton poignard s’arrêtera en porta di ferro alta bien policé et galamment. Et là tu t’arrêteras avec les yeux fixés aux mains de ton ennemi, parce qu’il est nécessaire dans l’autre partie que tu le serres fortement, de sorte qu’il soit forcé d’utiliser la ponta ou mandritto ou l’ imbroccata, alors bien attendu.
Cap. 41. Della quinta parte: per dare tedio al nemico. Hora essendo rimaso in la quarta parte con la spada tua in coda longa e distesa e ‘l tuo pugnale in porta di ferro stretta, adonque gli è di bisogno che tu tenghi questo ordine, cioè andarlo attastando de uno falso per la mano del pugnale o della spada, e lui, per l’attedio che tu gli darai, el serà forza che lui te tire, e sappi che quando tu tirarai tal falso, el piè dritto caccierà el manco, sicchè, tenendo tu tale ordine, el serà sforciato annessere di qualche cosa. Ora, annessendo lui contra di te de mandritto per gamba o per testa, o stocata, in tal tempo che lui tirarà tu butterai el piè dritto inverso alle parte stanche del tuo nemico e sì li tirerai de uno falso traversato de sotto in suso per le braccie o per le mane, con uno roverso voltato per de sopra in fogia de molinello & la tua gamba manca seguirà la dritta per de drieto e lì t’assetterai in coda longa e stretta, con la tua spada, ma con el tuo pugnale tu anderai in guardia di testa & lì t’attillerai polito con le tue braccie & gambe galante. Chap. 41. La cinquième partie : pour donner de l’ennui à l’ennemi.Maintenant, étant resté dans la quatrième partie avec ton épée en coda longa e distesa et ton poignard en porta di ferro stretta. Donc il est nécessaire que tu suives cette ordre : c’est à dire allant tester avec un falso à la main de poignard ou d’épée, et lui, à cause de cela, il sera forcé de t’attaquer. Et sache que quand tu tireras ce falso, le pied droit chassera le gauche, de sorte que suivant de tel ordres, il sera forcé d’être dans cette cause. Maintenant, lui te contrant avec un mandritto à la jambe ou à la tête, ou une stocata, dans le temps où il tirera tu jetteras le pied droit vers le coté ouvert de ton ennemi et alors tu lui tireras un falso traversato de bas en haut aux bras ou aux mains, suivie d’un riverso tournant par dessus à la façon d’un molinello, et ta jambe gauche suivra la droite par derrière, et là tu t’arrangeras en coda longa e stretta avec ton épée, mais avec ton poignard tu iras en guardia di testa & là tu l’attendras policée avec les bras et les jambes galantes.
Cap. 42. Della sesta parte, essendo ti agente.Adonque essendo in la quinta parte con la spada rimaso in coda longa e stretta, ma con el pugnale in guardia di testa, de qui voglio che tu li tiri de uno mezo mandritto per la man del suo pugnale, e questo facio perchè il tuo nimico te traga; ma guarda ben che tirandote lui per testa, tu crescerai quattro o sei dita del tuo piè dritto inverso alle sue parte dritte & sì li darai d’uno roverso int’ella sua gamba dritta & parerai la botta sua con el tuo pugnale & per tuo reparo tu butterai il piè dritto de drieto del manco, tirandoli in tal buttare una stoccata per faccia sotto el tuo pugnale, per modo che tu andarai con la spada in coda longa & alta & el tuo pugnale andarà in porta di ferro stretta e ‘l tuo piè manco serà inanci & lì t’assettarai ben polito. Chap. 42. La sixième partie, étant agent.Donc étant resté dans la cinquième partie avec l’épée en coda longa e stretta, mais en guardia di testa avec le poignard, de là je veux que tu lui tires un mezo mandritto à sa main de poignard, et cela est fait pour que ton ennemi t’attaque. Mais regarde bien que lui tirant à la tête, tu avanceras de quatre ou six doigts ton pied droit vers son coté droit & alors tu lui donneras un riverso dans sa jambe droite & tu pareras son coup avec ton poignard. Et pour te couvrir tu jetteras le pied droit derrière le pied gauche, tirant dans ce pas une stocata au visage par dessus ton poignard, de sorte que tu iras avec l’épée en coda longa & alta et ton poignard ira en porta di ferro stretta, et ton pied gauche sera devant, et tu t’arrangeras bien policé.
Cap. 43. Che tratta della settima parte: del passeggiare. Hora guarda bene che int’ella sesta parte, se ben tu t’arecordi, tu rimanesti con la spada in coda longa & el tuo pugnale in porta de ferro stretta & de qui adonque tu starai attento, spettando el tuo nemico che te tire de uno mandritto per testa overo per gamba; ma prima diremo se lui te tirasse per testa el detto mandritto: tragandote lui tal mandritto tu el pararai in su el dritto filo del pugnale tuo e in tal parare tu butterai el piè dritto forte inverso alle parte manche del nimico & sì li darai de una ponta ferma per li fianchi, o vorrai darli d’uno mezzo mandritto per le gambe; ma guarda ben se tu spingerai la ponta, bisogna per tuo reparo che tu traghi un roverso tramazon fugito con la tua tua gamba dritta de drieto dalla manca & el ditto roverso tu el tirerai in atto de molinello, el quale andarà per defora della tua gamba dritta & la tua spada non passarà coda longa & alta e ‘l pugnale tuo anderà in porta di ferro stretta. Chap. 43. Qui traite de la septième partie : les déplacements.Maintenant, regarde bien que dans la sixième partie, si tu te souviens bien, tu es resté avec l’épée en coda longa & ton poignard en porta di ferro stretta, et de là donc tu resteras attentif, attendant que ton ennemi te tire un mandritto à la tête ou à la jambe. Mais en premier, disons que si lui te tire ce mandritto à la tête. Celui-ci te tirant ce mandritto, tu le pareras sur le vrai tranchant de ton poignard et dans cette parade tu jetteras le pied droit fortement vers le coté gauche de l’ennemi, et alors tu lui donneras un ponta de pied ferme au flanc, ou alors tu donnes un mandritto aux jambes. Mais regardes bien que si tu tires une ponta, il est nécessaire pour te couvrir que tu tires un riverso tramazon fuyant avec ta jambe droite derrière la gauche & ce riverso tu le tireras à la façon d’un molinello, lequel ira par l’extérieur de ta jambe droite & ton épée ne dépassera pas coda longa & alta et le poignard sera en porta di ferro stretta.
Cap. 44. Che parla della ottava partita: per offesa e per diffesa. Hora nota che se tu tirasse el mandritto per gamba, l’è di bisogno che per tuo reparo tu traghi uno roverso fuggendo el tuo piè dritto, el quale roverso tu el tirerai per el tuo lato manco, cioè tu el caverai de sotto alla tua lasina manca, e questo se dimanda uno roverso sgualembrato; & guarda che la tua spada non passi coda longa e alta e ‘l tuo pugnale resterà a porta di ferro stretta con le tue braccie & gambe ben polito. Chap. 44. Qui parle de la huitième partie : pour offenser et pour défendre.Maintenant, note que si tu tires un mandritto à la jambe, il est nécessaire que pour te couvrir tu tires un riverso fuyant le pied droit, et ce riverso tu le tireras par ton coté gauche : c’est à dire que tu l’obtiendras par en dessous ta « lasina » gauche, et cela se dénomme un riverso sgualembrato. Et regarde que ton épée ne dépasse pas coda longa & alta et ton poignard restera en porta di ferro stretta avec tes bras & jambes bien policés.
Cap. 45. Della nona parte che dice essendo tu patiente contra al mandritto.Se bene tu te arecordi, tu rimanesti con el pugnale a porta di ferro stretta, ma con la spada in coda longa & alta, come di sopra dissi; ma s’el tuo nimico te tirasse el mandritto per la tua gamba manca, questo mandritto voglio che tu sappi ch’el se può parare in pur’assai modi, li quali modi tu li vederai. In prima tu lo puoi parare con el dritto filo del pugnale, voltandolo in fora della gamba manca con una megia volta de pugno; anchora tu lo puoi parare con el falso senza fare volta alcuna & in questi tal parati tu puoi passare del tuo piè dritto inanci & spingere de ponta, o voi trare de mandritto per testa, o voi per gamba. Et ancora a questi tali mandritti tu puoi tirare uno mandritto traversato per el braccio della spada sua, fuggiendo, in trare de tale mandritto, il piè dritto de drieto dal manco un poco per traverso, per modo che la tua spada acalarà in cinghiarà porta di ferro stretta e ‘l pugnale tuo serà in guardia di testa; et sappi che a tutti questi parati e feriti per tuo reparo bisogna che tu tiri duoi o tre passi in drieto e farai una megia volta de pugno e sì te assetterai con la spada in coda longa et alta e ‘l tuo pugnale serà a porta di ferro stretta e lì aspetterai el tuo nimico che te tire pure per gamba, perchè qui te voglio dare un altro parato, differentiato da questi di sopra; hora nota. Chap. 45. La neuvième partie qui dit étant patient contre le mandritto.Si tu as bien retenu, tu es resté avec le poignard en porta di ferro stretta, mais avec l’épée en coda longa & alta, comme j’ai dis ci-dessus. Mais si ton ennemi te tire un mandritto à la jambe gauche, je veux que tu saches que ce mandritto peut se parer aussi d’autre façons, lesquelles tu verras. En premier tu peux le parer avec le vrai tranchant du poignard, le tournant à l’extérieur ta jambe gauche avec un megia volta du poing. Encore tu peux le parer avec le falso sans faire aucune volte & dans ces parades tu peux passer ton pied droit devant & pousser une ponta, ou alors tirer un mandritto à la tête ou alors à la jambe. Et encore dans ces mandritti, tu peux tirer un mandritto traversato à son bras d’épée, fuyant, en tirant ce mandritto, le pied droit derrière le gauche un peu de travers, de sorte que ton épée tombera en cinghiara porta di ferro strette et ton poignard sera en guardia di testa. Et sache que pour toutes ces parades et attaques, pour te couvrir il est nécessaire que tu tires deux à trois pas derrière et tu feras une megia volta de pugno et alors tu te t’arrangeras avec l’épée en coda longa e alta et ton poignard sera en porta di ferro stretta et là tu attendras que ton ennemi te tire aussi à la jambe, parce que là je veux te donner une autre parade, différente de celles ci-dessus, maintenant note.
Cap. 46. El quale tratta del contrario a uno che te tirasse uno mandritto per gamba.Hora guarda che essendo in la detta guardia com’io te dissi in la quarta parte, tu starai attento, perchè volendo lui tirare el ditto mandritto per gamba voglio che tu el pari in questi duoi modi: sappi che quando lui tirerà el mandritto tu li metterai il falso della spada tua sotto el suo mandritto & sì li segherai d’uno roverso per la cosia dritta e ‘l tuo pugnale anderà in guardia di testa e per tuo riparo tu tirerai d’uno falso de sotto in suso, fuggendo del tuo piè dritto in drieto & lì t’assetterai come di sopra dissi in l’ottava parte. Chap. 46. Lequel traite du contre sur quelqu’un qui te tire un mandritto à la jambe.Maintenant regarde qu’étant dans cette garde comme je te disais dans la quatrième partie, tu resteras attentif, parce que lui voulant tirer ce mandritto à la jambe, je veux que tu le pares de ces deux façons. Sache que quand il te tirera le mandritto, tu mettras le falso de ton épée sous son mandritto, & alors tu lui tailleras un riverso à la cuisse droite et ton poignard ira en guardia di testa. Et pour te couvrir, tu tireras un falso de bas en haut, fuyant ton pied droit derrière & là tu t’arrangeras comme je disais ci dessus dans la huitième partie.
Cap. 47. Che dinota essendo tu patiente contra al mandritto. A questo medesimo mandritto per gamba ch’el nimico tirarà, voglio che tu lmetti el falso della spada tua in nella sua, cioè il filo dritto, & in uno medesimo mettere de falso tu li metterai d’uno fendente per testa con il piè dritto passando inanci, per modo che la spada tua calarà a porta di ferro stretta e ‘l tuo pugnale se andarà in guardia di testa; e per tuo reparo tu butterai il piè dritto de drieto al manco, cacciando una punta all’insuso per la faccia per de sotto dal tuo pugnale e lì tu farai una meggia volta di pugno & sì t’assetterai in coda longa & alta con la tua spada & con el tuo pugnale tu t’assetterai a porta di ferro alta e lì aspettarai el tuo nimico che te tire de roverso per testa o per gamba, ben polito & galante. Chap. 47. Qui te décrit étant patient contre le mandritto.À ce même mandritto à la jambe que l’ennemi te tirera, je veux que tu mettes le falso de ton épée dans la sienne : c’est à dire le vrai tranchant, et en même temps que tu mettras le falso, tu mettras un fendente à la tête avec le pied droit passant devant, de façon que ton épée tombera en porta di ferro stretta et ton poignard ira en guardia di testa. Et pour te couvrir, tu jetteras le pied droit derrière le gauche, chassant un ponta vers le haut au visage par dessous ton poignard et là tu feras une megia volta di pugno et alors tu t’arrangeras en coda longa & alta avec ton épée et en porta di ferro alta avec ton poignard, et là tu attendras que ton ennemi te tire un riverso à la tête ou à la jambe, bien policé et galamment.
Cap. 48. Del modo che s’ha da tenere contr’al roverso.Hora guarda che essendo con la spada in coda longa e alta & con el pugnale a porta di ferro alta come di sopra dissi in la nona parte, di qui l’è da considerare che s’el tuo nimico te tirasse d’uno roverso per testa o per gamba, a questo roverso habbia il cuore, ch’io voglio che in quel tempo che lui tirerà el ditto suo roverso tu tirerai il piè manco appresso del dritto et lì lassarai passare il suo roverso; & passato el ditto roverso ch’el non ti possa nocere, all’hora tu crescerai forte del piè dritto inanci e sì li tirerai a lui d’un altro roverso per le gambe et la tua spada non passarà guardia de coda longa e stretta e ‘l tuo pugnale andarà in guardia di testa; et per tuo reparo tu li tirerai una stocata, fugiendo de tuo piè dritto de drieto del manco, per desotto del tuo pugnale, che anderà per la faccia del tuo nimico, in modo che tu tornerai in la guardia come di sopra t’amaestrai, cioè con el tuo piè manco inanzi & la tua spada e pugnale a modo usato & lì te assettarai polito con le tue braccie e gambe quanto sia possibile. Chap. 48. De la façon qui doit être tenu contre le riverso.Maintenant regarde qu’étant avec ton épée en coda longa & alta & avec le poignard en porta di ferro alta comme je te le disais ci dessus dans la neuvième partie. De là considérons que ton ennemi te tire un riverso à la tête ou à la jambe, et ce riverso ayant du cœur. Je veux que dans le temps où il tirera ce riverso, que tu tires le pied gauche près du droit et là tu laisseras passer son riverso. Et ce riverso étant passé sans faire de mal, alors tu avanceras fortement le droit devant et lui tireras un autre riverso à la jambe et ton épée né dépassera pas guardia de coda longa e stretta et ton poignard ira en guardia di testa. Et pour te couvrir,fuyant ton pied droit derrière le gauche, tu lui tireras une stocata par dessous ton poignard qui ira dans la face de ton ennemi de sorte que tu tourneras dans la garde comme j’ai montré ci-dessus : c’est à dire avec le pied gauche devant et ton épée et ton poignard de façon habituelle & là tu t’arrangeras poliment avec tes bras et jambes autant qu’il est possible.
Cap. 49. Del modo de far uscire el nimico. E sappi che essendo in coda longa & alta con il piè manco inanci, come di sopra dissi, de qui tu starai polito e strengerai el tuo nimico per questa maniera: cioè tu gli tirarai de falso di sotto in suso con la spada tua, per modo che per forza lui tirarà de roverso per testa o per gamba. Sappi che a questi roversi tu li parerai con el dritto filo del pugnale tuo, massime voltando la ponta del ditto in verso terra, cioè dal lato dentro della persona tua & parato che tu haverai el ditto suo roverso, tu butterai el piè dritto inanci, in verso alle sue parte stanche e sì li darai de uno altro roverso sgualembrato a lui per testa, che calarà per le gambe e braccie sue, per modo che la tua spada calarà in coda longa e distesa e ‘l pugnale tuo anderà in guardia di testa; e per tuo areparo tu tirerai de uno falso o vorrai de una stocata, fuggendo con el piè dritto de drieto al manco, per modo che tu tornerai con la spada e ‘l tuo pugnale come di sopra dissi, bene assettato. Chap. 49. De la façon de faire sortir ton ennemi.Et sache qu’étant en coda longa & alta avec le pied gauche devant, comme je le disais ci-dessus, de là tu attendras policé et tu t’opposeras à ton ennemi de cette manière : c’est à dire tu lui tireras un falso de bas en haut avec ton épée, de sorte qu’à force il tirera un riverso à la tête ou à la jambe. Sache que ces riversi tu les pareras avec le vrai tranchant de ton poignard, généralement en tournant la pointe de celui-ci vers la terre, c’est à dire vers le coté intérieur de ta personne. Et ayant paré son riverso, tu jetteras le pied droit devant vers son coté ouvert et alors tu lui donneras un autre riverso sgualembrato à sa tête, qui tombera à ses jambes et ses bras, de sorte que ton épée tombera en coda longa e distesa et ton poignard ira en guardia di testa. Et pour te couvrir, tu tireras un falso ou alors une stocata, fuyant le pied droit derrière le gauche, de sorte que tu tourneras l’épée et le poignard je disais ci-dessus, bien arrangé.
Cap. 50. Dell’ultima parte de spada e pugnale, essendo tu patiente contra a uno che te tirasse un falso per la man del tuo pugnale. Essendo tu in coda longa & alta con il piè manco inanci e ‘l pugnale tuo fusse a porta di ferro e la tua spada fusse come di sopra ho detto, de lì tu starai accorto perchè s’el tuo nimico te tresse de uno falso per la man del pugnale, voglio che tu faci una megia volta di pugno all’ingioso, per modo ch’el tuo pugnale andarà in coda longa e stretta e lì parerai el falso con el dritto filo di detto pugnale e in tal parare tu crescerai del piè dritto inanci, sì gli cacierai de una ponta ferma de sotto in suso per il petto o vorrai dargli d’un meggio mandritto per la gamba che lui haverà inanci; e per tuo reparo tu te tirerai duoi o tre passi in drieto e sì te assettarai in coda longa & alta con le tue braccie e gambe ben polite & il pugnale in porta di ferro stretta. Chap. 50. De la dernière partie de l’épée et poignard, étant patient contre un qui te tire un falso à ta main de poignard.Étant en coda longa & alta avec le pied gauche devant et ton poignard étant en porta di ferro, et ton épée étant comme je te disais ci-dessus. De là tu resteras attentif parce que si ton ennemi te tire un falso à la main de poignard, je veux que tu fasses un megia volta di pugno vers le bas, de sorte que ton poignard ira en coda longa e stretta et là tu pareras le falso avec le vrai tranchant de ce poignard. Et dans cette parade tu avanceras le pied droit devant, alors tu lui chasseras une ponta de pied ferme de bas en haut à la poitrine ou alors tu donnes un meggio mandritto à la jambe qu’il aura devant. Et pour te couvrir tu te retireras de deux ou trois pas en arrière et alors tu t’arrangeras en coda longa & alta avec tes bras et les jambes bien policés et le poignard en porta di ferro stretta.
Cap. 51. Sopra documento di tre o quattro passi.Sappi che in questi luoghi li quali te faccio tirare tre o quattro passi in drieto, io lo faccio perchè dagando tu una cortellata al tuo nemico, lui soffriria che tu gliene dessi un’altra per possere in quella furia dartene una a te, ma se tu te tirarai questi passi sopradetti in drieto gli calerà la collera e non venirà così bestialmente. Sicchè, pertanto, non te dismenticare. Chap. 51. Cela documente les trois ou quatre pas.Sache que dans ces endroits dans lesquels je te fais tirer trois ou quatre pas vers l’arrière, je le fais parce que donnant un coup à ton ennemi, lui il endurera que tu lui en a donne un autre pour pouvoir dans cette furie en donner un à toi. Mais si tu tireras ces pas ci-dessus en arrière il lui tombera la colère et il ne viendra pas ainsi bestialement. Alors, en conséquence, tu ne l’oubliera pas.
Cap. 52. El quale parla del modo che debbe tenere uno combattendo de pugnale solo da persona a persona.Hora sappi ch’io te componerò uno combattere de pugnale solo, che serà una cosa molto utile e breve, massime per colui che havesse a elegere l’armi e darotti el modo, se uno fosse più forte de l’altro, de venire alle prese. Sicchè nota e non ti dismenticare. Chap. 52. Lequel parle de la façon de tenir un combat avec le poignard seul en un contre un.Maintenant, sache que je te montre un combat du poignard seul, qui sera un chose bien utile et brève, surtout pour celui qui a élu l’arme et a donné cette façon, si l’un est plus fort que l’autre pour venir aux prises. Donc note et n’oublie pas.
Cap. 53. Della prima parte di pugnal solo.In prima tu te assetterai con il piè dritto inanci in coda longa e stretta e il piè manco aconciato apresso del dritto & mai non movendo l’ochio de la man del pugnale del nimico, per modo che de prima tu li darai de una ponta int’el discoperto dal suo guanto, dal lato di dentro della man dritta sua, se lui l’haverà, e se non l’haverà tanto peggio per lui; & voltarai con quella ponta uno megio mandritto per quello medesimo modo & il tuo pugnale serà in porta di ferro alta; allhora, tragandote el tuo nemico per testa, tu butterai il piè dritto un poco inverso alle sue parte dritte e torrai in tal passare la botta sua int’el dritto del pugnale in guardia de intrare & in tal parato medesimo tu butterai il piè manco forte inverso alle sue parte dritte & sì li pigliarai con la tua mano manca el suo braccio dritto per defora, per modo che tu gli potrai dare d’uno roverso per la testa o vorrai d’una ponta innel petto; ma guarda che ancora lui non te tresse la mano sua manca al braccio del pugnale tuo; e fatto che tu haverai questo tu te tirerai quattro o cinque passi indrieto & sì t’assettarai pure come di sopra dissi. Chap. 53. De la première partie du poignard seul.En premier tu t’arrangeras avec le pied droit devant en coda longa e stretta et le pied gauche amené près du droit & sans jamais lâcher les yeux la main de poignard de ton ennemi. De sorte qu’en premier tu lui donneras une ponta dans l’ouverture de son gant au coté intérieur de sa main droite, si il en a un, et si il n’en a pas tant pis pour lui. Et tu tourneras cette ponta en megio mandritto de la même façon et ton poignard sera en porta di ferro alta. Alors, ton ennemi te tirant à la tête, tu jetteras le pied droit un peu vers son coté droit et tu prendras (tore = togliere) dans ce pas son coup dans le vrai tranchant du poignard en guardia de intrare. Et dans cette même parade, tu jetteras le pied gauche fortement vers son coté droit & alors tu lui prendras son bras droit par l’extérieur avec ta main gauche, de sorte que tu pourras lui donner un riverso à la tête ou alors une ponta à la poitrine. Mais regarde qu’encore lui ne te tire pas sa main gauche à ton bras de poignard. Et ayant fait cela, tu te retireras de quatre ou cinq pas derrière et alors tu t’arrangeras ainsi comme dis ci-dessus.
Cap. 54. Della seconda parte di pugnal solo. Essendo in coda longa e stretta e ‘l tuo nimico ti tresse d’una ponta al pugno del pugnale, in trare di detta ponta tu alcierai la mano tua a l’insuso tanto che passi la ponta sua e a un tempo medesimo tu gli darai d’uno roverso traversato de sopra del suo braccio del pugnale; et se lui te tresse de mandritto per testa, tu el parerai con el filo dritto del pugnale & sì gli darai d’uno fendente in la testa; & farai una meggia volta di pugno & sì t’assettarai pure in coda longa e stretta, ben polito, tenendo l’ordine de prima. Chap. 54. La seconde partie du poignard seul.Étant en coda longa e stretta et ton ennemi te tire une ponta au poing du poignard, dans ce coup de pointe, tu lèveras ta main vers le haut de sorte que passe sa ponta et dans un même temps tu lui donneras un riverso traversato au dessus de son bras de poignard. Et s’il te tire un mandritto à la tête, tu le pareras avec le vrai tranchant du poignard et alors tu lui donneras un fendente à la tête, et tu feras un meggia volta di pugno et alors tu t’arrangeras ainsi en coda longa e stretta, bien policée, suivant l’ordre du début.
Cap. 55. Della tertia parte: del patiente. Essendo rimaso in coda longa e stretta con el pugnale, voglio che tu lo strengi a modo usato, cioè ch’el piè manco cazzi el dritto, pure non movendo mai l’occhio dalla man dritta del nimico, perchè se lui te tresse d’uno mandritto o roverso per gamba, voglio che a tali mandritti tu tiri un poco la gamba a te, tanto che lui non ti possa offendere, dapoi presto tu butterai il detto piè dritto inanci & sì li darai d’uno roverso per la faccia; & tratto che tu haverai il detto roverso, tu te tirerai quattro o cinque passi indrieto & sì t’assetterai in coda longa e stretta ben polito quanto sia possibile e guarda sempremai alla man sopradetta. Chap. 55. La troisième partie : l’agent.Étant resté en coda longa stretta avec le poignard, je veux que tu t’opposes (strengere = stringere) à lui de façon habituelle: c’est à dire que le pied gauche chasse le droit. Aussi sans jamais quitter des yeux la main droite de l’ennemi, parce que si lui te tire un mandritto ou riverso à la jambe, je veux que dans ce mandritto tu tires un peu la jambe à toi, de sorte qu’il ne puisse t’offenser, ensuite aussitôt tu jetteras le pied droit devant & alors tu lui donneras un riverso au visage, et ayant fait ce riverso, tu te retireras de quatre ou cinq pas derrière & alors tu t’arrangeras en coda longa stretta bien policé autant que possible et tu regardes toujours la main de celui-ci.
Cap. 56. Della quarta parte: tu serai patiente contra al mandritto. Essendo rimaso in coda longa e stretta e ‘l tuo nemico te tresse d’uno mandritto per testa, a questo mandritto tu butterai il piè manco inverso alle parte dritte del tuo nimico, per modo che in tal passare tu metterai el dritto filo del pugnale tuo innel mandritto che lui tirarà e, a un tempo medesimo che tu farai tal parato, tu butterai la tua man manca dentro dal suo braccio sopradetto e sì li darai d’una storta in fora, per modo che tu li darai d’una ponta innel petto; ma dubito fortemente che per la passione che tu gli darai, ch’el non convenga abbandonare el pugnale o che lui te volterà le spalle. Ma guarda bene che che quando tu farai tal presa gli è di bisogno che tu metta la man manca per desotto dal pugnale tuo. Ma lassato che tu haverai el tuo nimico tu te tirerai quattro o cinque passi indrieto e t’assetterai pure in coda longa e stretta ben polito & galante. Chap. 56. La quatrième partie : tu seras patient contre le mandritto.Étant resté en coda longa e stretta et ton ennemi te tire un mandritto à la tête, dans ce mandritto, tu jetteras le pied gauche vers le coté droit de ton ennemi, de sorte que dans ce pas tu mettras le vrai tranchant de ton poignard dans le mandritto qu’il te tirera, et en même temps que tu fais cette parade, tu jetteras ta main gauche à l’intérieur du bras de celui-ci et alors tu lui feras une torsion à l’extérieur, de sorte que tu lui donneras une ponta dans la poitrine. Mais doutant fortement que par la passion que tu lui donneras, qu’il ne vienne pas à abandonner le poignard ou qu’il ne te tourne les épaules. Mais regarde bien que quand tu feras cette prise il est nécessaire que tu mettes la main gauche par dessous ton poignard. Mais ayant fatigué (?) ton ennemi, tu te retireras de quatre ou cinq pas derrière et t’arrangeras ainsi en coda longa e stretta bien policé et galamment.
Cap. 57. Della quinta et ultima parte: del patiente contra la ponta. Hora nota che essendo rimaso in coda longa e stretta e ‘l tuo nimico te cacciasse d’una ponta de sotto in suso con el pugnale suo, voglio che in uno medesimo tempo tu gli dia d’uno meggio roverso desopra del suo braccio dritto, con una ponta roversa per il petto a uno medesimo tempo, non movendo nè piè nè gambe; e fatto che tu haverai tali due botte tu te tirerai quattro o cinque passi indrieto e sì t’assetterai come di sopra te mostrai. Chap. 57. De la cinquième et dernière partie : le patient contre la ponta.Maintenant note qu’étant resté en coda longa e stretta et ton ennemi te chasse une ponta de bas en haut avec son poignard, je veux que dans un même temps tu lui donnes un meggio riverso par dessus son bras droit, avec une ponta riversa à la poitrine en même temps, sans bouger ni les pieds ni les jambes. Et ayant tirer ces deux coups, tu te retireras de quatre ou cinq pas derrière et alors tu t’arrangeras comme je te montrais ci-dessus.
Cap. 58. Dell’abbatimento di pugnale e cappa.Io ti componerò uno abbatimento di pugnale e cappa molto singularissimo per uno che havesse in lizza da combattere, overo ch’el se abbatesse in uno caso a cacciare mano al pugnale senza spada, massime da pugnale e cappa in sul braccio. Ma guarda bene che gli è di bisogno che tu tenga sempre l’occhio alla man del pugnale del compagno, perchè come le arme sono più corte, voglio che tu sappi che le sono più pericolose. Chap. 58. Du combat au poignard et à la cape.Je te montre un combat du poignard et cape bien singulier pour celui qui doit combattre en lice, ou alors qu’il combatte dans une situation de tirer la main de poignard sans épée, généralement du poignard et de la cape sur le bras. Mais regarde bien qu’il est besoin que tu gardes toujours les yeux à la main de poignard du compagnon, parce que comme les armes sont plus courtes, je veux tu saches qu’elles sont plus périlleuses.
Cap. 59. Della prima parte de pugnale e cappa.Sappi che essendo con el pugnale in mano e con la cappa, tu te metterai in coda longa e stretta ben polito & la tua cappa tu la tenerai bassa, acciocch’el tuo nimico te tire per testa de uno fendente o vorrai mandritto tondo; de qui voglio che tu staghi accorto, sempre guardandogli alla man del pugnale suo, come innel principio ti ho detto, perchè quando lui alciarà il braccio per darte in su la testa del fendente o mandritto tondo, in tal tempo che lui alciarà el ditto braccio tu butterai il piè manco tuo forte uno gran passo inanci, inverso a le sue parte dritte & sì li metterai la cappa tua sotto el suo braccio sopradetto, e in tal mettere tu gli caccierai una ponta roversa sotto alla sua lasina dritta; e fa’ che quando tu farai tal botta, ch’el piè dritto vada forte de drieto al manco; e per tuo reparo tu te tirerai tre o quattro passi indrieto & sì t’assetterai pure in questa medesima guardia, come di sopra t’amaestrai, pure con il piè dritto inanci, con el braccio del pugnale tuo ben disteso per lo dritto del tuo nemico & la tua cappa distesa, per modo ch’el tuo nimico, quasi se possibile, non ti veda la mane dal tuo pugnale; e vallo stringendo forte inanci dal lato, massime che uno piè cazzi l’altro. Chap. 59. De la première partie du poignard et de la cape.Sache qu’étant avec le poignard en main et avec la cape, tu te mettras en coda longa e stretta bien policé et tu tiendras ta cape basse, de sorte que ton ennemi te tire à la tête un fendente ou alors un mandritto tondo. De là je veux que tu restes attentif, toujours regardant sa main de poignard, comme je t’ai dis dans le principe, pour que quand lui lèvera le bras pour attaquer à la tête du fendente ou du mandritto tondo, dans ce temps où lui lèvera ce bras tu jetteras ton pied gauche fortement en gran passo devant, vers son coté droit et alors tu lui mettras ta cape sous son bras, et dans ce mouvement tu donneras une ponta riversa en bas à son aisselle droite. Et fait que quand tu donneras ce coup que le pied droit aille fortement derrière le gauche. Et pour te couvrir, tu te retireras de trois ou quatre pas en arrière et alors tu t’arrangeras aussi dans cette même garde, comme je t’ai montré ci dessus, bien avec le pied droit devant, avec ton bras de poignard bien tendu vers la droite de ton ennemi et ta cape étendu, de sorte que ton ennemi, autant qu’il est possible, ne vois pas ta main de poignard, et va en le pressant fortement devant ce coté, principalement que un pied chasse l’autre.
Cap. 60. Della seconda parte dello agente. Essendo in coda longa e stretta e ‘l tuo nimico fusse come tu, io voglio che tu passi d’uno gran passo dal tuo piè manco per de fora dalla sua gamba dritta e in tal passare tu gli caccierai la cappa tua innel braccio del pugnale del nimico, per modo che lui non potrà movere el ditto suo braccio; e tu all’hora gli darai d’una ponta o vorrai de roverso per lo collo e, per tuo reparo, tu te tirerai duoi o tre passi indrieto e sì t’assettarai in questa guardia medesima, come di sopra te dissi. Chap. 60. La seconde partie de l’agent.Étant en coda lunga stretta et ton ennemi étant comme toi, je veux que tu passes en gran passo ton pied gauche à l’extérieur de sa jambe droite et dans ce pas tu lui chasseras ta cape dans son bras de poignard, de sorte que lui ne puisse bouger son bras. Et toi alors tu lui donneras un ponta ou alors un riverso au cou, et pour te couvrir, tu te retireras de deux ou trois pas en arrière et alors tu t’arrangeras dans cette même garde comme je te le disais ci-dessus.
Cap. 61. Della tertia parte, e tratta del patiente.Hora essendo rimaso in la seconda parte in coda longa e stretta, voglio che tu cali abasso la cappa tua, per modo ch’el tuo nimico habbia cagione di tirare alle bande da alto, sia fendente o ponta o dritto tondo, pure che lui tire di sopra. Hora guarda che l’è di bisogno a stare attento, chè quando lui tirerà le ditte botte, come te dissi, in quell tirare che lui farà tu gli darai d’uno meggio mandritto dentro dal braccio dal pugnale suo, non movendo nè piè nè gambe, salvo ch’el tuo piè manco andarà de drieto al drito; e de lì tu butterai el piè dritto de drieto al manco facendo una megia volta de pugno et sarai andato in coda longa & alta, cioè tu serai con el tuo piè manco inanci, e lì starai con le tue braccia e gambe ben polite.

 

Chap. 61. La troisième partie, qui traite de l’agent.Maintenant, étant resté dans la seconde partie en coda longa stretta, je veux que tu tombes ta cape en bas, de sorte que ton ennemi ai l’occasion de tirer à la partie haute, un fendente ou une ponta ou un dritto tondo, ainsi qu’il tire au dessus. Maintenant note qu’il est nécessaire que tu restes attentif, que quand il te tireras ce coup, comme je te le disais, dans ce coup qu’il te fera tu lui donneras un meggio mandritto à l’intérieur de son bras de poignard, sans bouger ni les pieds ni les jambes. Sauf que ton pied gauche ira derrière le droit et de là tu jetteras le pied droit derrière le gauche faisant une megia volta de pugno et tu seras allé en coda longa alta : c’est à dire que tu seras avec ton pied gauche devant, et là tu resteras avec tes bras et jambes bien policés.
Cap. 62. Della quarta parte, e parla del patiente contra alla ponta. Essendo rimaso in la terza parte in coda longa & alta, voglio che tu dia el fianco manco discoperto al tuo nimico, cioè spingendo la tua cappa in dentro, inverso alle tue parte dritte: e questo faccio perchè el tuo nimico abbia cagione di tirarte a quell discoperto; sicchè habbi el cuore che se lui te cacciasse una ponta del suo piè dritto per la faccia o de sotto in suso per gli fianchi, questa ponta tu la urterai forte in fuora con la cappa, per modo che tu gli darai d’uno roverso traversato per la faccia insieme; & sappi che quando tu urterai la detta ponta, in dare el detto roverso tu passerai del tuo piè dritto forte inanci & la tua gamba manca seguirà la dritta per de drieto, e fatto che tu haverai questo tu te tirerai tre o quattro passi indrieto & sì t’assetterai in coda longa e stretta ben polito. Chap. 62. La quatrième partie, qui parle du patient contre la pointe.Étant resté dans la troisième partie en coda longa alta, je veux que tu donnes à ton ennemi une ouverture à ton flanc gauche : c’est à dire poussant ta cape vers l’intérieur, vers ton coté droit, de cette façon pour que ton ennemi ait une occasion de tirer dans cette ouverture. Sache qu’ayant le cœur que si lui te tire une ponta de son pied droit au visage ou de bas en haut à ce flanc, cette ponta tu la choqueras fortement vers l’extérieur avec la cape, de façon que tu lui donneras un riverso traversato au visage ensemble. Et sache que quand tu choqueras cette ponta, en donnant ce riverso tu passeras ton pied droit fortement devant et ta jambe gauche suivra la droite par derrière, et ayant fait cela tu te retireras de trois ou quatre pas en arrière et alors tu t’arrangeras en coda longa stretta bien policé.
Cap. 63. Che tratta della quinta & ultima parte del pugnale e cappa. Essendo rimaso in coda longa e stretta e ‘l tuo nemico fusse in quella medesima guardia, overo in un’altra, sia come si voglia, io voglio che tu tenghi questo ordine, sempre di tenergli attaccato el pugno o il braccio dal pugnale, con ponte & meggi mandritti e roversi, che non passino mai guardia de coda longa e stretta o porta di ferro alta, sempre stringiendolo, che uno piè cazzi l’altro & sempre il piè dritto inanci: e se così farai el non potrà mai fare botta che te possa nocere; sicchè non ti desmenticare a tenere questa via perchè, tragando lui botta alcuna, io te ho dato tutti gli remedij di ciò che lui te può fare e però tu starai avvertito che lui non te gabasse in conto alcuno, a ben che tenendo tu questo ordine el non te può gabbare. Chap. 63. Qui traite de la cinquième et dernière partie du poignard et de la cape.Étant resté en coda longa stretta et ton ennemi étant dans cette même garde, ou alors une autre, comme il veut. Je veux que tu tiennes cette règle, toujours de le tenir attaquant le poignard ou le bras de poignard, avec des ponte et des meggi mandritti et des riversi, qui ne dépassent jamais guardia de coda longa stretta ou porta di ferro alta, toujours en le pressant, avec un pied chassant l’autre et toujours le pied droit devant. Et ainsi tu feras qu’il ne pourra jamais faire de coup qui ne te soit nocif. Donc n’oublie pas de tenir cela parce que, lui te tirant un coup quelconque, je t’ai donné tous les remèdes que tu peux lui faire et aussi tu resteras attentif que lui ne te feinte en aucune façon, si bien que tenant ces ordres il ne peut te feindre.
Cap. 64. Che dechiara el modo che tu hai a tenere a insegnare el giuoco, overo combattere, de spada e cappa. Hora al nome de Dio qui daremo principio a uno gioco molto gentile e utile de spada e cappa, per uno che havesse da combattere a homo per homo. Chap. 64. Qui décrit la façon que tu a de tenir, d’enseigner le jeu, ou le combat, d’épée et cape.Maintenant au nom de Dieu là je donne le principe d’un jeu bien gentil et utile de l’épée et cape, pour celui qui doit combattre d’homme à homme.
Cap. 65. De l’ordine che tu hai a tenere innel principio dello assettare. Guarda bene che in prima tu el farai assettare in coda longa & alta con el suo piè manco inanci ben polito & la cappa sua la farai revoltare a mo’ d’un tortion: quella ponta che pende gioso dal lato manco, portandola lui come se costuma a portare in sul braccio manco, come te ho detto altre volte, revoltata che tu haverai quella ditta ponta de cappa, tu la piglierai e sì la volterai attorno al ditto braccio manco; & poi piglierai quella altra parte de cappa che va dal lato dritto con la tua man dritta e sì la volterai per de sopra dalla sua testa e farla pigliare pure con la man manca, voltandola, e dare una volta a tutta la cappa in sul ditto suo braccio manco & a questo modo lui porrà essere agente o vero patiente; ma prima voglio che lui sia agente, cioè voglio che lui sia el primo a ferire, perchè l’è più honore uno che sia prima agente che patiente, e sempre se domanda chi è stato el primo a intrare; e fa una altra cosa colui ch’è il primo a tirare: piglia core e smarisse el compagno; sicchè per questo tu el farai in questo principio assettare in coda longa & alta come di sopra ho detto. Chap. 65. De la règle que tu dois tenir dans le principe de s’arrangerNote bien qu’en premier tu le feras s’arranger en coda longa & alta avec son pied gauche devant bien policé & sa cape tu la feras s’enrouler à la manière d’un torchon, la pointe qui pend en bas au coté gauche, la portant comme un costume se porte sur le bras gauche, comme je t’ai dis d’autre fois. Ayant enroulé cette pointe de cape, tu la prendras et alors la tourneras autour du bras gauche, et puis tu prendras cette autre partie de la cape qui va au coté droit avec ta main droite et alors tu la tournera pas dessus sa tête et tu feras prendre aussi avec la main gauche, tournant, et donnant un tour de toute la cape sur son bras gauche, et de cette façon il pourra être agent ou patient. Mais en premier je veux lui soit agent : c’est à dire je veux qu’il soit le premier à attaquer, parce qu’il est plus honorable qu’un soit en premier agent que patient, et toujours il est demandé qui a été le premier à entrer. Et il fait une autre cause celui est le premier à tirer : il prends cœur et étonne le compagnon. Sache que pour cela tu le feras dans ce principe attendre en coda longa & alta comme je l’ai dit ci-dessus.
Cap. 66. Del primo ferire della ditta spada e cappa. Essendo in coda longa et alta e ‘l tuo nimico fusse dove se voglia, da porta di ferro in fora, voglio che tu li cacci de una ponta roversa per la faccia et uno roverso sgualembrato, con il piè dritto passando inanci, per modo che la tua spada acalarà in coda longa e stretta; allhora, s’el tuo nimico te respondesse de botta alcuna, tu butterai el piè dritto drieto dal manco per traverso e sì li darai de uno mandritto traversato per el braccio della spada sua, per modo che la tua spada acalarà in cinghiara porta di ferro; & de lì tu farai una meggia volta di pugno & sì te assettarai pure in coda longa & alta ben polito con la tua cappa distesa inanci. Chap. 66. De la première attaque de l’épée et cape.Étant en coda longa e alta et ton ennemi étant où il veut, de porta di ferro à l’extérieur, je veux que tu lui chasses une ponta riversa au visage et un riverso sgualembrato, avec le pied droit passant devant, de sorte que ton épée tombera en coda longa e stretta. Alors si ton ennemi te réponds d’un coup quelconque, tu jetteras le pied droit derrière le gauche à travers et alors tu lui donneras un mandritto traversato à son bras d’épée, de sorte que ton épée tombera en cinghiara porta di ferro, & de là tu feras un meggia vota di pugno & alors tu t’arrangeras ainsi en coda longa & alta bien policée avec la cape étendue devant.
Cap. 67. Che tratta della seconda parte. Essendo tu rimaso in coda longa & alta e ‘l tuo nemico te tirasse una stoccata per la faccia, io voglio che quella stoccata tu gliela urti in fora con la cappa tua e a uno tempo medesimo che tu la urterai tu crescerai forte inanci e sì li caccerai del tuo piè dritto de una ponta ferma per li fianchi e ‘l tuo piè manco seguirà el dritto per de drieto; e per tuo reparo tu te tirerai dui o tre passi indrieto & sì te assetterai in porta di ferro stretta e de qui tu farai una bella buttata di cappa, sicchè nota. Chap. 67. Qui traite de la seconde partie.Étant resté en coda longa & alta et ton ennemi te tirant un stoccata au visage, je veux que tu choques cette stoccata vers l’extérieur avec ta cape et en même temps que la choqueras tu avanceras fortement devant et alors tu lui chasseras du pied droit une ponta de pied ferme au flanc et ton pied gauche suivra le droit par derrière. Et pour te couvrir tu te retireras de deux ou trois pas en arrière & alors tu t’arrangeras en porta di ferro stretta et de là tu feras un beau jeté de cape, donc note.
Cap. 68. Della tertia parte e sarai agente con la ponta per la facia. Tu sai che nella seconda parte tu sei rimaso in porta di ferro stretta: de qui tu spingerai de una ponta per la faccia del tuo nimico, cressendo del piè dritto quattro dita inanci; & se intende che tu gliela spingi dal lato dentro, per modo che lui allhora, per paura della ditta ponta, la urtarà con el suo dritto filo in dentro, inverso le sue parte manche & venirà a discoprire le sue parte dritte; e allhora tu crescerai del tuo piè manco forte inverso alle ditte sue parte dritte e in tale crescere tu li gitterai la cappa tua in la faccia, non lassando già quella parte che tu hai avviluppata attorno al braccio manco: sappi che tu non li tirerai se non la metà della ditta cappa, e in tal tirare tu li cacierai de una ponta in el petto; e per tuo reparo tu butterai la tua gamba manca forte di drieto dalla dritta e in tale buttare tu darai de una tratta alla ditta cappa, per modo che tu te tirarai tre o quattro passi indrieto, e in quel medesimo tu avilupperai la cappa tua in sul braccio e sì te assetterai in coda longa & alta ben polito quanto sia possibile. Chap. 68. La troisième partie et tu seras agent la ponta au visage.Tu sais que dans la seconde partie tu es resté en porta di ferro stretta, de là tu tireras un ponta au visage de ton ennemi, avançant le pied droit de quatre doigts devant. Et ainsi comprend que tu lui tires au coté intérieur, de façon que lui alors, par peur de la ponta, la choquera avec son vrai tranchant vers l’intérieur, vers son coté gauche & il viendra à se découvrir son coté droit. Et alors tu avanceras avec le pied gauche fortement vers son coté droit et dans ce pas tu lui jetteras ta cape au visage, sans lui laisser la partie que tu as enveloppé autour du bras gauche, sache que tu ne lui tireras pas sinon que la moitié de cette cape, et dans ce mouvement tu lui chasseras une ponta dans la poitrine. Et pour te couvrir tu jetteras ta jambe gauche fortement derrière la droite et dans ce pas tu tireras la cape d’un coup, de façon que tu te retireras de trois ou quatre pas en arrière, en en même temps tu envelopperas ta cape sur le bras et alors tu t’arrangeras en coda longa & alta bien policé autant que possible.
Cap. 69. Della quarta parte e sarai patiente e agente, secondo che acaderà.Essendo rimaso in coda longa & alta e ‘l tuo nimico te tirasse de uno fendente per testa o de uno mandritto sgualembrato, habbi il core che quando lui tirarà tale botte tu butterai el tuo piè dritto forte inanci e metterai la cappa tua in el braccio della spada sua e, in quello medesimo mettere de cappa e passare de piede, tu spingerai una ponta segata alinanci per el suo braccio dritto e uno roverso segato per la gola, ogni cosa insieme; ma quando tu segarai el roverso per la gola tu butterai il piè dritto de drieto del manco e spingerai una ponta roversa per la faccia del nimico, per modo che tu serai tornato in coda longa e alta con il piè manco inanci; e lì te assetterai ben polito con le braccie e gambe bene attilate. Chap. 69. La quatrième partie et tu seras patient et agent, suivant ce qu’il arrivera.Étant resté en coda longa & alta et ton ennemi te tire un fendente à la tête ou un mandritto sgualembrato, ayant du cœur quand il te tirera ce coup tu jetteras ton pied droit fortement devant et tu mettras ta cape dans son bras d’épée, et, en même temps que ce mouvement, tu tireras une ponta taillant devant à son bras droit et un riverso taillant à la gorge, tout cela ensemble. Mais lorsque tu donneras le riverso à la gorge, tu jetteras le pied droit derrière le gauche et tireras une ponta riversa au visage de l’ennemi, de sorte que tu seras retourné en coda longa e alta avec le pied gauche devant. Et là tu t’arrangeras bien policée avec les bras et les jambes bien resserrés.
Cap. 70. Che tratta della quinta parte: del patiente. Tu sai che in la quarta parte tu rimanesti in coda longa & alta con il piè manco inanci: de qui tu li farai pala della detta gamba manca, acciocchè lui habbia cagion de tirare de uno roverso a la detta gamba; ma sappi che quando lui tirerà el detto roverso tu farai uno camuffo de piedi, cioè tu tirerai el piè manco appresso del dritto, per modo ch’el suo roverso passarà; ma quando el suo roverso serà passato ch’el non ti possa nuocere, tu crescerai del tuo piè dritto inanci e sì li spingerai d’una ponta roversa per la faccia, tra la sua spada e la sua cappa, con un roverso segato per le gambe insieme con la detta ponta, per modo che la tua spada acalarà in coda longa e stretta; e de lì per tuo reparo tu butterai la gamba dritta de drieto da la manca e sì li spingerai de una ponta per la faccia; e spinto che tu haverai la ditta ponta, tu buttarai la gamba manca de drieto dalla dritta, per modo che te trovarai in coda longa e stretta con le tue braccie ben distese per lo dritto del tuo nimico; e de qui tu farai una megia volta di pugno in dentro, per modo che tu sarai andato in porta di ferro stretta. Chap. 70. Qui traite de la cinquième partie : le patient.Tu sais que dans la quatrième partie tu es resté en coda longa & alta avec le pied gauche devant, de là tu lui feras un appel (?) de cette jambe gauche, de sorte que lui ai une occasion de tirer un riverso à cette jambe, mais sache que quand il te tirera ce riverso tu feras une esquive du pied : c’est à dire tu tireras le pied gauche près du droit, de sorte que son riverso passera, mais quand son riverso sera passé et qu’il ne t’aura pas été nocif, tu avanceras le pied droit devant et alors tu lui tireras une ponta riverso au visage, entre son épée et sa cape, avec un riverso taillant aux jambes ensemble avec cette ponta, de sorte que ton épée tombera en coda longa e stretta. Et de là pour te couvrir, tu jetteras la jambe droite derrière la gauche et alors tu lui tireras une ponta au visage, et ayant tiré cette ponta, tu jetteras la jambe gauche derrière la droite, de façon que tu te trouveras en coda longa e stretta avec tes bras biens tendus vers la droite de ton ennemi. Et de là tu feras une megia volta di pugno à l’intérieur de sorte que tu seras allé en porta di ferro stretta.
Cap. 71. Del modo di buttare la cappa in questa sesta parte.’ Essendo adunque rimaso in porta di ferro stretta, de qui tu urterai di sotto in suso qualche falso per la man della spada del tuo nimico: e questo faccio perchè tu li daghi la baglia, acciocchè lui habbia cagion di attendere alli detti falsi; e tu, vedendo all’hora el tempo, passerai forte della tua gamba manca in fora, inverso alle sue parte dritte & sì li tirerai la tua cappa in el volto, per modo che tu li potrai dare de quello che tu vorrai; & sappi che volendo fare questa botta bisogna che tu te metti la cappa in sul braccio gregia e non troppo avilupata, acciocchè tu la possi abandonare quando a te piace e questa buttata de cappa si è differentiata dalla prima perchè la prima non se habandona la cappa, ma questa sì. Ma ancora te dico che questa botta se doveria fare in el principio de lo assaltare el tuo nimico. Chap. 71. De la façon de jeter la cape dans cette septième partie.Étant donc resté en porta di ferro stretta, de là tu choqueras de bas en haut quelques falso à la main d’épée de ton ennemi, et cela est fait pour que tu lui donnes la « baglia », de sorte que lui ai une occasion d’attendre ces falso. Et toi, voyant alors le temps, tu passeras fortement ta jambe gauche à l’extérieur, vers son coté droit et alors tu lui tireras la cape dans un tour, de façon que tu pourras lui donner ce que tu veux. Et sache que voulant faire ce coup il est nécessaire que tu mettes la cape sur le bras en tas (greggia: bourre de textile) et sans trop l’envelopper, de sorte que tu puisses l’abandonner quand tu veux et ce jeté de cape se différencie du premier parce que dans le premier tu n’abandonnes pas la cape, mais ici si. Mais encore je te dis que ce coup doit se faire dans le principe de l’attaque de ton ennemi.
Cap. 72. Che tratta dello agente in questa settima parte.Sappi che io voglio che tu te assetti in coda longa e stretta ben polito e questo faccio perchè se tu attrovasse el tuo nimico in questa medesima guardia, o a porta di ferro alta, voglio che tu passi del tuo piè manco forte inanci inverso alle sue parte dritte del nimico e in tal passare tu li darai de uno mandritto per la man della spada al tuo nimico, el quale calarà in cinghiara porta di ferro stretta; allhora s’el tuo nimico te tirasse per testa de botta alcuna, tu butterai, in quel tempo che lui alciarà el braccio della spada, el piè dritto forte inanci & sì li metterai la cappa tua in el suo braccio sopradetto e in uno medesimo mettere de cappa e buttare de piedi tu li caccierai de una ponta roversa in el petto; e per tuo reparo tu segarai uno roverso fugendo la tua gamba dritta in drieto e con una ponta spinta per la faccia al nimico, accompagnata insieme con el ditto roverso, per modo che tu serai in coda longa & alta; e de qui tu starai attento, perchè s’el tuo nimico te tiresse per testa o per gamba, io te voglio dare uno bello contrario, hora nota. Chap. 72. Qui traite de l’agent dans cette septième partie.Sache que je veux tu t’arranges en coda longa e stretta bien policé et de cette façon parce que si tu trouves ton ennemi dans cette même garde, ou en porta di ferra alta, je veux que tu passes le pied gauche fortement devant vers le coté droit de l’ennemi et dans ce pas tu lui donneras un mandritto à la main d’épée de ton ennemi, lequel tombera en cinghiara porta di ferro stretta. Alors si ton ennemi te tire à la tête un coup quelconque, tu jetteras, dans le temps où il lèvera son bras d’épée, le pied droit fortement devant et alors tu lui mettras ta cape dans son bras et en même temps que ce mouvement tu lui tireras une ponta riversa dans la poitrine. Et pour tu couvrir tu tailleras un riverso fuyant ta jambe droite en arrière et avec une ponta spinta au visage de l’ennemi, accompagné ensemble avec ce riverso, de façon que tu seras en coda longa & alta, de là tu resteras attentif, parce que si ton ennemi te tire à la tête ou à la jambe, je veux que tu donnes un beau contre, maintenant note.
Cap. 73. El qual tratta del modo d’aspettare l’inimico che sia agente in questa ottava parte. Tu sai che innella parte precedente tu sei rimaso in coda longa & alta; sappi che s’el tuo nimico te tirasse una stoccata per faccia o uno mandritto per testa o per gamba, a tutte queste botte voglio che in quel tempo ch’el tirarà tal botte tu passerai del piè dritto per traverso, inverso alle parte stanche del nimico e, in tal passare che tu farai, tu gli tirerai d’uno mandritto traversato alla testa, che calarà al braccio della spada sua e la tua gamba manca seguirà la dritta, per di drieto, per modo che la spada tua serà a porta di ferro larga; all’hora s’el tuo nimico te tirasse de botta alcuna, d’alto a basso, tu gli darai d’uno falso di sotto in suso innel brazzo della spada sua e uno mandritto insieme, che pigliarà la faccia de lato manco e venirà giusto per il petto dal lato dritto; e in tempo di tale falso e dritto, tu crescerai un poco del tuo piè dritto inanci & sì li caccierai per tuo reparo una ponta roversa per la faccia, fugendo el tuo piè dritto di drieto del manco, in modo che tu serai tornato pure in coda longa & alta; & lì t’assetterai con le tue braccie & gambe ben polito. Chap. 73. Lequel traite de la façon d’attendre l’ennemi qui est agent dans cette huitième partie.Tu sais que dans la partie précédente tu est resté en coda longa & alta, sache que si ton ennemi te tire une stoccata au visage ou un mandritto à la tête ou à la jambe, à tout ces coups je veux que dans le temps où il tire le coup tu passeras le pied droit à travers, vers le coté ouvert de l’ennemi, et dans ce pas que tu feras, tu lui tireras un mandritto traversato à la tête, qui tombera sur son bras d’épée et ta jambe gauche suivra la droite par derrière, de sorte que ton épée sera en porta di ferro larga. Alors si ton ennemi te tire un coup quelconque, haut ou bas, tu lui donneras un falso de bas en haut dans son bras d’épée et un mandritto ensemble, qui prendra le visage du coté gauche et viendra droit à la poitrine du coté droit. Et dans le temps de ces falso et dritto, tu avanceras un peu le pied droit devant & alors tu lui tireras pour te couvrir un ponta riversa au visage, fuyant le pied droit derrière le pied gauche, de façon que tu seras alors tourné en coda longa & alta, et alors tu t’arrangeras avec les bras et les jambes bien policés.
Cap. 74. Dell’ordine del buttare della cappa in questa nona parte. Essendo tu rimaso in coda longa & alta, de qui tu piglierai la cappa tua con la mano manca non troppo ligata, & sì t’accosterai al tuo nimico non te movendo de questa guardia, perchè in una altra guardia tu non potresti fare questa buttata de cappa che io voglio che tu faci; ma tanto essendo tu come sopra te ho detto, tu infingerai de trare d’una o due stoccate, per modo che lui non si guasti di quello che tu voi fare. Ma quando tu te vederai el tempo, tu metterai la ponta della spada tua in la tua cappa & sì gliela getterai, passando del piè dritto inanci, in la faccia, per modo che lui serà legato; e tu all’hora gli darai de quello che a te piacerà. Chap. 74. De la règle pour jeter la cape dans cette neuvième partie.Étant resté en coda longa & alta, de là tu prendras ta cape avec la main gauche pas trop lié (ligata – legato), et alors tu t’approcheras de ton ennemi sans bouger de cette garde, parce que dans un autre garde tu ne peux faire ce jeté de cape que je veux que tu fasses. Mais alors étant comme je t’ai dis ci-dessus, tu prétendras tirer un ou deux stoccate, de façon que lui ne te gâche ce que tu veux lui faire. Mais quand tu verras le temps, tu mettras la pointe de ton épée dans la cape & alors tu lui jetteras dans la face, passant le pied droit devant, de façon que lui sera lié, et toi alors tu donnera ce qui te plairas.
Cap. 75. Della decima & ultima parte della detta spada e cappa. Hora guarda che in questa ultima parte tu t’assetterai in coda longa & alta ben polito, perchè s’el tuo nimico te tirasse per gamba o per testa, voglio che tu faci a questo modo: cioè se lui te tirasse alle bande manche, tu butterai la tua gamba manca inverso alle parte dritte e in questo buttare tu metterai el filo dritto della spada tua in la botta del nimico, la quale lui tirerà, e a un tempo con quello parato tu butterai il piè dritto forte inanci & sì li darai de fendente in fogia de tramazzon in sulla testa, per modo che la tua spada calarà in porta di ferro larga; all’hora, essendo tu accalato in la detta porta di ferro larga e ‘l tuo nimico te tirasse alle bande de sopra et de sotto de botta alcuna, tu urterai in la botta sua de uno falso de sotto in suso & sì li darai de uno roverso segato in la sua cossa dritta, passando del piè manco in tal segare inverso alle sue parte dritte; et per tuo reparo tu butterai el piè manco de drieto del dritto & sì spingerai de una ponta per la faccia e, in spingere de ditta, tu tirerai tre o quattro passi indrieto & sì te assetterai in coda longa & alta, ben polito & galante quanto sia possibile. Chap. 75. La dixième et dernière partie sur l’épée et cape.Maintenant regarde que dans cette dernière partie tu t’arrangeras en coda longa & alta bien policé, parce que si ton ennemi te tire à la jambe ou à la tête, je veux que tu fasses de cette façon : c’est à dire que tu lui tires au coté gauche, tu jetteras ta jambe gauche vers son coté droit et dans ce pas tu mettras le vrai tranchant de ton épée dans le coup de l’ennemi, lequel il te tirera, et dans un temps avec cette parade, tu jetteras le pied droit fortement devant & alors tu lui donneras un fendente à la façon d’un tramazzon dans sa tête, de façon que ton épée tombera en porta di ferro larga. Alors étant tombé dans cette porta di ferro larga et ton ennemi te tirant cotés haut et bas un coup quelconque, tu choqueras dans son coup un falso de bas en haut & alors tu lui donneras un riverso taillant dans sa cuisse droite, passant le pied gauche dans ce coup vers son coté droit. Et pour te couvrir, tu jetteras le pied gauche derrière le droit & tu tireras une ponta au visage, et en tirant celle-ci, tu te retireras de trois ou quatre pas en arrière et tu t’arrangeras en coda longa & alta, bien policé et galamment autant que possible.
Cap. 76. El quale denota del gioco, overo combattere, de due spade, una per ciascuna mano. Io te componerò un gioco de due spade che sarà una cosa per eccellentia e de una sorte ch’el se ne trova pochi che le sappiano adoperare; ma io non te metterò altro andar a gioco, se non che quando tu serai da uno canto della schola, overo dello steccato, tu brandirai la tua spada dritta e sì te n’andarai inanci saltando dui o tre passi, tanto che tu arriverai apresso del tuo nimico e de lì tu t’assetterai in coda longa & alta con la spada dritta et con la manca tu serai in porta de ferro, con el tuo piè manco inanci ben polito. Chap. 76. Lequel décrit le jeu, ou le combat, de deux épées, une dans chaque main.Je te compose un jeu à deux épées qui sera une chose pour l’excellence et d’un genre où on en trouve peu qui savent l’utiliser. Mais je ne te mettrais pas d’autre aller au jeu, si non que tu seras dans un coin de l’école, ou alors de la lice (steccato : un lieu pour combattre), tu brandiras ton épée droite et alors tu iras devant sautant de deux ou trois pas, de sorte que tu arriveras prés de ton ennemi et de là tu t’arrangeras en coda longa & alta avec l’épée droite et avec la gauche tu seras en porta de ferro, avec le pied gauche devant bien policé.
Cap. 77. Del primo abbattimento de due spade. Tu sai che io te dissi che tu rimaneresti con la spada da la man dritta in coda longa e alta e quella della man manca seria a porta de ferro alta: de qui l’è di bisogno che tu sia agente, per far uscire el tuo nemico de qualche cosa e però per questa cagione tu gli mettarai la spada tua manca sotto a quella che lui haverà inanci e della dritta tu gli tirerai d’uno falso de sotto in suso per la man della spada, non movendo niente di piedi, overo tornando in la guardia di prima; ma sappi s’el tuo nimico te tresse de una stoccata o ponta per la faccia, io voglio che tu urti in ciascaduna de queste, o ponta o stoccata, con el falso della tua spada manca in fuori, per modo che tu passarai del piè dritto inanci & sì li cacciarai d’una ponta ferma in el petto; & per tuo reparo tu butterai el piè dritto da drieto dal manco & sì incrosarai le tue spade insieme & de lì tu t’assetterai con le braccie & le gambe in quelle guardie medesime de prima; & de qui voglio che tu sia patiente, cioè tu lassarai tirare prima el compagno di te. Chap. 77. Du premier combat à deux épées.Tu sais que je te disais que tu es resté avec ton épée dans la main droite en coda longa e alta et que la main gauche sera en porta de ferro alta. De là il est nécessaire que tu sois agent, pour faire sortir ton ennemi de quelque chose et par cette occasion tu lui mettras ton épée gauche par dessous celle qu’il aura devant et tu lui tireras de l’épée droite un falso de bas en haut à la main d’épée, sans bouger aucunement les pieds, ou alors tournant dans la garde du début. Mais sache que si ton ennemi te tire une stoccata ou ponta au visage, je veux que tu choques en cascade cela, ou une ponta ou une stoccata, avec le falso de ton épée gauche dans l’extérieur, de façon que tu passeras le pied droit devant et alors tu lui tireras un ponta de pied ferme dans la poitrine. Et pour te couvrir tu jetteras le pied droit derrière le gauche & alors tu croiseras tes épées ensembles et là tu t’arrangeras avec les bras et les jambes dans les mêmes gardes qu’au début, et de là je veux que tu sois patient, c’est-à-dire tu laisseras ton compagnon tirer en premier.
Cap. 78. Del patiente in questa seconda parte.Essendo tu adonque rimaso in quelle due medesime guardie come de prima te amaestrai, de qui voglio che tu facci pala al tuo nemico della tua gamba manca, accioc- chè lui habbia cagione de tirarte de dritto o de roverso; hora nota che s’el tirasse de mandritto, tu el parerai del falso della tua spada manca, cioè tirando el pugno all’insuso in guardia di fianco & parato che tu haverai el ditto suo mandritto, tu passerai del piè dritto inanci & sì li darai de uno mandritto per gamba o per testa o vorrai cacciarli una ponta fra li fianchi; e per tuo reparo tu butterai el piè dritto de drieto dal manco e sì incroserai le spade, per modo che tu tornerai in quelle medesime guardie de prima, & lì aspetterai el tuo nemico che te tire de roverso per gamba o per testa. Chap. 78. Du patient dans cette seconde partie.Étant donc resté dans même garde que je t’ai montré au début, de là je veux que tu fasses un appel de ta jambe gauche à ton ennemi, de sorte que lui ai une occasion de tirer un mandritto ou riverso. Maintenant note que si il te tire un mandritto, tu le pareras du falso de ton épée gauche : c’est-à-dire tirant le poing vers le haut en guardia di fianco & ayant paré son mandritto, tu passeras le pied droit devant & alors tu lui donneras un mandritto à la jambe ou à la tête ou alors tu tires une ponta entre les hanches. Et pour te couvrir, tu jetteras le pied droit derrière le gauche et alors tu croiseras les épées, de sorte que tu retourneras dans les même gardes qu’au début, et là tu attendras que ton ennemi te tire un riverso à la jambe ou à la tête.
Cap. 79. Della tertia parte, essendo patiente contr’al roverso. Sappi, s’el tuo nemico te tirasse de roverso o da alto o da basso, tu butterai el piè dritto inanci inverso alle sue parte stanche e parerai il roverso in sul dritto filo della tua spada manca, voltando la ponta verso terra e ‘l pomo all’insuso, e insieme con il tuo parato tu li tirerai della tua spada dritta d’uno roverso sgualembrato che pigliarà dalla testa per fino alli piedi; e per tuo reparo tu butterai el piè dritto de drieto dal manco et incrosarai le spade insieme et farai una meggia volta di pugno per ciascuna mano e sarai tornato pure in quelle medesime guardie come prima t’amaestrai, polito, con le braccie ben distese per lo dritto del tuo nemico. Chap. 79. La troisième partie, étant patient contre le riverso.Sache que si ton ennemi te tire un riverso ou d’en haut ou d’en bas, tu jetteras le pied droit devant vers son coté faible et tu pareras le riverso avec le vrai tranchant de ton épée gauche, tournant la pointe vers le terre et le pommeau vers le haut, et ensemble avec ta parade tu lui tireras de l’épée droite un riverso sgualembrato qui taillera de la tête pour finir aux pieds. Et pour te couvrir tu jetteras le pied droit derrière le gauche et croiseras les épées ensembles et tu feras une meggia volta di pugno de chaque main et tu seras retourné alors dans les mêmes gardes que je t’ai montré au début, policé, avec les bras bien tendus vers la droite de ton ennemi.
Cap. 80. Come serai agente con el falso. Essendo tu rimaso con la spada manca in porta di ferro alta e quella della man dritta in coda longa & alta come prima te dissi, de qui tu tirerai al tuo nimico d’uno falso filo de sotto in suso per le man del nimico con la tua spada dritta, e tratto che tu haverai el ditto falso, tu li darai uno poco de discoperto a le bande de sopra, acciocchè lui habbia cagione de tirar lì; ma sappi che se lui tirasse una stoccata, o mandritto, o roverso o ponta, a tutte queste botte, quando lui te tirarà, tu butterai la tua gamba dritta forte inanci e in tal buttare tu metterai la spada dritta, urtando in suso, sotto alla tua manca, per modo che loro seranno incrosate & a lui gli darai della tua spada dritta de uno roverso in quella gamba che lui haverà inanci, per modo che la spada dritta sarà calata in coda longa e stretta et quella della mano manca serà andata in coda longa & alta; all’hora s’el tuo nimico te tiresse per testa, tu butterai el piè manco inanci, inverso alle sue parte dritte & sì parerai la botta del nimico in sul filo dritto della spada che tu haverai in la tua mano manca e della dritta tu gli darai de uno mandritto sgualembrato, cominciando da la testa calando alla ponta de’ piedi, non te fermando niente del ditto piè manco, chè presto tu el tornerai de drieto del dritto, tirando della man manca uno mandritto sgualembrato che calarà in cinghiara porta di ferro e la dritta anderà in coda longa e stretta e lì tu resterai ben polito e galante. Chap. 80. Comment tu seras agent avec le falso.Étant resté avec l’épée gauche en porta di ferro alta et de la main droite en coda longa & alta comme je te disais au début, de là tu tireras à ton ennemi un falso de bas en haut à la main de ton ennemi avec ton épée droite, et dès que que tu auras fait ce falso, tu lui donneras un peu d’ouverture à la partie du dessus, de sorte que lui ait une raison de tirer là. Mais sache que s’il te tire une stoccata, ou un mandritto, ou un riverso ou une ponta, a tous ces coups, quand lui te les tirera, tu jetteras ta jambe droite fortement devant et dans ce pas tu mettras ton épée droite, choquant vers le haut, sous ta gauche, de façon qu’ils soient croisées & tu lui donneras de ton épée droite un riverso à la jambe qu’il aura devant, de sorte que l’épée droite sera tombée en coda longa e stretta et que le celle de la main gauche sera tombée en coda longa & alta. Alors si ton ennemi te tire à la tête, tu jetteras le pied gauche devant, vers son coté droit et alors tu pareras le coup de l’ennemi sur le vrai tranchant de l’épée que tu auras dans la main gauche, et de la droite tu lui donneras un mandritto sgualembrato, démarrant de la tête tombant à la pointe des pieds, ne t’arrêtant aucunement du pied gauche, que aussitôt tu le tourneras derrière le droit, tirant de la main gauche un mandritto sgualembrato qui tombera en cinghiara porta di ferra et la droite ira en coda longa e stretta et là tu resteras bien policé et galamment.
Cap. 81. Della quinta parte, come sarai agente. Tu sai che tu sei rimaso con la spada manca in cinghiara porta di ferro stretta & la dritta in coda longa e stretta con el piè dritto inanci: de qui tu urterai della spada che tu haverai in la man manca d’uno falso di sotto in suso per la man dritta del nimico, passando inanci con la tua gamba manca & della spada dritta tu li darai d’uno mandritto per le gambe, per modo che la tua spada dritta serà in cinghiara porta de ferro & la manca serà in coda longa e stretta con el piè manco inanci; et sappi che quando farai questa botta bisogna che tu trovi el tuo nimico in porta de ferro alta e in coda longa e stretta o con le due spade incrosate: a questo modo tu li poi fare securamente. Sicchè, essendo posto in queste due guardie et il tuo nimico te tirasse per testa o per gamba, tu butterai la tua gamba dritta inanci et incroserai le tue spade e a quello modo tu haverai parato et li darai a lui de uno roverso della tua spada dritta int’elle gambe. Ma proponiamo che essendo tu in coda longa e stretta e cinghiara porta de ferro, con el piè manco inanci, el tuo nimico non te tirasse de botta alcuna: voglio che con la tua spada manca tu li cacci una ponta tra megio alle sue due spade, con el piè dritto passando inanci: se intende che lui sia con la sua spada da la man manca in porta de ferro o in coda longa e stretta, e questo faccio perchè spingendo tu la ditta ponta, lui discoprirà le sue bande manche; all’hora tu, vedendo tal discoperto, tu li darai della spada della man dritta uno mandritto in el suo braccio manco o vorrai in la gamba manca; e se lui te tirasse, per tuo reparo tu incroserai le spade insieme, non te movendo de piede alcuno & sì li darai con la tua spada dritta uno roverso per le gambe; e fatto che tu haverai el ditto roverso tu butterai la tua gamba dritta de drieto dalla manca et incroserai insieme de novo le tue spade, in modo che tu serai con la spada da la man manca in porta de ferro alta e quella dalla dritta serà in coda longa & alta e lì te assetterai ben polito con le tue braccie e gambe. Chap. 81. De la cinquième partie, comment tu seras agent.Tu sais que tu es resté avec l’épée gauche en cinghiara porta di ferro stretta & la droite en coda longa e stretta avec le pied droit devant, de là tu choqueras avec l’épée que tu auras dans la main gauche un falso de bas en haut à la main droite de l’ennemi, passant devant avec la jambe gauche et de l’épée droite tu lui donneras un mandritto aux jambes, de sorte que ton épée droite sera en cinghiara porta de ferro & la gauche sera en coda longa e stretta avec le pied gauche devant. Et sache que quand tu feras ce coup, il est nécessaire que tu trouves ton ennemi en porta de ferro alta et en coda longa e stretta ou avec les deux épées croisées, et de cette façon tu peux le lui faire en sécurité. Donc, étant posé dans ces deux gardes et ton ennemi te tirant à la tête ou à la jambe, tu jetteras la jambe droite devant et croiseras tes épées et de cette façon tu auras paré et tu lui donneras un riverso de ton épée droite dans ses jambes. Mais supposons que tu sois en coda longa e stretta et cinghiara porta de ferro, avec le pied gauche devant, et ton ennemi ne te tire aucun coup, je veux qu’avec ton épée gauche tu lui chasses un ponta megio entre ses deux épées, avec le pied droit passant devant. Ainsi comprend que lui est avec son épée de la main gauche en porta de ferro ou en coda longa e stretta, et ce faisant parce que tu pousses cette ponta, lui se découvrira son coté gauche. Alors toi voyant cette ouverture, tu lui donneras de l’épée de la main droite un mandritto dans son bras gauche ou alors à la jambe gauche. Et si lui te tire, pour te couvrir tu croiseras les épées ensembles, sans bouger les pieds aucunement, et alors tu lui donneras avec ton épée droite un riverso aux jambes, et ayant fait ce riverso, tu jetteras ta jambe droite derrière la gauche et tu croiseras ensemble à nouveau tes épées, de sorte que tu seras avec l’épée de main gauche en porta de ferro alta et que la droite sera en coda longa & alta et alors tu t’arrangeras bien policé avec les bras et jambes.
Cap. 82. In questa sesta parte serai con la spada della man manca agente. Essendo tu rimaso con la spada manca in porta de ferro & con la dritta in coda longa & alta con el piè manco inanci, de qui l’è di bisogno che tu trovi il tuo nimico, anchora lui in queste due medesime guardie proprio come te: all’hora trovandolo in queste due guardie come te ho detto, tu li darai della spada manca de uno roverso forte per la sua man manca nella spada e, in tempo che tu tirerai tale roverso, tu passarai del piè dritto forte inverso alle sue parte stanche & in tale passare tu li caccerai una ponta ferma per li fianchi o vorrai darli de uno mandritto per la gamba manca; & per tuo reparo tu butterai el piè dritto de drieto dal manco & sì incroserai le tue spade insieme, e incrosato che tu haverai le ditte spade tu farai una megia volta de pugno per ciascuna man, per modo che tu serai tornato pure con la spada manca in porta de ferro & la dritta serà in coda longa & alta con el piè manco inanci; & lì te assetterai con le tue braccie & gambe ben polito. Chap. 82. Dans cette sixième partie tu seras agent avec l’épée de la main gauche.Étant resté avec l’épée gauche en porta de ferro et avec la droite en coda longa alta avec le pied gauche devant, de là il est nécessaire que tu trouves ton ennemi, lui aussi dans ces deux mêmes gardes exactement comme toi. Alors le trouvant dans ces deux gardes comme je te disais, tu lui donneras un riverso fortement de l’épée gauche à sa main gauche dans l’épée et dans le temps où tu tireras ce riverso, tu passeras du pied droit fortement devant vers son coté ouvert & dans ce pas tu lui chasseras une ponta fermement au flanc ou alors tu donnes un mandritto à la jambe gauche. Et pour te couvrir tu jetteras le pied droit derrière le gauche et alors tu croiseras tes épées ensembles, et ayant croisé tes épées tu feras une megia volta de pugno de chaque main, de sorte que tu seras ainsi tourné avec l’épée gauche en porta di ferro et la droite sera en coda longa alta avec le pied gauche devant. Et là tu t’arrangeras avec tes bras et tes jambes bien policé.
Cap. 83. Della settima parte del sopraditto. Essendo tu rimaso con la spada manca in porta di ferro & la dritta in coda longa & alta, de qui tu metterai el filo dritto della spada dalla man manca de fuora dalla spada manca del nimico, cioè in el falso; se intende che lui sia in queste due medesime guardie come tu, & quando tu metterai el ditto filo dritto in el suo falso, a uno tempo medesimo tu gli cacciarai uno falso impontato per la sua tempia manca, con il piè dritto passando inanci inverso alle sue parte manche; e insieme del falso impontato tu li darai de uno mandritto per la gamba manca, per modo che la tua spada manca andarà in guardia di testa & quella dalla dritta calarà in porta di ferro larga; e de qui s’el tuo nemico te tirasse de botta alcuna o da alto o da basso e ancora ch’el non tirasse de botta alcuna, tu butterai el piè dritto quattro dita inverso a le sue parte dritte e in tale buttare tu urterai della tua spada dritta de uno falso de sotto in suso in le sue spade, con un roverso della spada dritta & della manca tu farai falso e mandritto passando in tal tempo della tua gamba manca inanci, inverso alle sue parte dritte; & per tuo reparo tu butterai de fatto la tua gamba manca de drieto dalla dritta et in tal buttare incroserai le tue spade insieme; incrosato che tu le haverai, tu farai una meggia volta de pugno per ogni mano, per modo che la spada dalla man dritta serà in coda longa e stretta et quella dalla mano manca serà in coda longa & alta; & lì te assetterai con le tue braccie & gambe ben polito. Chap. 83. De la septième partie de ci-dessus.Étant resté avec l’épée gauche en porta di ferro et avec la droite en coda longa alta, de là tu mettras le vrai tranchant de l’épée de la main gauche à l’extérieur de l’épée gauche de l’ennemi : c’est-à-dire dans le falso. Ainsi comprend que lui est dans ces mêmes gardes que toi, et quand tu mettras ce vrai tranchant dans son falso, en même temps tu lui chasseras un falso impontato à sa temps gauche, avec le pied droit passant devant vers son coté gauche. Et avec ce falso impontato tu lui donneras un mandritto à la jambe gauche, de sorte que ton épée gauche ira en guardia di testa et que la droite tombera en porta di ferro larga. Et de là si ton ennemi te tire un coup quelconque ou d’en haut ou d’en bas et même si il ne tire aucun coup, tu jetteras le pied droit de quatre doigts vers son coté droit et dans ce pas tu choqueras de ton épée droite un falso de bas en haut dans son épée, avec un riverso de l’épée droite et de la gauche tu feras un falso et un mandritto passant dans ce temps ta gauche devant vers son coté droit. Et pour te couvrir tu jetteras de fait ta jambe gauche derrière la droite et dans ce pas tu croiseras tes épées ensembles, les ayant croisés, tu feras un meggia volta de pugno de chaque main, de façon que l’épée de la main droite sera en coda longa e stretta et que celle de la main gauche sera en coda longa alta, et là tu t’arrangeras avec tes bras et jambes bien policé.
Cap. 84. Della diffinitione del ditto abbattimento di due spade. Essendo tu rimaso con la spada dritta in coda longa e stretta e con la man manca in coda longa & alta, de qui voglio che traghi al tuo nimico de uno falso con la tua spada manca de sotto in suso per la sua mano la quale te parerà scoperta: e questo se fa perchè lui habbia cagione de tirarte alle bande de sopra o de sotto; tu starai avertito, chè tragandote lui de botta alcuna, tu metterai el filo della spada tua dritta in tale sua botta che lui tirerà, s’intende che tu volti in tal parado la ponta della detta spada dritta verso terra, e della manca tu li darai de una ponta ferma innel petto, passando, in tal tempo che tu li darai la ponta, della tua gamba manca inanci per lo dritto e forte; cacciato che tu haverai questa ponta, per tuo reparo tu butterai la gamba manca de drieto dalla dritta e trarai uno fendente per testa in atto di tramazzon, per modo che la tua spada dritta serà calata in porta di ferro larga e quella della mano manca sera andata in coda longa & alta con el piè dritto inanci; & lì tu te assetterai bene polito, con le tue braccie e gambe, per modo che qui voglio che tu faci una megia volta di pugno per ciascuna mano; & sappi che fatto che tu haverai la detta meggia volta, la spada dalla mano dritta serà andata in coda longa e stretta e quella della mano manca serà calata a cinghiara porta di ferro; & de qui tu farai falso e roverso della man manca e dalla man dritta falso e mandritto, con la tua gamba dritta buttando de drieto dalla manca, per modo che la tua spada dritta serà andata in cinghiara porta di ferro e la manca sera andata in coda longa e stretta con il piè manco inanci; & fatto che tu haverai questo, tu butterai la gamba manca indrieto gran passo dalla dritta e farai con la spada dritta, in tal buttare, falso e roverso e con la mano dritta tu farai falso e dritto; de qui tu butterai el piè manco inanci e sì te anderai assettare con la tua spada manca con la ponta in terra & con la dritta tu anderai in guardia alta, con il tuo piè dritto, acconciato al garretto, appresso della ponta del tuo piè manco, ben polito & disteso le tue braccie e gambe; a questo modo tu serai tornato indrieto da giuoco. Chap. 84. La fin de ce combat à deux épées.Étant resté avec l’épée droite en coda longa e stretta et avec la main gauche en coda longa alta, de là je veux que tu tailles à ton ennemi un falso avec ton épée gauche de bas en haut à sa main qui te paraîtra découverte, et cela est fait pour que lui ai une raison d’attaquer le coté du dessus ou du dessous. Tu resteras attentif que lui te tirant un coup quelconque, tu mettras le vrai tranchant de ton épée droite dans le coup qu’il te tirera, comprend que tu tournes dans cette parade la pointe de cette épée droite vers la terre, et de la gauche tu lui donneras une ponta fermement dans la poitrine, passant, dans ce temps où tu lui tires la ponta, ta jambe gauche devant vers la droite et fortement. Ayant chassé cette ponta, pour tu te couvrir tu jetteras la jambe gauche derrière la droite et tu tireras un fendente à la tête à la façon d’un tramazzon, de sorte que ton épée droite sera tombée en porta di ferro larga et que celle de la main gauche sera allée en coda longa alta avec le pied droit devant, et là tu t’arrangeras bien policé, avec tes bras et jambes, de sorte que là je veux que tu fasses un megia volta di pugno de chaque main. Et sache que ayant fait ces meggia volta, l’épée de la main droite sera allée en coda longa stretta et que celle de la main gauche sera tombée en cinghiara porta di ferro, et de là tu feras falso et riverso de main gauche, et de la main droit falso et mandritto, en jetant ta jambe droite derrière la gauche, de façon que ton épée droite sera allée en cinghiara porta di ferro et que la gauche sera allée en coda longa e stretta avec le pied gauche devant. Et ayant fait cela, tu jetteras la jambe gauche derrière la droite en gan passo et tu feras avec l’épée droite dans ce pas, falso et riverso et avec la main droite(certainement une erreur car 2 fois la main droite) tu feras falso et mandritto, de là tu jetteras la pied gauche devant et alors tu iras t’arranger avec ton épée gauche ayant la pointe par terre et avec la droite tu iras an guardia alta, avec ton pied droit, arrangeant « le garetto », prés de la pointe de ton pied gauche, bien policé et les bras et les jambes bien tendus, de cette façon tu seras revenu du jeu.
Cap. 85. El quale tratta del modo che ha da tenere uno combattendo, da persona a persona, de spada e brochiero largo, pro e contra. Hora qui componerò uno abbattimento de spada da filo, con il brochiero largo in mano, che sarà una cosa eccellente & molto utile per insegnare & anchora per uno che havesse a fare a cortellate, sicchè nota e sta’ attento. Io voglio che quando tu sarai con la spada da filo in mano & con el ditto brochiero largo, tu te assettarai in coda longa & alta, cioè con il piè tuo manco inanci, stretto con la spada tua e ‘l brochiero insieme: e questo faccio perchè tu sia paciente, cioè che tu aspetti el nimico che tire lui prima che tu, facendote intendere che quando uno homo fa a cortellate, naturalmente lui non può fare più che tre feriri, cioè mandritto, roverso e stoccata; ma gli è alcuni che dicono ch’el se se può fare più di questi tre sopraditti feriri: io t’el confermo che se ne può fare, cioè di molte sorte ferire, ma pure sia che si voglia che si faccia a cortellate, io te dico che innel principio non può fare altro che questi tre feriri sopradetti. Sicchè metteremo in questo principio che lui faccia prima la stoccata: io voglio che facendo lui la detta stoccata, tu passerai il tuo piè dritto inverso alle sue parte stanche e, in questo passare, tu urterai del falso della spada tua de sotto in suso in la stoccata sua e sì li darai d’uno roverso segato per le sue gambe e ‘l brochiere tuo serà di sopra dalla spada tua; et per tuo reparo, tu butterai el piè dritto de drieto al manco e in questo tuo tal buttare tu desnoderai uno mandritto sgualembrato per il braccio della spada del detto nimico, la qual spada acalarà in cinghiara porta di ferro stretta; de fatto tu butterai el piè manco de drieto al dritto e in questo buttare tu farai una meggia volta di pugno e sì te assettarai in coda longa e stretta, cioè con il piè dritto inanci, & la spada serà defora della gamba dritta tua, ben polito e ben disteso con le braccie e gambe; e de qui voglio tu sia agente, cioè io voglio che tu sia il primo a ferire. Chap. 85. Qui traite de la façon que tu as de tenir un combat, en un contre un, de l’épée et du large bocle, des attaques et contres.Maintenant ici je décrit le combat de l’épée affûtée, avec le large bocle en main, qui sera une chose excellente et très utile pour enseigner & aussi pour celui qui doit faire un duel. Donc note et reste attentif, je veux que tu seras avec l’épée affûtée en main et avec ce grand bocle, tu t’arrangeras en coda longa alta : c’est-à-dire avec le pied gauche devant, avec ton épée et le bocle serrés ensembles, et cela est fait pour que tu sois patient : c’est-à-dire que tu attends que ton ennemi te tire en premier. Te faisant comprendre que quand un homme fait un duel, naturellement il ne peux te faire plus de trois coups : c’est-à-dire mandritto, riverso et stoccata. Mais il y a des gens qui disent qu’on peut faire plus que de ces trois coups susmentionnés, je te confirme que cela peut se faire : c’est-à-dire de nombreux type de coup, mais aussi si tu veux faire un duel, je te dis que dans les principes tu ne peux rien faire d’autre que ces trois coups susmentionnés. Donc mettons dans ce principe qui lui fasse en premier la stoccata, je veux que lui faisant cette stoccata, tu passeras ton pied droit vers son coté ouvert, et dans ce pas tu choqueras le falso de ton épée de bas en haute dans sa stoccata et alors tu lui donneras un riverso taillant à ses jambes et ton bocle sera au dessus de ton épée. Et pour te couvrir, tu jetteras le pied droit derrière le gauche et dans ce pas tu donneras un mandritto sgualembrato au bras d’épée de ton ennemi, ton épée tombera en cinghiara porta di ferro stretta, de fait tu jetteras le pied gauche derrière le droit et dans ce pas tu feras une meggia volta di pugno et alors tu t’arrangeras en coda longa stretta : c’est-à-dire avec le pied droit devant & l’épée sera à l’extérieur de ta jambe droite, bien policé et avec les bras et les jambes bien tendus, et de le là je veux que toi sois agent : c’est-à-dire je veux que tu sois le premier à attaquer.
Cap. 86. Del principio dello assettare con la spada e ‘l ditto brochiere. Essendo tu rimaso in coda longa e stretta, de qui io voglio che tu cazzi una stoccata del piè manco inanci e con lo piè dritto tu tirerai uno mandritto per le gambe, passando in questo tempo verso alle parte stanche del nimico & la tua spada acalarà a porta di ferro larga & lì aspetterai el ditto nimico che ti tire per testa o per gamba; ma preponiamo che lui te tiri dove el si voglia, o mandritto o roverso o stoccata: io voglio che a cadauna di queste botte che lui tirerà, tu urterai d’uno falso de sotto in suso in la spada, cioè in la botta che lui tirerà, e in questo urtare tu butterai il piè manco inanci, inverso alle sue parte dritte & sì li darai d’uno mandritto per le gambe, mettendo in tal passare el brochiere tuo innel pugno della spada del nimico, seguendo in questo tempo la gamba tua dritta alla manca per de drieto; e fatto questo, tu li tirerai d’uno roverso, fuggendo con la gamba manca de drieto alla dritta, in modo che la spada tua acalarà in coda longa e stretta; & per tuo reparo tu butterai el piè dritto uno grande passo de drieto al manco e sì t’assettarai in coda longa & alta, come prima io t’amaestrai, cioè con el piè manco tuo inanci & aspetterai el tuo nimico che tire uno mandritto per testa o per gamba; e aspettalo con gratia e non mover l’occhio da la mano dalla spada sua e, se così farai el non te potrà ingannare, sicchè sta’ accorto. Chap. 86. Du principe de s’arranger avec l’épée et ce bocle.Étant resté en coda longa stretta, de là je veux que tu chasses une stoccata du pied gauche devant et avec le pied droit tu tireras un mandritto aux jambes, passant dans ce temps vers le coté ouvert de l’ennemi et ton épée tombera en porta di ferro larga et là tu attendras que ton ennemi te tire à la tête ou à la jambe. Mais supposons que lui te tire là où il veux, ou un mandritto ou un riverso ou une stoccata, je veux que dans chacun des coups qu’il te tirera, tu choqueras un falso de bas en haut dans l’épée : c’est-à-dire dans le coup qu’il te tirera, et dans cette parade tu jetteras le pied gauche devant, vers son coté droit et alors tu lui donneras un mandritto aux jambes, mettant dans ce pas ton bocle dans le poing d’épée de ton ennemi, suivant dans ce temps la jambe droite par derrière la gauche, et ayant fait cela, tu lui tireras un riverso, fuyant avec la jambe gauche derrière la droite, de façon que ton épée tombera en coda longa stretta. Et pour te couvrir tu jetteras le pied droit en gran passo derrière le gauche et alors tu t’arrangeras en coda longa alta, comme je t’ai montré au début : c’est à dire avec ton pied gauche devant et tu attendras que ton ennemi te tire un mandritto à la tête ou à la jambe. Et tu l’attends avec grâce et sans bouger les yeux de sa main d’épée, et si tu fais cela il ne peux te tromper, donc reste attentif.
Cap. 87. In questo serai, con la stoccata, agente.
Dapoi che sei rimaso in coda longa & alta per aspettare el tuo nimico che te tire d’uno mandritto per testa per gamba, io voglio che tirando lui il detto mandritto, in questo tempo tu butterai el piè dritto inverso alle parte manche del nimico e, in questo tal buttare, tu gli darai d’uno mandritto fendente per la testa o per lo braccio della spada sua; se intende che, in tal tirare per testa, che tu pari del tuo brochiere e ‘l piè manco consequirà el dritto per di drieto & la tua spada acalarà in porta di ferro larga; e se in tal calare el tuo nemico te tirasse una stoccata o mandritto o roverso, voglio che a ciascuna di queste botte, che tu urti del falso di sotto in suso, passando in tal urtare del piè dritto inanci, inverso alle sue parte manche e, in tal passare, tu gli darai d’uno roverso per le gambe, in modo che la tua spada serà in coda longa e stretta; e de lì, per tuo riparo, tu butterai el piè dritto de drieto dal manco; in questo buttare, tu tirerai uno mandritto traversato per el braccio della spada del tuo nimico e de lì tu farai una meggia volta de pugno e sì te assetterai pure in coda longa & alta e lì aspettarai el nimico che tire d’uno roverso per testa o per gamba, sicchè non te dismenticare.
Chap . 87. Dans lequel tu seras agent avec la stoccata.Étant resté en coda longa alta pour attendre que ton ennemi te tire un mandritto à la tête ou à la jambe, je veux que lui tirant ce mandritto, dans ce temps, tu jetteras le pied droit vers le coté gauche de l’ennemi, et dans ce pas, tu lui donneras un mandritto fendente à la tête ou à son bras d’épée, ainsi comprend que, dans ce coup à la tête, tu le pares de ton bocle et le pied gauche suivra le droit par derrière et ton épée tombera en porta di ferro larga. Et si en tombant dans cette position ton ennemi te tire une stoccata ou un mandritto ou un riverso, je veux que à chacun de ces coups, que tu choques le falso de bas en haut, passant dans cette parade le pied droit devant, vers son coté gauche et, dans ce pas, tu lui donneras un riverso aux jambes, de façon que ton épée sera en coda longa e stretta. Et de là pour te couvrir, tu jetteras le pied droit derrière le gauche, dans ce pas, tu tireras un mandritto traversato au bras d’épée de ton ennemi et alors tu feras une meggia volta de pugno et alors tu t’arrangeras ainsi en coda longa alta et là tu attendras que ton ennemi te tire un riverso à la tête ou à la jambe, donc n’oublie pas.
Cap. 88. Della tertia parte, e qui aspetterai el nemico che tire. Tu sai che innel principio del primo ferire io te dissi che ciscuna persona ch’avesse la spada da filo in mano e ‘l brochiere largo, non possono fare più che tre feriti del naturale, cioè mandritto e roverso e stoccata; sicchè per tanto, in prima tu hai visto contra stoccata, in seconda contra mandritto, tertia tu vedrai contra roverso. Sicchè nota, per sempre mai, che essendo tu in coda longa & alta e ‘l tuo nimico te tirasse uno roverso, tu starai avvertito che, come lui te tirerà, tu tirerai presto il piè manco appresso del dritto & lasserai passare el suo roverso & passato che serà el ditto roverso, tu crescerai de fatto del tuo piè dritto & sì li tirerai d’uno roverso per le gambe o vorrai d’una ponta spinta per il petto; e de fatto, tragando ti el ditto roverso, tu li tirerai uno falso all’insuso per le sue man, con uno roverso tramazzon fermo; & per tuo reparo tu butterai il piè dritto de drieto dal manco & sì li tirerai uno mandritto traversato et la tua spada calarà in cinghiara porta di ferro; e de lì non te moverai niente, perchè questa guardia si è una bona guardia per essere patiente, cioè quando uno volesse aspettare el compagno che tirasse prima de lui; sicchè guarda bene che spingendo tu la detta ponta per lo petto, l’è di bisogno ch’el tuo piè dritto fugia de drieto del manco uno gran passo e, in tal tempo che tu fugirai el ditto piè, tu spingerai d’una ponta de sotto in suso per la faccia del nimico, accompagnata con el brochiere; e de fatto tu t’assetterai in coda longa e distesa & lì aspetterai il detto nimico che tire lui prima di te. Chap. 88. De la troisième partie, et là tu attendras que l’ennemi tire.Tu sais que dans les principes de la première attaque je te disais que chaque personne ayant l’épée affûtée en main et le large bocle, ne peux faire plus que de trois coups naturels : qui sont mandritto et riverso et stoccata. Donc de sorte, en premier, tu as vu le contre de la stoccata, en second le contre du mandritto, en troisième tu verras le contre du riverso. Donc note, pour toujours, qu’étant en coda longa alta et ton ennemi te tire un riverso, tu resteras attentif que, quand lui te tirera, tu tireras rapidement le pied gauche près du droit et tu laisseras passer son riverso & ce riverso étant passé, tu avanceras de fait ton pied droit et alors tu lui tireras un riverso à la jambe ou alors une ponta spinta à la poitrine, et de fait, tirant ce riverso, tu lui tireras un falso vers le haut à sa main, avec un riverso tramazzone de pied ferme. Et pour te couvrir, tu jetteras le pied droit derrière le gauche, et alors tu lui tireras un mandritto traversato et ton épée tombera en cinghiara porta di ferro, et de là tu ne bougeras pas, parce que cette garde est une bonne garde pour être patient : c’est-à-dire pour quand un veux attendre que le compagnon lui tire en premier. Donc regarde bien que tirant cette ponta dans la poitrine, il est nécessaire que ton pied droit fuit derrière le gauche en grand passo et, dans le temps où tu fuiras de ce pied, tu pousseras une ponta de bas en haut au visage de ton ennemi, accompagné du bocle, et de fait tu t’arrangeras en coda longa distesa et là tu attendras que ton ennemi te tire en premier.
Cap. 89. Che tratta del documento delli feriri.Essendo tu in coda longa e distesa e ‘l tuo nimico te tirasse d’uno mandritto o roverso o stoccata, a cadauna di queste botte voglio che tu butti el piè dritto inverso alle parte manche del nimico & in questo buttare tu gli tirarai d’un falso de sotto in suso per el braccio della spada sua con un roverso segato per le gambe; e per tuo reparo tu butterai il piè dritto de drieto al manco e tirerai uno mandritto traversato che calarà a porta di ferro cinghiara; e se all’hora el tuo nimico te tirasse per testa o per gamba, tu urterai d’uno falso in la spada sua de sotto in suso, con un roverso per le gambe del ditto nimico et de fatto tu tornerai d’una ponta de sotto in suso che anderà per la faccia del detto, accompagata sotto el tuo brochiere, non movendo nè piè nè gambe; & de lì tu t’assetterai in coda longa e stretta, cioè con il piè dritto inanci. Chap. 89. Qui traite de l’identification des coup.Étant en coda longa distesa et ton ennemi te tire un mandritto ou un riverso ou une stoccata, dans chacun de ces coups je veux que tu jettes le pied droit vers le coté gauche de l’ennemi & dans ce pas tu lui donneras un falso de bas en haut à son bras d’épée avec un riverso coupant à la jambe. Et pour te couvrir tu jetteras le pied droit derrière le gauche et tu tireras un mandritto traversato qui tombera en cinghiara porta di ferro. Et si alors ton ennemi te tire à la tête ou à la jambe, tu choqueras un falso de bas en haut dans son épée, avec un riverso aux jambes de cet ennemi et de fait tu tourneras une ponta de bas en haut qui ira au visage de celui-ci, accompagné par dessous ton bocle sans bouger ni pied ni jambe, et de là tu t’arrangeras en coda longa stretta, c’est-à-dire avec le pied droit devant.

 

Cap. 90. Che parla della quinta parte de brochier largo. Essendo rimaso in coda longa e stretta, de lì voglio che tu alci el braccio della spada tua all’insuso, cioè in guardia alta, non movendo nè piè nè gambe & de lì tu tirerai d’uno roverso sgualembrato, cioè in entro e poi tornerai de fatto de falso de sotto in suso, con uno roverso tramazzon voltato per de sopra: e questo si è perchè se lui te affondasse el ditto falso, tu li darai de roverso tramazzon in su la testa o in sul braccio della spada sua; & per tuo riparo tu butterai el piè dritto de drieto del manco e lì caccierai de una ponta de sotto in suso per la faccia de l’inimico o vorrai uno mandritto traversato che cali in cinghiara porta di ferro stretta; e a cadauna di queste botte tu farai una meggia volta di pugno & sì t’assetterai in coda longa & alta, cioè con il piè manco inanci ben polito e assettato. Chap. 90. Qui traite de la cinquième partie du grand bocle.Étant resté en coda longa e stretta, de là je veux que tu lèves ton bras d’épée vers le haut : c’est-à-dire en guardia alta, sans bouger ni pied ni jambe et de là tu tireras un riverso sgualembrato : c’est-à-dire en entrant et puis tu tourneras de fait en falso de bas en haut, avec un riverso tramazzon tournant par dessus, et cela est parce que si lui t’écrase ce falso, tu lui donneras un riverso tramazzon à sa tête ou à son bras d’épée. Et pour te couvrir, tu jetteras le pied droit derrière le gauche et là tui chasseras un ponta de bas en haut au visage de l’ennemi ou alors un mandritto traversato qui tombe en cinghiara porta di ferro stretta. Et pour chacun de ces coup tu feras une meggia volta di pugno et alors tu t’arrangeras en coda longa alta, c’est-à-dire avec le pied gauche devant bien policé et arrangé.
Cap. 91. Della sesta parte e qui sarai agente con el roverso. Essendo tu rimaso in coda longa & alta, de lì voglio che tu lassi andare la spada tua in coda longa e distesa, cioè con el piè manco tuo inanci e ‘l tuo brochiere disteso per lo dritto del tuo nimico, & de lì voglio che tu lo attasti de uno falso de sotto in suso per la mano sua della spada; e se lui non si movesse, voglio che tu infinge di tornare del ditto falso un’altra volta e, in questo tornare, tu fallaciarai con la spada tua per de sopra dalla sua, cioè cressendo del piè dritto inverso alle parte dritte del ditto nimico, spingendo in tal tempo de una ponta falsata per la faccia al sopraditto; all’hora lui, per paura di questa ditta ponta, alciarà la spada sua in fora e tu all’hora li darai de uno roverso per le gambe; e fatto questo, per tuo reparo, tu butterai el piè dritto de drieto al manco e, in questo tal buttare, tu tirerai de uno mandritto traversato, el quale acalarà in porta de ferro cinghiara, o vorrai de una ponta de sotto in suso, accompagnata la man dritta sotto el tuo brochiero; & de lì tu farai una meggia volta de pugno e sì te assetterai in coda longa & alta, con el tuo piè manco inanci, sicchè nota che questa botta se può fare per tre modi, cioè quando lui sarà posto in coda longa e stretta e in coda longa & alta e in porta di ferro stretta, sicchè in ciascuna di queste guardie tu poi fare questa botta sopraditta. Chap. 91. De la sixième partie et là tu seras agent avec le riverso.Étant resté en coda longa alta, de là je veux que tu laisses aller ton épée en coda longa e distesa, c’est-à-dire avec ton pied gauche devant et ton bocle tendu vers la droite de ton ennemi. et de là je veux que tu lui exécutes un falso de bas en haut à sa main d’épée, et si lui ne bouge pas, je veux que tu lui feintes de tourner ce falso dans un autre temps, et dans ce tour, tu feinteras avec ton épée par dessus la sienne : c’est-à-dire tu avanceras le pied droit vers le coté droit de cet ennemi, tirant dans ce temps une ponta falsata au visage de celui-ci. Alors lui par peur de cette ponta, lèvera son épée à l’extérieur et toi alors tu lui donneras un riverso à la jambe. Et cela fait, pour te couvrir, tu jetteras le pied droit derrière le gauche, et dans ce pas, tu tireras un mandritto traversato, lequel tombera en cinghiara porta di ferro, ou alors une ponta de bas en haut, accompagnant la main droite sous le bocle, et de là tu feras une meggia volta de pugno et alors tu t’arrangeras en coda longa alta, avec le pied gauche devant, donc note que ce coup peux se faire de trois façon : c’est-à-dire quand lui sera posté en coda longa stretta, en coda longa alta et en porta di ferro stretta, donc dans chacune de ces gardes tu peux faire ce coup ci-dessus.
Cap. 92. Della settima parte e in questa sarai con el falso agente per la man del nimico. Tu sai che rimanesti in coda longa & alta: l’è di bisogno che tu consideri in che guardia sarà el tuo nimico. Hora, preponiamo che tu lo trovi in porta di ferro stretta overo alta: de lì voglio che tu sia agente, cioè tu sarai el primo a ferire; trovandolo tu in le guardie sopraditte, tu li spingerai de una ponta con el piè dritto passando inanci, la qual ponta andarà per de fora dalla spada del tuo nimico, cioè falso per falso, cacciandola tu la ditta ponta forte per la faccia dal suo lato manco; e lui per paura della ditta ponta alargarà il braccio della ditta spada sua e tu alhora li caccerai de uno fendente tra la spada sua e ‘l suo brochiero, el quale percoterà forte la sua testa, & la tua spada non passerà guardia de faccia, perchè del naturale lui te responderà per testa; & respondendote per testa, voglio che alhora tu li drizi la ponta della spada tua in la faccia, accompagnata sotto el tuo brochiere e li darai in guardia de intrare; & a un tempo tu passerai del piè mancho inverso alle sue parte dritte & sì li darai de uno roverso per la tempia sua dritta, il quale roverso non passarà guardia de coda longa e alta; & per tuo reparo tu butterai el piè manco uno gran passo de drieto del dritto et li tirerai de uno mandritto, el quale acalerà a porta di ferro larga; & de lì tu farai una meggia volta de pugno e sì te assetterai in coda longa e stretta con il piè dritto inanci con le tue braccie & gambe ben distese & polite e con la spada stretta insieme con el tuo brochiero. Chap. 92. La septième partie et dans celle-là tu seras agent avec le falso à la main de l’ennemi.Tu sais qu’étant resté en coda longa alta, il est nécessaire que tu considères dans quelle garde sera ton ennemi. Maintenant, supposons que tu le trouves en porta di ferro stretta ou alta, de là je veux que tu sois agent : c’est-à-dire tu seras le premier à attaquer. Le trouvant dans une des gardes susmentionnées, tu lui pousseras une ponta avec le pied droit passant devant, cette ponta ira vers l’extérieur de l’épée de ton ennemi : c’est-à-dire falso contre falso, tirant cette ponta fortement au visage à son coté gauche. Et lui par peur de cette ponta, écartera son bras d’épée et toi alors tu titreras un fendente entre son épée et son bocle, lequel percuteras fortement sa tête, et ton épée ne dépassera pas guardia de faccia, de sorte que naturellement lui te répondra à la tête. Et lui te répondant à la tête, je veux que alors tu lui diriges la pointe de ton épée dans son visage, accompagné par dessous ton bocle et tu lui donneras en guardia de intrare. Et dans un temps, tu passeras le pied gauche devant vers son coté droit & alors tu lui donneras un riverso à sa tempe droite, lequel riverso ne dépassera pas la garde de coda longa alta. Et pour te couvrir tu jetteras le pied gauche en gran passo derrière le droit et tu lui donneras un mandritto, lequel tombera en porta di ferro larga, et de là tu feras une meggia volta de pugno et alors tu t’arrangeras en coda longa stretta avec le pied droit devant avec les bras et jambes bien tendus et policés et avec l’épée et le bocle serrés ensemble.
Cap. 93. El quale dechiara che in questa ottava parte serai con la ponta agente. Essendo tu rimaso in coda longa e stretta, de lì voglio che tu passi con il piè manco inverso le parte manche del nimico e, in questo passare, tu spingerai de uno falso impuntato per la tempia manca del sopraditto, in modo che lui discoprirà, per paura del ditto falso impuntato, le parte di sotto: e tu alhora li darai de uno mandritto per le gambe, cioè passando, in trare de tale mandritto, del tuo piè drito inanci, e la spada tua acalerà a porta de ferro larga; e se el tuo nimico in tale calare te tirasse o non tirasse, io voglio che tu butti il piè manco inverso alle parte dritte del nimico e, in tal tempo, tu spingierai de una ponta infalsata, cioè voltando el polso della mano tua dritta al’insuso, segando de uno roverso per gamba al sopraditto; e quando tu segarai tale roverso, voglio che, per tuo reparo, tu cacci el pugno della spada , cioè la ponta, forte inanci per la faccia al ditto tuo nimico, accompagnata sotto al tuo brochiero e, in spingere di tale ponta, tu butterai il piè manco uno gran passo de drieto dal dritto; e in questo buttare tu voltarai uno roverso in atto di molinello, cioè uno roverso tramazon per el braccio suo dritto, non movendo la tua gamba dritta dinanci dalla manca: in questo modo tu serai rimaso in coda longa e stretta, con le tue braccie e gambe ben polite e attilate. Chap. 93. Lequel décrit que dans cette huitième partie tu seras agent avec la ponta.Étant resté en coda longa stretta, de là je veux que tu passes avec le pied gauche devant vers le coté gauche de l’ennemi, dans ce pas, tu pousseras un falso impuntato à la tempe gauche de celui-ci, de sorte que par peur de ce falso impuntato lui se découvrira la partie basse. Et toi alors tu lui donneras un mandritto aux jambes : c’est-à-dire passant, dans le tir de ce mandritto, ton pied droit devant, et ton épée tombera en porta de ferro larga. Et si ton ennemi dans ce coup te tire ou ne tire pas, je veux que tu jettes le pied gauche vers le coté droit de l’ennemi, et dans ce temps, tu pousseras une ponta infalsata : c’est-à-dire tournant le poignet de ta main droite vers le haut, suivie d’un riverso à la jambe de celui-ci. Et quand tu tailleras ce riverso, je veux que pour te couvrir, tu chasses le poing de l’épée : c’est-à-dire la pointe, fortement devant vers le visage de ton ennemi, accompagné par-dessous ton bocle, et donnant cette ponta, tu jetteras le pied gauche en gran passo derrière le droit, et dans ce pas tu tourneras un riverso à la façon d’une molinello : c’est-à-dire un riverso tramazon à son bras droit, sans bouger ta jambe droite devant le gauche, de cettr façon tu seras resté en coda longa stretta, avec tes bras et jambes bien policés et serrés.
Cap. 94. El quale tratta dello abatimento di spada sola. Questo si è uno abattimento de spada sola, che è una cosa eccellente per insegnare a cadauno che havesse a fare a cortellate con spada da filo in mano; sicchè te conforto, accadendote a insegnar ad alcuno ch’avesse a combattere de ditta spada sola, tu te ricorerai sopra di queste cose composte in questo libro. Hora guarda che io voglio che tu t’assetti in coda longa e stretta, con il piè dritto inanci e ‘l manco acconciato per di drieto al dritto, e la man manca de drieto alla tua schina e ‘l braccio della spada disteso forte inanci per lo dritto del tuo nimico; e de lì tu urtarai de uno falso filo tondo per la faccia al tuo nimico, con un mandritto fendente insieme, el qual fendente calerà a porta di ferro larga, crescendo in tal tirare del tuo piè dritto inanci; e se all’hora el tuo nimico te tirasse per testa o per gamba, in tal tempo che lui tirerà, tu urterai de uno falso de sotto in suso per la man della spada del ditto tuo nimico e sì li segarai d’uno fendente traversato per la faccia arredopiato, cioè tu ne tirerai dui a uno medesimo tempo: la gamba manca caccierà la dritta inanci e la tua spada calarà a porta di ferro larga. Essendo in la detta porta di ferro larga e ‘l tuo nimico te tiresse una stoccata o uno mandritto per testa o uno roverso, a ciascuna de queste botte voglio che tu urti del falso della spada tua in la botta sua che lui tirerà e, in tal urtare, tu passerai uno gran passo del tuo piè manco inanci, inverso alle parte dritte del nimico, e in questo tal passare tu gli darai de uno roverso sgualembrato, che pigliarà dalla testa infino alla ponta delli piedi; & per tuo reparo tu butterai il piè manco uno gran passo de drieto del dritto e, in tal buttare, tu li tirerai de uno mandritto traversato per el braccio della spada sua, el quale calerà a porta di ferro stretta; e de lì tu farai una meggia volta di pugno e sì te assetterai in coda longa e stretta, come di sopra te dissi, pure con il tuo braccio della spada ben disteso per lo dritto del ditto nimico & la gamba manca acconciata come di sopra. Chap. 94. Lequel traite du combat de l’épée seule.Ceci est un combat de l’épée seule, qui est une chose excellente pour enseigner à quelqu’un qui doit faire un duel avec l’épée affûtée en main. Donc te rassurant, t’arrivant d’enseigner à quelqu’un qui a à combattre de l’épée seule, tu te souviendras alors des choses qui composent ce livre. Maintenant, vois que je veux que tu te mettes en coda longa e stretta avec le pied droit devant et le gauche arrangé derrière le droit, et la main gauche par derrière ton dos, le bras d’épée tendu fortement vers l’avant vers la droite de ton ennemi, et de là tu choqueras un falso tondo au visage de ton ennemi avec d’un mandritto fendente ensemble, lequel tombera en porta di ferro larga, avançant dans ce coup ton pied droit devant, et si alors ton ennemi te tire à la tête, où à la jambe, dans le temps où il tire, tu choqueras un falso de bas en haut à la main d’épée de ton ennemi, et alors tu le suivras d’un fendente traversato au visage doublé : c’est-à-dire que tu en tireras deux dans un même temps, la jambe gauche poussant la droite devant, et ton épée allant en porta di ferro larga. Étant dans cette porta di ferro larga et ton ennemi te tire une stocata, ou un mandritto à la tête ou un riverso, pour chacun de ces coups je veux que tu choques le falso de ton épée dans le coup qu’il te tire, dans cette parade, tu passeras en gran passo ton pied gauche vers l’avant vers le coté droit de l’ennemi, et dans ce pas tu lui donneras un riverso sgualembrato qui coupera de la tête à la pointe des pieds. Et pour tu couvrir tu jetteras le pied gauche en gran passo derrière le droit, et dans ce pas tu lui tireras un mandritto traversato à son bras d’épée et celui-ci tomberas en porta di ferro stretta, et de là tu feras un meggia volta de pugno, et tu t’arrangeras en coda longa stretta comme je te disais ci dessus, aussi avec le bras d’épée bien tendu vers la droite de l’ennemi et la jambe gauche arrangée comme ci dessus.
Cap. 95. El qual tratta della seconda parte. Hora, essendo rimaso in coda longa e stretta e ‘l tuo nemico fusse ancora lui in questa medesima guardia, overo che lui fusse in coda longa & alta, de lì voglio che tu cresci con il piè manco inanci e, in questo crescere, tu gli darai de uno falso impuntato, cioè tondo in la spada del ditto tuo nimico per de dentro, per modo che tu li segarai de uno roverso tondo per la faccia, crescendo a uno tempo medesimo del piè dritto tuo inanci; ma sappi che per tuo reparo tu butterai il piè dritto de drieto del manco: in tal buttare tu tirerai de uno altro roverso sgualembrato de gamba levata, che calerà in coda longa & alta e lì serai patiente, cioè tu aspetterai el ditto nimico che te tire, sicchè nota. Chap. 96. Qui traite de la seconde partie.Maintenant, étant resté en coda longa stretta, et ton ennemi étant lui aussi dans cette même garde, ou alors lui étant en coda longa alta, de là je veux que tu avances avec la pied gauche devant, et dans ce pas tu lui donneras un falso impuntato : c’est-à-dire tondo dans l’épée de ton ennemi par l’intérieur, de sorte que tu le suivras d’un riverso tondo au visage avançant en même temps ton pied droit devant. Mais sache que pour te couvrir tu jetteras le pied droit derrière le gauche, et dans ce pas tu tireras un autre riverso sgualembrato de gamba levata qui tombera en coda longa & alta, et là tu seras patient : c’est à dire tu attendras que ton ennemis t’attaque, donc note.
Cap. 96. Che parla di quattro contrarii contra alla stoccata. Io al presente te voglio mostrare che, essendo tu rimaso in coda longa & alta, il tuo nimico te tirasse de una stoccata per faccia, a questa stoccata io te darò quattro contrarii molto perfetti e securi: imprima, alla detta stoccata, tirandola lui per faccia, tu crescerai d’il piè dritto, forte verso alle parte manche del nimico e in questo crescere tu metterai el filo dritto in la stoccata sua e sì li spingerai una ponta roversa per la faccia, o vorrai segarli uno roverso per la detta faccia; o vorrai a questa stoccata urtare del falso de sotto in suso, pur crescendo del ditto piè dritto, poi passare del tuo piè dritto inverso alle parte stanche del nimico e, in questo passare, tu li poi tirare uno roverso traversato, el qual piglierà il braccio della spada sua. Hora nota qui che facendo questi quattro parati e feriri da te stesso, l’uno ferma, chè quando tu pararai la detta stoccata e che li harai spinto la ponta roversa, all’hora non moverai la spada tua de guardia de faccia, perchè, tragando lui mandritto tondo o fendente o stoccata o ponta, voglio che tu pari queste botte in fil de spada, in atto de guardia d’intrare; in tempo di tal parare, tu passerai del piè manco inverso alle parte dritte del nimico & sì li darai de uno roverso nella tempia dritta e la gamba dritta seguirà la manca per de drieto e la spada tua non passarà guardia di coda longa & alta; e a questo modo tu serai tornato in guardia perfetta per parare stoccata. Ancora, quando tu havessi parato la detta stoccata e che tu segasse il roverso per faccia, voglio per tuo reparo che tu butti el piè dritto de drieto dal manco e in tal buttare tu li tirerai de uno altro roverso traversato de gamba levata e la tua spada serà tornata pur in la detta guardia de coda longa & alta, come di sopra te dissi, cioè tu serai rimaso con el piè manco inanci; e ancora, parando la detta stoccata del falso della spada tua de sotto in suso, per darli de roverso segato per le gambe, all’hora per tuo reparo tu butterai el piè dritto de drieto al manco e, in tal buttare, darai de uno falso traversato de sotto in suso per il braccio della spada sua, con uno fendente segandogli per la faccia e la tua spada serà tornata in la detta guardia, come di sopra te dissi. Chap. 96. Qui parle des quatre contres de la stocata,Je veux te montrer à présent qu’étant resté en coda longa alta, ton ennemi te tire une stocata au visage, je te donne quatre contres bien parfaits et sûrs pour cette stocata. En premier sur cette stoccata, lui la tirant à ton visage, tu avanceras du pied droit fortement vers le coté gauche de l’ennemi, et dans ce pas tu mettras ton vrai tranchant dans sa stoccata et alors tu lui pousseras une ponta riverso au visage, ou alors tu tailles un riverso à son visage, ou alors à cette stocata tu choques un falso de bas en haut, aussi en avançant du pied droit, puis passe du pied droit vers le coté ouvert de l’ennemi, et dans ce pas, tu lui tireras un riverso traversato lequel prendra son bras d’épée. Maintenant note ici que faisant ces quatre parades et attaques toi-même, l’un ferme/de pied ferme, que quand tu pareras cette stocata, et que tu lui aura poussé la ponta riverso alors tu ne bougeras pas ton épée de la guardia de faccia, parce, lui tirant un mandritto tondo, ou fendente, ou stocata, ou ponta, je veux que tu pares ces coups sur le tranchant de l’épée, à la façon de la guardia de intrare, dans le temps de cette parade, tu passeras le pied gauche vers le coté droit de l’ennemi et alors tu lui donneras un riverso à la tempe droite, et la jambe droite suivra la gauche par derrière, et ton épée ne dépasseras pas guardia di coda longa & alta, et de cette façon tu seras retourné dans une garde parfaite pour parer la stocata. Toujours quand tu as paré cette stocata et que tu tailles le riverso au visage, je veux que pour te couvrir que tu jettes le pied droit derrière le gauche et dans ce pas tu lui tireras un autre riverso traversato de gamba levata et ton épée sera ainsi retournée dans la garde de coda longa alta, comme je te disais ci-dessus : c’est-à-dire que tu seras resté avec le pied gauche devant, et toujours parant cette stoccata du falso de ton épée de bas en haut, pour donner un riverso taillant aux jambes, alors pour te couvrir tu jetteras le pied droit derrière le gauche, et dans ce pas, tu donneras un falso traversato de bas en haut à son bras d’épée avec un fendente passant par le visage et ton épée sera retournée dans cette garde comme je te disais ci dessus
Cap. 97. Che dice contra alla detta stoccata.Essendo tu rimaso come di sopra te notificai, pure in guardia di coda longa & alta e ‘l tuo nimico te tirasse stoccata, tu sai che io te dissi qui di sopra che tu poi passare del piè dritto inanci inverso alle parte stanche del nimico e tirare in tal passare de uno roverso traversato; e de fatto, per tuo reparo, tu butterai il piè dritto de drieto al manco e sì tirerai uno mandritto per lo braccio della spada sua, el quale mandritto calerà in porta di ferro cinghiara; e de lì tu farai una meggia volta de pugno e sì serai tornato come di sopra t’amaestrai, cioè in coda longa & alta. Chap. 97. Qui dit le contre de la stoccata.Étant resté comme je te le notifiai ci-dessus aussi en guardia di coda longa alta, et ton ennemi te tirant une stocata, tu sais que je t’ai dis ci-dessus que tu peux passer du pied droit devant vers le coté ouvert de l’ennemi, et tirer dans ce pas un riverso traversato. Et de fait pour te couvrir, tu jetteras le pied droit derrière le gauche et alors tu tireras un mandritto à son bras d’épée, lequel mandritto tombera en cinghiara porta di ferro, et de là tu feras une megia volta de pugno et alors tu seras retourné comme je t’ai montré ci-dessus : c’est-à-dire en coda longa alta
Cap. 98. Che tratta pure contra alla detta stoccata.
Hora nota che essendo tu ancora in coda longa & alta e che uno te tirasse de stoccata, io voglio che in tal tempo che lui tirerà la detta stoccata, passarai del tuo piè dritto forte inverso alle parte manche del tuo nimico e, in questo passare, tu gli cacciarai una ponta per li fianchi; e de fatto tu farai una meggia volta di pugno e sì te assetterai in coda longa e stretta con il piè dritto inanci ben polito e attilato e ‘l braccio della spada tua ben disteso per lo dritto del nimico e ‘l tuo piè manco acconciato de drieto al dritto.
Chap. 98. Qui traite aussi du contre de la stocata.Maintenant, note qu’étant encore en coda longa alta, et que quelqu’un te tire une stoccata, je veux que dans le temps où lui tire cette stoccata tu passeras du pied droit fortement vers le coté gauche de ton ennemi, et dans ce pas, tu lui chasseras une ponta aux flancs, et aussitôt tu feras une megia volta de pugno, et tu t’arrangeras en coda longa stretta avec le pied droit devant bien policé et bien mis et ton bras d’épée bien tendu vers la droite de l’ennemi et ton pied gauche arrangé derrière le droit.
Cap. 99. Che tratta dello agente con el mandritto.
Essendo tu in coda longa e stretta e ‘l tuo nimico fusse in coda longa & alta, overo stretta come tu, de qui voglio che tu butti el piè manco inverso alle sue parte dritte e, in tal buttare, tu li darai de uno mandritto a traverso la mano dalla spada sua, forte, in modo che la spada tua acalarà in cinghiara porta di ferro stretta; e lì subito tu crescerai del tuo piè dritto inanci e sì li darai de uno roverso per le gambe; e per tuo reparo tu butterai il piè dritto de drieto del manco e, in tal buttare, tu tirerai uno altro roverso sgualembrato de gamba levata e la tua spada serà calata in coda longa & alta; e de lì tu butterai el piè dritto inanci e sì te assetterai in porta di ferro stretta e la gamba manca acconciata alla dritta per de drieto.
Chap. 99. Qui traite de l’agent avec le mandritto.Étant en coda longa stretta et ton ennemi étant en coda longa alta ou alors en stretta comme toi, de là je veux que tu jettes le pied gauche vers son coté droit, et dans ce pas, tu lui donneras un mandritto à travers sa main d’épée, fortement, de sorte que ton épée tombera en cinghiara porta di ferro stretta, et là aussitôt tu avanceras ton pied droit devant, et alors lui donneras un riverso à la jambe. Et pour te couvrir tu jetteras le pied droit derrière le pied gauche, et dans ce pas tu tireras un autre riverso sgualembrato de gamba levata, et ton épée sera tombé en coda longa alta, et de là tu jetteras le pied droit devant et alors tu t’arrangeras en porta di ferro stretta, et la jambe gauche arrangé par derrière la droite.
Cap. 100. Dell’ultima parte dello abattimento de spada sola. Essendo tu andato in porta di ferro stretta e ‘l tuo nimico fusse come tu, all’hora voglio che tu tirasse del piè dritto inanci e che tu urti de uno falso de sotto in suso per la spada del nimico, in modo che la tua a la sua se accompagnarà insieme a falso per falso: all’hora voglio che tu cressi forte del piè manco inanci, inverso le sue parte dritte e metterai la gamba tua defora dalla sua dritta, per amore che lui non te fesse una gambata e, in questo cressere che tu farai del ditto tuo piè manco, tu farai una meggia volta di pugno & sì li spingerai una ponta dritta per la faccia, alciando la mano tua al’insuso, in modo che, per paura della ditta ponta, lui alciarà il braccio della spada in fora; e tu all’hora poi buttare la tua man manca alla sua spada o voi al braccio dritto della ditta spada e li farai una presa; e se tu non volessi fare presa, a quello tempo che lui alciarà tu passerai del tuo piè dritto inverso alle sue parte manche e in tal passare tu li darai de uno mandritto traversato per lo braccio suo dalla spada, o per testa, aredopiato, cioè tu ne tirerai duoi a uno tempo, de mandritti, e l’ultimo calerà a porta di ferro larga; e de lì s’el tuo nimico te tirasse botta alcuna, tu urterai del falso de sotto in suso in la spada sua e sì li darai de uno roverso per la testa, passando del piè manco inverso alle sue parte dritte; e per tuo reparare tu butterai il piè dritto de drieto del manco e, in questo buttare, tu li tirerai de una stoccata sopra mano per la faccia e la tua spada calerà in porta di ferro; e tu all’hora farai una meggia volta di pugno e sì te assettarai in coda longa e stretta con el tuo piè dritto inanci ben polito. Chap. 100. La dernière partie sur le combat à l’épée seule.Étant tombé en porta di ferro stretta et ton ennemi étant comme toi alors je veux que tu tires le pied droit devant, et que tu choques un falso de bas en haut dans l’épée de l’ennemi, de sorte que ton épée et la sienne soient ensembles falso contre falso, alors je veux que tu avances fortement le pied gauche devant vers son coté droit et tu mettras ta jambe à l’extérieur de sa jambe droite, par amour qui ne te fasse une « gambata », et dans ce pas que tu feras avec ton pied gauche, tu feras un meggia volta de pugno et alors tu lui pousseras une ponta dritta au visage, levant ta main vers le haut, de façon que par peur de la pointe il lèvera le bras de l’épée vers l’extérieur, et toi alors, tu peux jeter ta main gauche à son épée ou au bras droit de cette épée, et là tu lui feras une prise, et si tu ne veux pas faire la prise, dans le temps où il lèvera tu passeras de ton pied droit vers son coté gauche, et dans ce pas tu lui donneras à son bras d’épée, ou à la tête un mandritto traversato doublé, c’est-à-dire tu tireras deux mandritti dans un temps et le dernier tombera en porta di ferro larga, et de là si ton ennemi te tire un coup quelconque, tu choqueras un falso de bas en haut dans son épée, et alors tu lui donneras un riverso à la tête passant le pied gauche vers son coté droit. Et pour te couvrir tu jetteras le pied droit derrière le gauche (erreur ? car inversé par rapport aux positions précédentes et suivantes) et, dans ce pas, tu tireras une stocata la main au dessus au visage, et ton épée tombera en porta di ferro, et alors tu feras un megia volta de pugno et alors tu t’arrangeras en coda longa e stretta avec le pied droit devant bien policé.
Cap. 101. Dello abattimento di spada e rotella da persona a persona. Hora qui te componerò uno abattimento de rotella e spada che serà una cosa molto gentile e utile; ma imprima che io comenci la prima parte, io voglio che tu te assetti con il piè manco inanci appresso del dritto e la rotella volta con la imbracciatura all’insuso e la spada sotto la rotella, la quale serà sotto a la lasina manca, molto ben polito per andare a trovare el tuo nimico; adonque, de qui tu tirerai fuora la spada de sotto alla tua rotella & andarai in coda longa & stretta: del piè manco tirerai una stoccata e del dritto uno mandritto, che calerà in porta di ferro larga e dapoi tu tirerai el dritto appresso il manco e defatto tu farai falso del piè dritto, inverso le sue parte stanche, e del piè manco tu tirerai un roverso che andarà in coda longa & alta e lì aspetterai. Chap. 101. Du combat de l’épée et rondache en un contre un.Maintenant ici je te compose un combat de la rondache et de l’épée qui sera une chose gentille et utile. Mais avant que je commence la première partie, je veux que tu t’arranges avec le pied gauche devant près du pied droit et la rondache tourné avec les énarmes en haut et l’épée sous la rondache, laquelle sera sous la « lasina » gauche, assez bien policé pour aller trouver ton ennemi. Donc, de là tu tireras à l’extérieur l’épée de sous ta rondache et tu iras en coda longa stretta, du pied gauche tu tireras une stoccata et le du droit un mandritto, qui tomberas en porta di ferro larga et ensuite tu tireras le (pied) droit près du gauche et de fait tu feras un falso du pied droit, vers son coté ouvert, et du pied gauche tu tireras un riverso qui ira en coda longa alta et là tu attendras.
Cap. 102. Della prima parte de spada e rotella & serai patiente. Siando tu in coda longa & alta & il tuo nimico te tirasse de una stoccata o uno mandritto o uno roverso, a cadauna di queste botte voglio che tu butti il piè dritto verso alle sue parte manche e lì tirerai uno falso di sotto in suso per la mano sua della spada; e in tirare del ditto falso il piè manco seguirà il dritto per de drieto, segando uno roverso per la sua gamba dritta; e de fatto tu butterai il piè dritto de drieto dal manco e, in questo buttare, tu tirerai de uno roverso spinto dal suo lato dritto e lì t’assetterai in quella guardia de prima, cioè in coda longa & alta, e lì aspetterai un’altra volta il nimico, con la rotella stretta e con la spada insieme. Chap. 102. De la première partie de l’épée et rondache et tu seras patient.Étant en coda longa alta et ton ennemi te tire une stoccata ou un mandritto ou un riverso, a chacun de ces coups je veux que tu jettes le pied droit vers son coté gauche et là tu tireras un falso de bas en haut à sa main d’épée, et en tirant ce falso, le pied gauche suivra le droit par derrière, taillant un riverso à sa jambe droite, et de fait tu jetteras le pied droit derrière le gauche et dans ce pas tu tireras un riverso spinto à son coté droit et là tu t’arrangeras dans la garde du début : c’est-à-dire en coda longa alta, et là tu attendras une autre fois l’ennemi, avec la rondache et l’épée serrées ensemble.
Cap. 103. Della seconda parte e serai agente con la ponta.Essendo tu rimaso in coda longa & alta e il tuo nimico fusse in porta di ferro stretta, all’hora voglio che tu spingi una ponta per la faccia, con il piè dritto inanci, dalle sue parte dritte; all’hora lui, per paura di quella ditta ponta, alciarà la spada sua e tu, a un tempo, voglio che tu passi d’uno gran passo del tuo piè manco inverso alle sue parte dritte e li metterai la rotella sotto il suo braccio dritto, cioè in quella della spada, e in mettere de ditta rotella tu li darai de uno mandritto per la gamba sua dritta e ‘l piè dritto seguirà il manco per de drieto; e per tuo reparo tu butterai il piè manco uno gran passo de drieto al dritto e, in questo buttare, tu li tirerai d’uno roverso spinto con una ponta sotto la rotella tua, fugendo il piè dritto indrieto, e ‘l manco andarà in coda longa e stretta, ben polito e galante quanto sia possibile. Chap. 103. De la seconde partie et tu seras agent avec la ponta.Étant resté en coda longa alta et ton ennemi étant en porta di ferro stretta, alors je veux que tu pousses une ponta au visage, avec le pied droit devant, à son coté droit. Alors lui, par peur de cette ponta, lèvera son épée et toi dans ce temps je veux que tu passes en gran passo ton pied gauche vers son coté droit et tu lui mettras la rondache sous son bras droit : c’est-à-dire celle de l’épée, et en mettant cette rondache tu lui donneras un mandritto à sa jambe droite et le pied droit suivra le gauche par derrière. Et pour te couvrir tu jetteras le pied gauche en gran passo derrière le droit, et dans ce pas tu lui tireras un riverso spinto avec une ponta sous ta rondache, fuyant le pied droit derrière, et le gauche ira en coda longa stretta, bien policé et galamment autant que possible.
Cap. 104. Della tertia parte, per essere con la stoccata agente. Essendo rimaso in la prima parte in coda longa e stretta con il piè dritto inanci, io voglio che tu passi con il piè manco e che tu tire de una stoccata per la faccia del tuo nimico sotto alla rotella tua; presto tu tirerai il piè manco appresso il dritto e in quell tempo medesimo tu butterai el ditto manco uno gran passo inverso alle parte manche del tuo nimico e, in tal buttare, tu li caccierai uno falso impuntato per la tempia manca, desopra della rotella sua; e d’il piè dritto, tu farai vista de darli de uno mandritto e tirarli de roverso per le sue gambe e, in tempo di tal vista, la tua gamba dritta sera denanci dalla manca e la manca seguendo al loco suo; e per tuo reparo tu butterai il piè dritto uno gran passo de drieto al manco e, in tal buttare, tu tirerai uno roverso spinto de gamba levata per la faccia al ditto & la tua spada calerà in coda longa & alta, con il piè manco inanci; e lì aspetterai il tuo nimico che tire prima di te. Chap. 104. La troisième partie, pour être agent avec la stoccata.Étant resté dans la première partie en coda longa stretta avec le pied droit devant, je veux que tu passes avec le pied gauche et que tu tires une stoccata au visage de ton ennemi sous ta rondache, rapidement tu tireras le pied gauche près du droit et dans ce même temps tu jetteras ce (pied) gauche en gran passo vers le coté gauche de l’ennemi, et dans ce pas, tu lui chasseras un falso impuntato à la tempe gauche, au dessus de sa rondache. Et du pied droit, tu feras semblant de donner un mandritto et tireras un riverso à ses jambes, et dans le temps de cette feinte, ta jambe droite sera devant la gauche, et la gauche suit à sa place. Et pour te couvrir tu jetteras le pied droit en gran passo derrière le gauche, et dans ce pas, tu tireras un riverso spinto de gamba levata au visage de celui-ci et ton épée tombera en coda longa alta, avec le pied gauche devant, et là tu attendras que ton ennemi te tire en premier.
Cap. 105. Che tratta, in questa quarta parte, del patiente. Tu sai che rimanesti in coda longa & alta per aspettare il tuo nimico che tire: de qui, voglio che tu stia attento perchè se lui te tirasse una stoccata per faccia, a questa stoccata voglio che tu gli daghi de uno mandritto per la man della spada e uno roverso per le gambe; e quando tu tirerai tale mandritto, voglio che tu passi con il piè dritto inanci e, per tuo reparo, tu butterai il piè dritto de drieto del manco e in tal buttare tu tirerai de uno roverso al nemico per lo braccio della spada; a uno tempo medesimo tu tirerai de una ponta sotto alla rotella tua per la faccia del tuo nimico e, in spingere della ditta ponta, il piè manco fuggirà il dritto per de drieto uno gran passo e lì te assetterai in coda longa e stretta, con il piè dritto inanci e con le braccie e gambe bene distese e polito al modo usato. Chap. 105. Qui traite, dans cette quatrième partie, du patient.
Tu sais que restant en coda longa alta pour attendre que ton ennemi tire, de là je veux que tu sois attentif parce que si lui te tire une stoccata au visage, à cette stoccata je veux que lui donne un mandritto à la main d’épée et un riverso aux jambes, et quand tu tireras ce mandritto, je veux que tu passe avec le pied droit devant. Et pour te couvrir tu jetteras le pied droit derrière le gauche et dans ce pas tu tireras un riverso au bras d’épée de l’ennemi, en un même temps tu tireras une ponta sous ta rondache au visage de ton ennemi et en poussant cette ponta, le pied gauche fuira le droit en arrière en gran passo et là tu t’arrangeras en coda longa stretta, avec le pied droit devant et les bras et les jambes bien tendus et policés de façon habituelle.
Cap. 106. Come sei rimaso in coda longa e stretta. Siando rimaso in coda longa e stretta, io voglio che de qui tu passi uno gran passo con il piè manco inanci, alquanto per traverso, verso alle sue parte manche e, in questo passare, tu li tirerai uno mandritto alla mano della spada e la tua spada calerà in porta di ferro cinghiara; e s’el tuo nimico te tirasse per testa, voglio che tu butti il piè tuo dritto inanci, inverso alle sue parte manche, e sì li darai de uno roverso tondo per le gambe e la rotella tua parerà la botta sua, distendendo bene il braccio manco inanci; e per tuo riparo tu tirerai uno roverso spinto de gamba levata, fugendo con il piè dritto di drieto dal manco; & de fatto tu tirerai uno mandritto fendente, con il piè manco fugendo de drieto dal dritto e la tua spada calerà in porta di ferro stretta; e lì tu ‘spetterai il nemico che tiri lui prima di te. Chap. 106. Comme tu es resté en coda longa stretta.Étant resté en coda longa stretta, je veux que tu passes en gran passo avec le pied gauche devant, un peu en travers, vers son coté coté gauche et dans ce pas, tu lui tireras un mandritto à la main d’épée et ton épée tombera en cinghiara porta di ferro. Et si ton ennemi te tire à la tête, je veux que je jettes ton pied droit devant, vers son coté gauche, et alors tu lui donneras un riverso tondo aux jambes et ta rondache parera son coup, détendant bien le bras gauche devant. Et pour te couvrir tu tireras un riverso spinto de gamba levata, fuyant avec le pied droit derrière le gauche, et de fait tu tireras un mandritto fendente, avec le pied gauche fuyant derrière le droit et ton épée tombera en porta di ferro stretta, et là tu attendras ton que ton ennemi te tire en premier.
Cap. 107. Essendo tu in porta di ferro stretta.Siando tu a porta di ferro stretta e il tuo nimico te tirasse uno mandritto o roverso o stoccata, a ciascuna di queste botte voglio che tu facci falso e roverso, con la gamba manca aconciata appresso della dritta e, in quel tempo che tu urterai il roverso, tu crescerai della dritta inanci; e quando tu haverai fatto falso e roverso, tu farai falso de sotto in suso per la mano del tuo inimico de sotto la tua rotella ferma e di fatto, per tuo reparo, tu tirerai uno roverso spinto da lato dritto de gamba levata, fugiendo il piè dritto uno gran passo de drieto al manco, e la tua spada calarà in coda longa & alta; e de lì aspetterai il tuo nimico che te tire lui e, a questo modo, tu serai patiente. Chap. 107. Étant en porta di ferro stretta.Toi étant en porta di ferro stretta et ton ennemi te tirant un mandritto ou riverso ou stoccata, dans chacun de ces coups je veux que tu fasses falso et riverso, avec la jambe gauche se plaçant près de la droite, et dans le temps où tu choqueras le riverso, tu avanceras avec la droite devant. Et quand tu auras fait falso et riverso, tu feras un falso de bas en haut à la main de ton ennemi sous ta rondache de pied ferme. Et cela fait, pour te couvrir, tu tireras un riverso spinto de gamba levata du coté droit, fuyant le pied droit en gran passo derrière le gauche, et ton épée tombera en coda longa alta, et de là tu attendras que ton ennemi te tire, et de cette façon tu seras patient.
Cap. 108. El qual dinota come tu sei rimaso in coda longa & alta. Siando tu rimaso in coda longa & alta, di qui noi preponeremo che el tuo nimico te tirasse uno mandritto per gamba o per testa o uno roverso o una stoccata: a ciascuna di queste botte voglio che tu passi d’uno gran passo inanci, alquanto un poco per traverso alle parte manche del nimico, della tua gamba dritta e, in questo passare, tu li tirerai de uno roverso sgualembrato a traverso al braccio della spada; e fatto che tu haverai il detto roverso, tu tornerai de uno falso de sotto in suso sotto della rotella tua, il quale falso anderà per la mano del sopradetto e, per tuo reparo, tu tirerai de uno roverso spinto di gamba levata per la tempia dritta del nimico, fuggendo, in trar di tal roverso, il piè dritto de drieto uno gran passo del manco; e subito tu spingerai una ponta de sotto in suso sotto alla rotella tua, che andarà per la faccia del tuo nimico, fugendo il piè manco de drieto dal dritto e lì t’assettarai in coda longa e stretta molto bene assettato, stretto con la spada e la rotella; e de lì voglio che tu sia agente. Chap. 108. Lequel décrit comment tu es resté en coda longa alta.Étant resté en coda longa & alta, de là nous supposons que ton ennemi te tire un mandritto à la jambe ou à la tête ou un riverso ou une stoccata, à chacun de ces coups je veux que tu passes de ta jambe droite en gran passo devant, un peu de travers vers le coté gauche de l’ennemi, et dans ce pas tu lui tireras un riverso sgualembrato à travers le bras d’épée. Et ayant fait ce riverso, tu tourneras un falso de bas en haut sous ta rondache, lequel falso ira à la main de celui-ci. Et pour te couvrir, tu tireras un riverso spinto di gamba levata à la tempe droite de ton ennemi, fuyant, dans ce coup, le pied droit derrière le gauche en gran passo. Et aussitôt tu pousseras un ponta de bas en haut sous ta rondache, qui ira au visage de ton ennemi, fuyant le pied gauche derrière le droit et là tu t’arrangeras en coda longa stretta très bien arrangé, avec l’épée et la rondache serrées, et de là je veux que tu sois agent.
Cap. 109. Dello agente, essendo rimaso in coda longa e stretta. Siando rimaso in coda longa e stretta, voglio che tu passi con il piè manco inanci e che tu tiri una stoccata per la faccia del tuo nimico, de fatto tirando el ditto piè manco appresso del dritto; e s’el tuo nimico te tirasse per testa, io voglio che tu passi con il piè manco inverso alle sue parte dritte e, in questo passare, voglio che tu accompagni la spada con la rotella in guardia di testa, chè parerai la botta del nimico; e de fatto tu butterai el piè dritto inanci, inverso alle sue parte manche, e sì li darai de uno mandritto per le gambe e la tua spada calerà in porta di ferro larga; e se lui te tirasse in quel tempo per testa, voglio che tu pari in filo di spada accompagnato con la rotella e la spada tua andarà in guardia di faccia; e in questo parare tu butterai un poco il piè dritto inverso alle sue parte manche e subito passerai con il piè manco innanci inverso alle sue parte dritte e sì li darai de un roverso per gamba o per testa e la tua spada calarà in coda longa & alta; e de fatto, tu tirerai de un falso de sotto in suso per la mano sua della spada, accompagnato con la tua rotella, fugendo il piè manco de drieto al dritto e lì farai una meggia volta di pugno e sì te assetterai in coda longa e stretta, galante quanto sia possibile & attilato. Chap. 109. De l’agent, étant resté en coda longa stretta.Étant resté en coda longa stretta, je veux que tu passes avec le pied gauche devant et que tu tires une stoccata au visage de ton ennemi, de fait tirant ce pied gauche prés du droit. Et si ton ennemi te tire à la tête, je veux que tu passes avec le pied gauche vers son coté droit, et dans ce pas, je veux que tu accompagnes l’épée avec la rondache en guardia di testa, où tu pareras le coup de l’ennemi. Et cela fait tu jetteras le pied droit devant, vers son coté gauche, et alors tu lui donneras un mandritto aux jambes et ton épée tombera en porta di ferra larga. Et si lui te tire dans ce temps à la tête, je veux que tu pares avec le vrai tranchant de l’épée accompagné de la rondache et ton épée ira en guardia di faccia, et dans cette parade tu jetteras un peu le pied droit vers son coté gauche et aussitôt tu passeras avec le pied gauche devant vers son coté droit et alors tu lui donneras un riverso à la jambe ou à la tête et ton épée tombera en coda longa alta. Et cela fait, tu tireras un falso de bas en haut à sa main d’épée, accompagné avec ta rondache, fuyant le pied gauche derrière le droit et là tu feras un meggia volta di pugno et alors tu t’arrangeras en coda longa e stretta, galamment autant que possible & bien mis.
Cap. 110. Dello agente e del patiente in la detta coda longa e stretta. Tu sai che essendo rimaso in coda longa e stretta, de qui tu poi essere agente e patiente, ma al presente tu serai patiente, perchè s’el tuo nimico te tirasse una stoccata, overo uno mandritto per gamba o per testa, io voglio che tu tiri uno mandritto traversato attraverso el braccio della spada del tuo nimico, el tuo piè dritto fugendo uno gran passo de drieto al manco, e la tua spada calerà in porta di ferro cinghiara e lì aspetterai il tuo nimico che te tire; preponiamo che lui te tire uno mandritto o roverso o una stoccata: a ciascuna di queste botte voglio che tu passi uno gran passo col piè dritto inanci, inverso le sue parte manche e in questo passare tu farai falso e sì li darai de uno roverso per la gamba, tirando falso all’insuso per la man della spada del nimico; e per tuo riparo, tu butterai il piè dritto de drieto dal manco & in questo buttare tu tirerai uno roverso spinto de gamba levata dal lato suo dritto e la tua spada calarà in coda longa & alta; & lì aspetterai el nimico che te tire, tenendo l’occhio sempre alla mano della spada del sopraditto. Chap. 110. De l’agent et du patient dans cette coda longa stretta.Tu sais que étant resté en coda longa stretta, de là tu peux être agent et patient. Mais à présent tu seras patient, parce que si ton ennemi te tire une stoccata, ou alors un mandritto à la jambe ou à la tête, je veux que tu tires un mandritto traversato à travers le bras d’épée de ton ennemi, et ton pied droit fuyant en gran passo derrière le gauche, et ton épée tombera en cinghiara porta di ferro et là tu attendras que ton ennemi t’attaque. Supposons que lui te tire un mandritto ou riverso ou une stoccata, à chacun de ces coups je veux que tu passes en gran passo avec le pied droit devant, vers son coté gauche et dans ce pas tu feras un falso et alors tu lui donneras un riverso à la jambe, tirant le falso vers le haut dans la main d’épée de ton ennemi. Et pour te couvrir, tu jetteras le pied droit derrière le gauche et dans ce pas tu tireras un riverso spinto de gamba levata à son coté droit et ton épée tombera en coda longa alta, et là tu attendras que ton ennemi t’attaque, tenant les yeux toujours à la main d’épée de celui-ci.
Cap. 111. Del discoperto, essendo rimaso in coda longa & alta. Essendo rimaso in coda longa & alta, de lì voglio che tu te discopri alquanto un poco la tua gamba manca, acciocch’el tuo nimico te tire a quella sopraditta gamba manca uno mandritto, overo roverso; ma preponiamo che te tire prima uno mandritto: io voglio che in quel tempo che lui tirerà el ditto mandritto, voglio che tu passi uno gran passo del piè dritto inanci, per lo dritto del nimico & in questo passare tu drizzerai la ponta della spada tua inverso la cossa dritta del nimico, cioè el falso della tua spada volto inverso del taglio del tuo nimico, accompagnata la mano tua della spada sotto la tua rotella con le braccie ben distese inanci: a questo modo tu parerai el suo mandritto & de fatto, come tu haverai parato el ditto mandritto, voglio che tu li seghi de uno roverso per le gambe; e in questo segare tu butterai el piè dritto in drieto uno gran passo de drieto del manco & in questo buttare tu tirerai de uno roverso spinto de gamba levata dal suo lato dritto del nimico; & defatto tu butterai il piè manco de drieto al dritto & lì farai una meggia volta di pugno & sì te assetterai in coda longa & stretta. Ma preponiamo che lui tirasse uno roverso per gamba o per testa: voglio che in quello tempo che lui tirerà el ditto roverso, io voglio che tu fazzi uno camuffo de piedi, cioè voglio che tu tiri il piè manco appresso del dritto, per modo ch’el suo roverso passerà via ch’el non te farà dispiacer alcuno e, passato ch’el serà el ditto roverso, tu butterai el tuo piè dritto uno gran passo inanci & sì li darai a lui de uno roverso per la gamba dritta; e de fatto, tu tornerai de falso de sotto in suso sotto la rotella tua, fermo con li piedi, e poi, fatto che tu haverai el ditto falso, tu butterai el piè dritto uno gran passo de drieto del manco e in questo buttare tu tirerai uno roverso spinto per la tempia dritta del nimico e poi butterai un passo il piè manco de drieto del dritto; e sì farai una meggia volta di pugno e sì te assettarai in coda longa e stretta, con le tue braccie distese e polite. Chap. 111. De l’ouverture, étant resté en coda longa alta.Étant resté en coda longa alta, de là je je veux que tu te découvres un peu de ta jambe gauche, de sorte que ton ennemi te tire à cette jambe gauche un mandritto ou un riverso. Mais supposons qu’il te tire en premier un mandritto, je veux que dans le temps où il tire ce mandritto, que tu passes en gran passo le pied droit devant, vers la droite de l’ennemi et dans ce pas tu dirigeras la pointe de te ton épée vers la cuisse droite de l’ennemi : c’est-à-dire le falso de ton épée tourné vers le coup (taillant) de ton ennemi, accompagnant ta main d’épée sous ta rondache avec les bras bien tendus devant, de cette façon tu pareras son mandritto. Et ayant paré ce mandritto, je veux que tu le suives d’un riverso aux jambes, et dans ce coup tu jetteras le pied droit derrière le gauche en gran passo et dans ce pas tu tireras un riverso spinto de gamba levata du coté droit de l’ennemi. Et cela fait tu jetteras le pied gauche derrière le droit et là tu feras un meggia volta di pugno & alors tu t’arrangeras en coda longa stretta. Mais supposons que lui te tire un riverso à la jambe ou à la tête, je veux que dans le temps où il tire ce riverso, je veux que tu fasses une esquive du pied : c’est-à-dire je veux que tu tires le pied gauche près du droit, de façon que son riverso passera à travers sans te faire aucune peine. Et son riverso étant passé, tu jetteras le pied droit en gran passo devant et alors tu lui donneras un riverso à la jambe droite, et cela fait, tu tourneras un falso de bas en haut sous ta rondache, de pied ferme. Et puis, ayant fait ce falso, tu jetteras le pied droit en grand passo derrière le gauche et dans ce pas tu tireras un riverso spinto à la tempe droite de ton ennemi, et puis tu jetteras le pied gauche d’un pas en arrière du droit, et alors tu feras une meggia volta di pugno et alors tu t ‘arrangeras en coda longa e stretta, avec les bras tendus et policés.
Cap. 112. Della finitione dello abbattimento di spada e rotella. Io voglio che tu torni in drieto da giuoco, cioè voglio che tu butti il piè dritto uno gran passo de drieto del manco e fa’ falso e mandritto sotto la rotella, & falso e roverso con il piè manco in drieto, et falso e mandritto con il piè dritto in drieto, & falso e roverso con il piè manco in drieto, cioè il piè dritto serà in coda longa e stretta ben polito; e poi butterai il piè manco un gran passo dinanci dal dritto e, in questo buttare, tu farai un tramazzon, che calarà in cinghiara porta di ferro; e poi butterai il piè dritto appresso del manco e, in questo buttare tu metterai la tua rotella sotto alla lasina manca, cioè volta con la imbraciatura della rotella all’insuso e la spada tua andarà in guardia alta, con le tue braccie e gambe ben distese e polite.

 

Chap. 112. De le fin du combat de l’épée et rondache.Je veux que tu partes du jeu : c’est-à-dire je veux que tu jettes le pied droit en gran passo derrière le gauche et fasses falso et mandritto sous la rondache, et falso et riverso avec le pied gauche derrière, et falso et mandritto avec le pied droit derrière, et falso et riverso avec le pied gauche derrière : c’est-à-dire le pied droit sera en coda longa stretta bien policé. Et puis tu jetteras le pied gauche en gran passo devant le droit, et dans ce pas tu feras un tramazzon, qui tombera en cinghiara porta di ferro. Et puis tu jetteras le pied droit près du gauche, et dans ce pas tu mettras ta rondache sous la « lasina » gauche, c’est-à-dire tourné avec les énarmes de la rondache vers le haut le ton épée ira en guardia alta, avec les bras et jambes bien tendus et policés.
Cap. 113. Dello abatimento primo de spada e targa da persona a persona: pro e contra con el modo dello assettare. Io voglio primamente che tu t’assetti in coda longa & alta con le tue braccie distese per lo dritto del nimico e la ponta della targa tua desopra, volta per lo dritto della tua fronte, e qui tu aspetterai il tuo nimico che te tire o per gambe o per testa; ma preponiamo che lui tirasse per testa: io voglio che innel tempo che lui tirerà per la ditta testa, che tu butti il piè dritto un gran passo dinanci dal manco inverso le parte dritte del nimico e, in questo buttare, tu cacierai la spada tua con la ponta nel mostacio del sopraditto, accompagnata insieme con la targa, cioè la spada tua serà in guardia de faccia; e subito crescerai uno gran passo d’il piè manco inverso alle parte dritte del nimico e, in questo passare, tu alargarai le braccie, cioè tu metterai la targa tua innel suo pugno & cacierai una ponta di sotto in suso innel petto del tuo nimico; e in el caciar di questa ponta tu crescerai un gran passo d’il piè dritto inverso a le sue parte manche e sì li darai di un mandritto per le gambe, con un roverso sotto la tua targa, con il tuo piè dritto fermo; e fatto che tu harai el dritto e roverso, tu butterai il piè dritto de drieto al manco e sì spingerai una ponta in la faza del tuo nimico acompagnata con la targa sotto, e de fatto tu alargherai un poco le braccie e sì t’assetterai pure in coda longa & alta. Chap. 113. Du premier combat de l’épée et targe en un contre un, attaque et contre avec la façon de t’arranger.Je veux premièrement que tu t’arranges en coda longa alta avec tes bras tendus vers la droite de l’ennemi et la pointe de ta targe au-dessus tournée vers la droite de ton front, et là tu attendras que ton ennemi te tire ou aux jambes ou à la tête. Mais supposons que lui tire à la tête, je veux dans le temps où lui tire à la tête, que tu jettes le pied droit en gran passo devant le gauche vers le coté droit de l’ennemi, et dans ce pas, tu lanceras ton épée avec un ponta dans le nez de celui-ci, accompagné ensemble avec la targe : c’est-à-dire ton épée sera en guardia de facia. Et aussitôt tu avanceras en gran passo le pied gauche vers le coté droit de l’ennemi, et dans ce pas tu écarteras les bras : c’est-à-dire tu mettras ta targe sur son poing & chasseras une ponta de bas en haut dans la poitrine de ton ennemi, et dans tel coup tu avanceras en gran passo le pied droit vers son coté gauche et alors tu lui donneras un mandritto aux jambes, avec un riverso sous la targe, avec ton pied droit ferme. Et ayant fait ce riverso, tu jetteras le pied droit derrière le gauche et alors tu pousseras une ponta dans la face de ton ennemi accompagné de la targe en dessous, et de fait tu écarteras un peu les bras et alors tu t’arrangeras ainsi en coda longa alta.
Cap. 114. Della seconda parte. Stando pure in questa guardia medesima, e ch’el tuo nimico te tirasse da basso & ancora da alto, voglio che tu passi de un gran passo del tuo piè dritto inverso alle parte stanche del nimico e, in questo passare, tu li tirerai de uno roverso traversato per il braccio della spada sua e ‘l piè manco seguirà el dritto per de drieto; e de fatto tu tirerai de uno falso di sotto in suso per la targa in la mano del nimico, con uno roverso tramazzone, fermo pure del tuo piè dritto; e fatto che haverai el ditto falso e roverso, tu butterai per tuo riparo il piè dritto de drieto del manco e in questo buttare tu spingerai una ponta per la faccia del tuo nimico, accompagnata con la mano tua ditta sotto la targa; e de fatto tu butterai il piè dritto inanci e sì te assetterai in coda longa e stretta ben polito e galante con le tue braccie ben distese & attillate. Chap. 114. De la seconde partie.Étant ainsi dans cette même garde, et ton ennemi te tirant d’en bas & ou d’en haut, je veux que tu passes ton pied droit en gran passo vers le coté ouvert de l’ennemi, et dans ce pas, tu lui tireras un riverso traversato à son bras d’épée et le pied gauche suivra le droit par derrière. Et cela fait tu tireras un falso de bas en haut à la targe dans la main de l’ennemi, avec un riverso tramazzone, fermement ainsi de ton pied droit. Et ayant fait ce falso et riverso, tu jetteras le pied droit derrière le gauche pour te couvrir et dans ce pas tu pousseras une ponta au visage de ton ennemi, accompagné avec ta main sous la targe, et cela fait tu jetteras le pied droit devant et alors tu t’arrangeras en coda longa stretta bien policé et galamment avec tes bras bien tendus et bien mis.
Cap. 115. Che denota del modo contra a mandritto o roverso. Siando tu in coda longa e stretta e ‘l tuo nimico te tirasse per testa o per gamba, o mandritto o roverso o stoccata (tire quello che si voglia), tu tirerai uno mandritto e un roverso insieme, sgualembrato, per il braccio della spada del nimico, non movendo nè piè nè gambe; e fatto che tu haverai el ditto mandritto e roverso, voglio che tu tiri uno mandritto traversato, con la gamba dritta fugendo de drieto de la manca un poco per traverso e la tua spada calarà in porta di ferro cinghiara; essendo tu in la detta porta di ferro cinghiara e ‘l sopradetto te tirasse per testa o per gambe uno mandritto o roverso o ponta, voglio che, in tal tempo che lui tirerà una delle due botte, tu passi uno gran passo inanci del tuo piè dritto, et farai falso in la spada e roverso per le gambe del nimico; e fatto che tu haverai il roverso, tu butterai un gran passo il piè dritto de drieto del manco e sì li caccierai una ponta di sotto in suso per la faccia, accompagnata sotto alla tua targa; e de lì tu farai una megia volta di pugno e sì te assetterai in coda longa & alta ben polito quanto sia possibile. Chap. 115. Qui montre la façon de contrer un mandritto ou riverso.Étant en coda longa stretta et ton ennemi te tire à la tête ou à la jambe, soit un mandritto, soit un riverso, soit une stoccata (il tire ce qu’il veut), tu tireras un mandritto et un riverso ensemble, sgualembrato, au bras d’épée de l’ennemi, sans bouger ni pied ni jambe. Et ayant fait ce mandritto et riverso, je veux que tu tires un mandritto traversato, avec la jambe droite fuyant derrière la gauche un peu à travers et ton épée tomberas en cinghiara porta di ferro. Étant dans cette cinghiara porta di ferro et celui-ci te tire à la tête ou aux jambes un mandritto ou riverso ou ponta, je veux que dans le temps où il tireras un de ces deux coups, que tu passes le pied droit devant en gran passo, et tu feras un falso dans l’épée et un riverso aux jambes de l’ennemi. Et ayant fait ce riverso, tu jetteras le pied droit en gran passo derrière le gauche et alors tu lui chasseras un ponta de bas en haut au visage, accompagné par dessous ta targe, et de là tu feras une megia volta di pugno et alors tu t’arrangeras en coda longa alta bien policé autant que possible.
Cap. 116. El qual tratta di questa quarta parte e qui serai agente. Siando tu rimaso in coda longa & alta, de qui voglio che tu metti la spada tua sopra alla tua targa, a modo quasi sopra braccio, e di qui tu spingerai uno falso impuntato per la faccia del nimico, cioè de sopra della targa tua & sua e ‘l polso della man dritta serà volto a l’insuso, e innel fare questa botta tu passerai con il piè dritto inanci inverso le parte stanche del nimico e voltando bene el galon dritto inverso al lato dritto del sopradetto; e lui, per paura del ditto falso impuntato, soleverà la targa e tu all’hora li darai de uno roverso per le gambe, o vorrai voltare un mandritto: e sappi che questa botta tu la puoi fare essendo lui in che guardia el si voglia; e fatto che haverai el ditto roverso o mandritto, tu butterai il piè dritto de drieto al manco e, in questo buttare, tu caccierai una ponta de sotto in suso per la faccia del nimico, cioè accompagnata la man dalla spada sotto la tua targa e de lì tu farai una megia volta di pugno e sì te assetterai in quella medesima guardia, cioè in coda longa & alta. Chap.116. Lequel traite de cette quatrième partie et là tu seras agent.Étant resté en coda longa alta, de là je veux que tu mettes ton épée au dessus de ta targe, d’une façon similaire à sopra braccio, et de là tu pousseras un falso impuntato au visage de ennemi, c’est-à-dire du dessus de ta targe et de la sienne et le poignet de la main droite sera tourné vers le haut, et en faisant ce coup tu passeras le pied droit devant vers le coté ouvert de l’ennemi et tournant bien le « galon » droit vers le coté droit de celui-ci. Et lui, par peur ce falso impuntato, soulèvera la targe et toi alors tu lui donneras un riverso aux jambes, ou alors tu tourneras un mandritto. Et sache que ce coup tu peux le faire quand lui est dans la garde qu’il veut. Et ayant fait ce riverso ou mandritto, tu jetteras le pied droit derrière le gauche et, dans ce pas, tu pousseras une ponta de bas en haut au visage de l’ennemi : c’est-à-dire accompagnant la main d’épée sous ta targe et de là tu feras une megio volta di pugno et alors tu t’arrangeras en cette même garde, c’est-à-dire en coda longa alta
Cap. 117. Della quinta parte. Siando rimaso in coda longa & alta e ‘l tuo nimico te tirasse per testa o per gamba, voglio che innel tempo che lui tirerà il detto mandritto tondo, overo mandritto fendente, voglio che tu passi uno gran passo del piè dritto inanci e che tu spingi una ponta sotto la targa tua, cioè el filo dritto della spada serà volto a l’insuso e ‘l pomo della detta guardarà verso la faccia, cioè facendote piccolo sotto alla tua targa; e fatto che tu haverai la detta ponta, voglio che tu li seghi un roverso per le gambe sue e, per tuo riparo, tu butterai il piè dritto uno gran passo de drieto del manco e sì spingerai una ponta de sotto in suso per la faccia del nimico con la mano tua coperta sotto alla tua targa; e de fatto tu butterai il piè dritto inanci alquanto un poco per traverso e sì te assetterai in coda longa e stretta ben polito quanto sia possibile con le tue braccie ben distese. Chap. 117. La cinquième partie.Étant resté en coda longa alta et ton ennemi te tire à la tête ou à la jambe, je veux que dans le temps où il te tirera ce mandritto tondo, ou mandritto fendente, que tu passes le pied droit devant en gran passo et que tu pousses un ponta sous ta targe : c’est-à-dire le vrai tranchant de l’épée sera tourné vers le haut et le pommeau de celle-ci regardera vers le visage : c’est-à-dire étant petit sous ta targe. Et ayant fait cette ponta, je veux que lui donnes un riverso à ses jambes. Et pour te couvrir, tu jetteras le pied droit en gran passo derrière le gauche et alors tu pousseras une ponta de bas en haut au visage de l’ennemi avec ta main couverte sous ta targe. Et cela fait tu jetteras le pied droit devant un peu de travers et alors tu t’arrangeras en coda longa stretta bien policé autant que possible avec tes bras bien tendus.
Cap. 118. Della sesta parte. Siando rimaso in coda longa e stretta, voglio che de qui tu cazzi una ponta con il piè manco inanci per la faccia del nimico dal suo lato dritto e, de fatto, voglio che tu cresci un gran passo inanci inverso alle sue parte stanche del sopraditto e, in questo crescere, tu alargarai le braccie, cioè quello della targa tu glielo metterai innel pugno del tuo nimico e sì havrai tirata la spada tua per de sotto alla sua; e de lì tu li cacciarai un’altra ponta in la tempia manca, con uno mandritto per le gambe e la tua spada calerà in porta di ferro larga e la gamba manca seguirà la dritta per de drieto; & de fatto se lui te tirasse, voglio che tu passi uno gran passo d’il piè manco inverso alle sue parte dritte e, in questo passare, tu caccierai il braccio della spada sotto alla tua lasina manca &, in quel tempo, tu li darai de uno roverso sgualembrato dal suo lato dritto e, per tuo riparo, tu butterai il piè manco uno gran passo de drieto dal dritto e, in questo tal buttare, tu caccierai una ponta de sotto in suso per la faccia del nimico, accompagnata la mano dalla spada sotto alla tua targa; e de lì tu farai una megia volta di pugno e sì te assettarai in coda longa e stretta, con le tue braccie e gambe ben distese e polite. Chap. 118. La sixième partie.Étant resté en coda longa stretta, je veux que tu chasses un ponta avec le pied gauche devant au visage de l’ennemi à son con coté droit. Et cela fait, je veux que tu avances en gran passo vers le coté ouvert de celui-ci et, dans ce pas, tu écarteras les bras, c’est-à-dire que celui de la targe tu le mettras dans le poing de ton ennemi et alors tu auras tiré ton épée par dessous la sienne. Et de là tu chasseras une autre ponta dans la tempe gauche, avec un mandritto aux jambes et ton épée tombera en porta di ferro larga et la jambe gauche suivra la droite par derrière. Et cela fait si lui t’attaque, je veux que tu passes le pied gauche en gran passo vers son coté droit, et dans ce pas, tu chasseras le bras d’épée sous ta « lasina » gauche, et dans ce temps tu lui donneras un riverso sgualembrato à son coté droit. Et pour te couvrir, tu jetteras le pied gauche en gran passo derrière le droit et, dans ce pas, tu chasseras un ponta de bas en haut au visage de l’ennemi, accompagnant la main d’épée sous la targe. Et de là tu feras un megia volta di pugno et alors tu t’arrangeras en coda longa stretta, avec les bras et jambes bien tendus et policés.
Cap. 119. Della settima parte. Siando rimaso in coda longa e stretta e ‘l tuo nimico fusse in coda longa & alta, io voglio che tu tu passi uno gran passo d’il piè manco inanci, alquanto un poco inverso alle sue parte dritte e, in questo passare, voglio che tu li daghi de uno mandritto innella spada del tuo nimico, forte, per modo che tu la butti di fora, cioè inverso al suo lato dritto; e de fatto tu butterai il piè dritto inverso alle parte stanche del nimico & in questo buttare tu li darai de uno roverso per le gambe o vorrai una ponta spinta per la pancia, cioè una ponta roversa, che se caccierà tra la spada sua e la targa; e fatto che tu haverai la detta ponta roversa, overo el roverso, voglio, per tuo riparo, che tu butti il tuo piè dritto uno gran passo de drieto del manco e che tu cazzi una ponta de sotto in suso alla tua targa con la mano coperta, la qual ponta andarà verso la faccia del sopradetto; & lì farai una megia volta di pugno & aspetterai in coda longa & alta con le tue braccie e gambe ben distese & polite, tenendo stretta la spada e la targa insieme & lì aspetterai il nimico che tire lui prima di te. Chap. 119. La septième partie.Étant resté en coda longa stretta et ton ennemi étant en coda longa alta, je veux que tu passes le pied gauche en gran passo devant, donc un peu vers son coté droit et dans ce pas, je veux que tu donnes fortement un mandritto dans l’épée de ton ennemi, de sortes que tu la choques à l’extérieur, c’est-à-dire vers son coté droit. Et cela fait tu jetteras le pied droit vers le coté ouvert de l’ennemi et dans ce pas tu lui donneras un riverso aux jambes ou alors une ponta spinta à l’estomac : c’est-à-dire une ponta riverso, qui ira entre son épée et sa targe. Et ayant fait cette ponta riverso, ou alors le riverso, je veux que pour te couvrir tu jettes le pied droit en gran passo derrière le gauche et que tu chasses un ponta de bas en haut à ta targe avec ta main couverte, cette ponta ira au visage de celui-ci. Et là tu feras une megia volta di pugno et tu attendras en coda longa alta avec tes bras et jambes bien tendus et policés, tenant l’épée et la targe serrées ensembles & là tu attendras que l’ennemi t’attaque en premier.
Cap. 120. Della ottava parte: come serai patiente & agente. Siando rimaso in coda longa & alta per aspettare el nimico che tire una stoccata per la faccia overo uno mandritto per quella gamba manca, la qual serà inanci, overo uno fendente per testa, io voglio che tu stia accorto, cioè che tu li guardi alla man della spada, perchè se lui vorrà tirare la stoccata l’è di bisogno che lui tiri prima el pugno indrieto, & se lui volesse tirare el fendente per la testa o el mandritto per la gamba l’è di bisogno che el solievi el pugno della ditta un poco a l’insuso: sicchè nota per sempre mai che guardando tu al pugno tu vederai quello che vorrà fare sempre el nimico etc. Preponiamo prima che lui te tirasse la stoccata per la faccia: io voglio che questa stoccata, che tu la urti dal lato di fora con la tua targa e con il piè dritto inanci tu li darai de uno mandritto per le gambe o vorrai una ponta innel galon manco & la gamba manca seguirà la dritta per de drieto; & per tuo riparo tu butterai il piè dritto de drieto al manco con una megia volta di pugno & sì t’assetterai pur in coda longa & alta. Essendo tornato in coda longa & alta e ‘l tuo nimico te tirasse el fendente per testa, io voglio così come lui soleverà la man della spada, voglio che tu te butti inanci con il piè dritto fortemente sotto al nimico e, in questo buttare, tu metterai la targa innel suo pugno della spada, e allhora tu li cacciarai de una ponta per li fianchi o vorrai segarli de uno mandritto per lo suo braccio sopraditto alinsuso, con uno roverso per lo petto al’indrieto, cioè crescendo d’il piè dritto inanci; a queste due botte, ancora, tu poi butterai el tuo piè manco un gran passo de drieto dal dritto: in questo buttare tu li darai de uno megio mandritto traversato per il braccio pure della spada e la tua spada acalerà a porta di ferro stretta; e fatto che tu haverai ciascuna de queste botte, voglio che tu butti quel piè el quale serà cresciuto a ferire, voglio che tu el butti de drieto da l’altro, cioè con quella ponta che tu sai che se fa sotto a la targa per tuo reparo; e de lì farai una megia volta de pugno e lì aritornerai in la ditta guardia de coda longa & alta, con il piè manco inanci. Chap. 120. La huitième partie, comment tu seras patient & agent.Étant resté en coda longa alta pour attendre que ton ennemi te tire une stoccata au visage ou alors un mandritto à la jambe gauche, qui sera devant, ou alors un fendente à la tête, je veux que tu sois attentif, c’est-à-dire que tu le regardes à la main d’épée. Parce que si il veux tirer une stoccata il est nécessaire qu’il tire en premier le poing en arrière, et si il veux tirer un fendente à la tête ou un mandritto à la jambe, il lui est nécessaire qu’il soulève ce poing un peu vers le haut. Donc note pour toujours qu’en regardant le poing tu verras toujours ce que voudra faire l’ennemi, etc. Supposons en premier que lui te tire une stoccata au visage, je veux que cette stoccata, tu la choques du coté extérieur avec ta targe et avec le pied droit devant tu lui donneras un mandritto aux jambes ou alors une ponta dans le « galon » gauche et la jambe gauche suivra la droite par derrière. Et pour te couvrir tu jetteras le pied droit derrière le gauche avec une megia volta di pugno & alors tu t’arrangeras ainsi en coda longa alta. Étant tourné en coda longa alta et ton ennemi te tirant un fendente à la tête, je veux alors que quand il soulèvera la main d’épée, que tu te jettes devant avec le pied droit fortement sous l’ennemi, et dans ce pas, tu mettras la targe dans son poing d’épée, et alors tu lui chasseras une ponta au flanc ou alors tu tailles un mandritto au bras de celui-ci vers le haut, avec un riverso à la poitrine en arrière, c’est-à-dire avançant du pied droit devant. Dans ces deux coups, encore, tu peux jeter ton pied gauche en gran passo derrière le droit, dans ce pas tu lui donneras un megio mandritto traversato ainsi au bras d’épée et ton épée tombera en porta di ferro stretta. Et ayant fait chacun de ces coups, je veux que tu jettes le pied qui se sera avancé pour attaquer, je veux que tu le jettes derrière l’autre : c’est-à-dire avec la ponta que tu auras donné sous la targe pour te couvrir. Et de là tu feras un megia volta de pugno et là tu retourneras dans cette garde de coda longa alta, avec le pied gauche devant.
Cap. 121. El qual tratta della ponta roversa con il piè dritto inanci. Siando tu rimaso in coda longa & alta e ‘l tuo nimico fusse a porta di ferro alta o a porta di ferro stretta, io voglio che tu spingi una ponta roversa con il piè dritto inanci, cioè volta con li nodi delle tue dite della mano della spada a l’insuso e la ponta della spada anderà per la faccia del nimico, cioè per di fora da la tua spada; e lui, per paura di quella ponta, solleverà il suo braccio dritto e tu all’hora li darai de uno fendente sul ditto braccio della sopradetta o in su la testa e, in questo dare, tu metterai la targa tua in el suo pugno della spada e la tua spada non passerà guardia de faccia; e se all’hora el tuo nimico te tirasse per testa, voglio che tu pari in filo di spada, accompagnata la spada tua con la targa, & de lì tu tirerai un roverso per cossa; e tirato che tu haverai el ditto roverso, tu butterai il piè dritto uno gran passo de drieto del manco e sì spingerai una ponta de sotto in suso per la faccia del nimico sotto alla tua targa; e poi farai una megia volta di pugno e sì t’assetterai in quella medesima guardia, cioè in coda longa & alta con il tuo piè manco inanci. Chap. 121. Lequel traite de la ponta riverso avec le pied droit devant.Étant resté en coda longa alta et ton ennemi étant en porta di ferro alta ou stretta, je veux que tu pousses une ponta riversa avec le pied droit devant : c’est-à-dire tournant avec les articulations de ta main d’épée vers le haut et la pointe de l’épée ira au visage de l’ennemi, c’est-à-dire par l’extérieur de ton épée. Et lui par peur de cette ponta, il soulèvera son bras droit et alors tu lui donneras un fendente sur le bras ce celui-ci ou à sa tête, et dans ce coup, tu mettras ta targe sur son poing d’épée et ton épée non dépasseras pas guardia de faccia. Et alors si ton ennemi te tire à la tête, je veux que tu pares du vrai tranchant de l’épée, accompagnant ton épée avec la targe, et de là tu lui tireras un riverso à la cuisse. Et ayant tiré ce riverso, tu jetteras le pied droit en gran passo derrière le gauche et alors tu pousseras un ponta de bas en haut au visage de l’ennemi sous ta targe. Et puis tu feras un megia volta di pugno et alors tu t’arrangeras dans cette même garde : c’est-à-dire en coda longa alta avec le pied gauche devant.
Cap. 122. Che tratta in che modo tu poi essere con la ponta agente. Siando pure in questa medesima guardia, cioè di coda longa & alta e ‘l tuo nimico fusse pure a porta di ferro alta o a porta di ferro stretta, tu li poi fare ancora queste due botte, cioè spingere pure, d’il piè dritto inanci, la detta ponta alla faccia come te ho detto qui denanci e a un tempo che tu toccherai la sua spada, tu butterai il piè manco uno gran passo forte inanci, inverso alle parte dritte del nimico e, in quello buttare, tu metterai la targa tua in el suo braccio della spada per desotto insuso, in modo che lui non la potrà movere, e tu all’hora li darai de uno mandritto per la sua cossa dritta, & in el dare del mandritto il piè dritto seguirà el manco per de drieto; e ancora non volendo far questo, tu poi spingere della detta ponta, el ditto piè dritto inanci, e lui, come el suo levarà la spada, all’hora tu li volterai uno roverso per quella gamba dritta; e fatto che tu haverai il ditto roverso, overo il mandritto che t’ho detto qui di sopra, voglio, per tuo riparo, che tu butti il piè dritto uno gran passo de drieto del manco &, in questo buttare, tu caccierai una ponta desotto insuso per la faccia del nimico, accompagnata la mano de la spada sotto alla targa. Ma preponiamo che tu havessi fatto el mandritto, con la tua gamba manca, per la cossa del nimico: l’è forza buttare in drieto la sopradetta manca de drieto alla dritta, cacciando in tal buttare una ponta per la faccia del sopradetto come altre volte ho detto; e de fatto tu farai una megia volta de pugno e sì te assetterai in coda longa e stretta con le tue braccie e gambe ben polite. Chap. 122. Qui traite de la façon que tu peux être agent avec la ponta.Étant ainsi dans cette même garde : c’est-à-dire en coda longa alta et ton ennemi étant alors en porta di ferro alta ou stretta, tu peux lui faire encore ces deux autres coups : c’est-à-dire pousser aussi, du pied droit devant, cette ponta au visage comme je t’ai dit là avant et au moment où tu toucheras son épée, tu jetteras le pied gauche en gran passo fortement devant, vers le coté droit de l’ennemi, et dans ce pas, tu mettras ta targe sur le bras d’épée de celui par dessous vers le haut, de sorte qu’il ne pourra le bouger, et alors tu lui donnera un mandritto à sa cuisse droite, et en donnant ce mandritto le pied droit suivra le gauche par derrière. Et encore sans vouloir faire cela, tu peux pousser cette ponta, le pied droit devant, et comme lui lèvera l’épée, alors tu lui tournera un riverso à la jambe droite. Et ayant faire ce riverso, ou le mandritto que je t’ai di là au dessus, je veux que, pour te couvrir, tu jettes le pied droit en gran passo derrière le gauche, et dans ce pas, tu pousseras une ponta de bas en haut au visage de l’ennemi, accompagnant la main d’épée sous la targe. Mais supposons que tu ais fait le mandritto, avec ta jambe gauche, à la cuisse de l’ennemi, il est forcé de jeter en arrière cette jambe gauche derrière la droite, chassant dans ce pas une ponta au visage de celui-ci comme je l’ai déjà dis. Et de fait, tu feras une megia volta de pugno et alors tu t’arrangeras en coda longa stretta avec les bras et jambe bien policés.
Cap. 123. Che dice in che tu hai a essere agente. Essendo rimaso in coda longa e stretta e ‘l tuo nimico fusse a porta di ferro alta, o vero stretta o in coda longa & alta overo in coda longa e stretta, io voglio che tu butti il piè manco inanci e che tu tiri un falso dritto de sotto insuso per la mano della spada del nimico, el quale falso anderà sotto il braccio della targa e la detta targa ben distesa; e a uno tempo tu butterai il piè dritto inanci, inverso alle sue parte manche & sì li darai de uno roverso per le gambe, e la tua spada calerà in coda longa e stretta; ma s’el tuo nimico te rispondesse per testa o per gamba, voglio che tu butti il piè dritto uno gran passo de drieto al manco e, in questo buttare, tu gli darai de uno mandritto traversato per il braccio della spada, & la tua spada andarà a cinghiara porta di ferro; & se all’hora el tuo nimico te tirasse per testa, voglio che tu butti il piè dritto uno gran passo inanci e, in questo buttare, tu accompagnerai la spada & la tua targa insieme in guardia de testa e lì parerai la botta sua che lui tirerà e, defatto, tu li tirerai de uno man dritto e roverso sotto la tua targa ferma; e dapoi, per tuo reparo, tu butterai el piè dritto uno gran passo de drieto dal manco & sì li caccierai una ponta de sotto in suso per la faccia, accompagnata la mano della spada sotto alla targa, e de lì tu farai una megia volta di pugno & sì te assetterai in coda longa & alta ben polito, con la tua spada e targa ben distese e polite. Chap. 123. La dixième dans laquelle tu dois être agent.Étant resté en coda longa stretta et ton ennemi étant en porta di ferro alta ou alors stretta ou en coda longa alta ou coda longa stretta, je veux que tu jettes le pied gauche devant et que tu tires un falso dritto de bas en haut à la main d’épée de ton ennemi, ce falso ira sous le bras de la targe et cette targe sera bien tendue. Et dans un temps, tu jetteras le pied droit devant,vers son coté gauche, et alors tu lui donneras un riverso aux jambes, et ton épée ira en coda longa stretta. Mais si ton ennemi te réponds à la tête ou à la jambe, je veux que tu jettes le pied droit en gran passo derrière le gauche, et dans ce pas, tu lui donneras un mandritto traversato au bras d’épée et ton épée ira en cinghiara porta di ferro. Et si alors ton ennemi te tire à la tête, je veux que tu jettes le pied droit en gran passo devant et, dans ce pas, tu accompagneras l’épée et la targe ensemble en guardia de testa et là tu pareras le coup que lui te tirera. Et cela fait, tu lui tireras un mandritto et un riverso sous la targe de pied ferme. Et puis, pour te couvrir, tu jetteras le pied droit en gran passo derrière le gauche et alors tu lui chasseras une ponta de bas en haut au visage accompagnant la main d’épée sous la targe, et de là tu feras un megia volta di pugno et alors tu t’arrangeras en coda longa alta bien policé, avec ton épée et ta targe bien tendus et policés.
Cap. 124. El quale dichiara della finitione del primo assalto di spada e targa. In questo primo assalto non ho voluto mettere più cose, perchè saria stato troppo volume a scrivere, ma drieto al secondo tu troverai de molti amaestramenti de l’arte della spada da filo con targa in mano, con le sue guardie e con li nomi, pro e contra; e questo ho fatto perchè se tu volessi insegnare ad altrui che tu non possa fallare. Chap. 124. Lequel décrit la fin du premier assaut de l’épée et targe.Dans ce premier assaut, je ne voulais pas mettre plus de choses, parce que cela serait un trop de volume à écrire, mais tu trouveras le second ensuite qui montreras beaucoup de l’art de l’épée affûtée avec la targe en main ; avec ses gardes et avec ses noms, attaques et contres, et cela est fait pour que si tu veux enseigner à d’autre tu puisses le faire.
Cap. 125. El quale tratta del secondo & ultimo assalto de spada e targa da pugno per contrastare da persona a persona: pro e contra.Hora guarda ch’el m’è parso di componere uno altro abattimento bello & utile de spada e targa, e questo ho fatto perchè tu possi vedere de più varie cose. Chap. 125. Lequel traite du second & dernier assaut de l’épée & targe de poing pour se battre en un contre un : attaque et contre.Maintenant, regarde qu’il m’a semblé de composer un autre combat beau et utile de l’épée et targe, et lequel est fait pour que tu puisses vaincre plus de choses variées
Cap. 126. Della prima parte del secondo assalto. L’è di bisogno che tu vadi a trovare el tuo nimico con uno brandire de spada, saltando a l’incontro con lui, per fino a tanto che tu li sia appresso & lì tu te assetterai in coda longa e stretta; e de qui voglio che tu sia agente, cioè voglio che tu sia il primo che vada a trovare el ditto tuo nimico, con una ponta roversa per de fuora dal suo lato dritto, passando in tal tempo con la tua gamba manca inanci, per modo che la detta ponta andarà a trovare forte la faccia del sopradetto: all’hora el detto nimico, per paura della detta ponta, vorrà accompagnare la spada sua con la tua, a falso per falso, e tu all’hora passarai d’il piè dritto inverso alle sue parte manche e farai vista de darli de uno roverso per la testa, & sì li darai de uno mandritto per la detta testa o per gamba, e la gamba manca seguirà la dritta a luogo suo, in modo che la spada tua calarà in porta di ferro larga, spingendo la targa forte inanci in parato di testa; non te fermando, che tu li cazzi de una ponta roversa per la faccia o per li fianchi, con uno segare de roverso insieme per le gambe; ma per tuo riparo tu li tirerai de uno roverso de gamba levata, s’entende che tu butti la gamba tua dritta de drieto alla manca, fermando la tua spada in coda longa & alta; e de qui voglio che tu sia patiente. Chap. 126. La première partie du second assaut.Il est nécessaire que tu ailles trouver ton ennemi en brandissant ton épée, sautant à son encontre, afin que tu sois près de lui et là tu t’arrangeras en coda longa stretta. Et de là je veux que tu sois agent, c’est-à-dire je veux que tu sois le premier qui aille trouver ton ennemi, avec une ponta riversa par l’extérieur à son coté droit, passant dans ce temps avec la jambe gauche devant, de façon que la ponta ira trouver fortement le visage de celui-ci. Alors cet ennemi, par peur de la ponta, voudra accompagner son épée avec la tienne, en falso contre falso, et toi alors tu passeras le pied droit vers son coté gauche et tu feras semblant de donner un riverso à la tête et alors tu lui donneras un mandritto à cette tête ou à la jambe, et la jambe gauche suivra la droite à sa place, de sorte que ton épée tombera en porta di ferro larga, poussant la targe fortement devant en couvrant la tête. Sans t’arrêter, tu lui chasses une ponta riversa au visage ou au flanc, avec une taille en riverso ensemble aux jambes. Mais pour te couvrir, tu lui tireras un riverso de gamba levata, comprends que tu jettes ta jambes droite derrière la gauche, bougeant ton épée en coda longa alta ; et de là je veux que tu sois patient.

 

Cap. 127. Della seconda parte. Essendo rimaso tu in coda longa & alta e ‘l tuo nimico te tirasse per quella gamba manca che tu haverai inanci de uno mandritto, io voglio che quando lui tirerà il detto mandritto che tu butti la gamba dritta inanci &, in tal buttare, tu caccierai de una ponta roversa sotto alla tua targa, che serà sotto alla sua spada per de fora dal suo lato dritto, driciando la ditta ponta in la faccia del nimico; e tolto che tu haverai el ditto parato, tu li segarai de uno roverso per quella cossa che lui haverà inanci, fuggendo e tirando per tuo reparo de uno roverso de gamba levata, cioè la tua gamba dritta fuggirà forte de drieto alla manca, per modo che tu serai tornato in coda longa & alta; e lì te darò un altro contrario a quello mandritto per gamba. Chap. 127. La seconde partie.Étant resté en coda longa alta et ton ennemi t’attaquant avec un mandritto à la jambe gauche que tu auras devant, je veux que quand lui tirera ce mandritto, que tu jettes la jambe droite devant et dans ce pas, tu chasseras un ponta riversa sous ta targe, qui sera sous son épée vers l’extérieur à son coté droit, dirigeant la ponta dans le visage de l’ennemi. Et dès que tu auras faire cette parade, tu la suivras d’un riverso à la cuisse qu’il aura devant, fuyant et tirant pour te couvrir un riverso de gamba levata : c’est-à-dire la jambe droite fuira fortement derrière la gauche, de façon que tu seras retourné en coda longa alta, et là je te donnerais un autre contre de ce mandritto à la jambe.
Cap. 128. El qual tratta come in questa tertia parte serai patiente. Tu sai che nella seconda parte del precedente tu rimanesti in coda longa & alta: de qui voglio che tu daghi uno poco de discoperto di quella tua gamba manca, la quale tu hai inanci, acciocch’el tuo nimico habbia cagione de tirarti del ditto mandritto che io te dissi di sopra in la seconda parte; & però, tirando lì lui, butterai la gamba dritta forte inanci, alquanto un poco verso le sue parte dritte e, in tal buttare, tu caccierai la spada tua sotto alla tua targa stretta insieme, e ‘l falso della detta tua spada toccherà la targa e la ponta della sopradetta anderà verso le parte dritte del tuo nimico, seguendo in tal parare la tua gamba manca de drieto alla dritta; e sappi che quando tu sentirai d’havere tolto el parato sicuro, tu volterai el polso della mano dritta tua a l’insuso, per modo che la ponta della spada tua anderà per la faccia del sopradetto tuo nimico, e lui, per paura della detta ponta, vorrà coprire le sue bande di sopra; e tu all’hora li darai de uno roverso alle bande de sotto, tirando e fuggendo per tuo reparo la tua gamba dritta de drieto la manca, con uno roverso de gamba levata, e la tua spada tornerà in la detta coda longa & alta. Chap. 128. Lequel traite de comment dans cette troisième partie tu seras patient.Tu sais que dans cette seconde partie qui précède tu es resté en coda longa alta, de là je veux que tu lui donnes une petite ouverture de ta jambe gauche, laquelle tu as devant, de sorte que ton ennemi ai envie de tirer ce mandritto dont je te parlais ci-dessus dans la seconde partie. Et alors, lui t’attaquant, tu jetteras la jambe droite fortement devant, un peu vers son coté droit et dans ce pas, tu chasseras ton épée sous ta targe resserrées ensemble, et le falso de ton épée toucheras la targe, et la pointe de celle-ci ira vers le coté droit de ton ennemi, la jambe gauche suivant la droite par derrière dans cette parade. Et sache que quand tu sentiras avoir tout bien paré, tu tourneras le poignet de ta main droite vers le haut, de façon que la pointe de ton épée aille au visage de ton ennemi. Et lui par peur de cette ponta, ira couvrir sa partie du dessus, et toi alors tu lui donneras un riverso à la partie du dessous, tirant et fuyant pour te couvrir ta jambe droite derrière le gauche, avec un riverso de gamba levata, et ton épée retournera dans la coda longa alta.
Cap. 129. Dello agente & patiente. Sappi che se tu t’habatessi a tirare de uno mandritto per la gamba sua dritta o manca e che lui passasse de quella gamba che lui ha de drieto per darte poi de uno roverso segato per la tua gamba dritta, tu all’hora, vedendo questo, butterai la gamba manca tua forte inanci verso le sue parte dritte & sì li caccierai la targa tua innel pugno della spada, per modo che lui non la potrà movere e tu li potrai dare de quello che tu vorrai; e sappi che se tu non volessi fare questo contrario al suo roverso, tu fugirai la tua gamba dritta de drieto da la manca, in quel tempo che lui ha reparato el tuo mandritto per gamba, sapendo tu che naturalmente segano tutti gli roversi per quella tua detta gamba dritta o manca; e tu, in quel tempo che tu fugirai la ditta tua gamba dritta, tu li tirerai de uno roverso tramazzon in atto di molinello per lo suo braccio dritto o per la testa dal suo lato dritto; e sì serai tornato, in tirare di tal roverso, con la tua spada in coda longa & alta, e de qui voglio che tu sia agente. Chap. 129. De l’agent et du patient.Sache que si tu dois tirer un mandritto à sa jambe droite ou gauche et que lui marche de la jambe qu’il a derrière pour pouvoir donner un riverso taillant à ta jambe droite, alors toi voyant cela, tu jetteras la jambe gauche fortement devant vers son coté droit et alors tu lui chasseras ta targe sur le poing d’épée, de sorte que lui ne puisse plus bouger et tu pourras lui donner le coup que tu veux. Et sache que si tu ne veux pas faire ce contre à son riverso, tu fuiras de ta jambe droite derrière la gauche, dans le temps qu’il a paré ton mandritto à la jambe, sachant que naturellement il suit toujours des riversi à ta jambe droite ou gauche. Et toi, dans ce temps où tu fuiras de cette jambe droite, tu lui tireras un riverso tramazzon à la façon d’un molinello à son bras droit ou à la tête à son coté droit. Et alors tu sera retourné, en tirant ce riverso, avec ton épée en coda longa alta, et de là je veux que tu sois agent.
Cap. 130. Della quinta parte. Hora, essendo rimaso in coda longa & alta, tu sai che di sopra dissi ch’io voleva che tu fussi agente, cioè il primo a ferire; e però, attrovando il tuo nimico con la gamba manca inanci, tu li tirerai uno falso dritto fermo de sotto in suso per la man, e tratto che tu haverai el ditto falso dritto, tu tirerai la gamba manca appresso alla dritta forte inanci: s’intende che tu cazzi una ponta per la faccia al tuo nimico sopra mano, per de sopra da la sua targa; in quel medesimo tempo che tu passerai della sopradetta gamba dritta e che tu harai cacciato la detta ponta, tu li tirerai uno mandritto per le gambe insieme che non passerà porta di ferro larga, non te fermando che tu li cacci de una ponta roversa in falso per la faccia o per gli fianchi dal suo lato dritto, coperta la mano tua sotto alla tua targa; e cacciato che tu haverai la detta ponta roversa, tu gli darai insieme d’uno roverso segato per le gambe, chiarificandote che la ponta sopra mano e ‘l mandritto per le gambe, con la ponta roversa per la faccia, con el roverso segato, ogni cosa se fa in su la gamba dritta; e fatto che tu haverai questi quattro feriri, per tuo reparo tu tirerai uno roverso de gamba levata, con la tua gamba dritta fuggendo de drieto la manca, in modo che tu serai tornato pure in coda longa & alta. Chap. 130. La cinquième partie.Maintenant, étant resté en coda longa alta, tu sais que je te disais ci dessus que je voulais que tu sois agent : c’est-à-dire le premier à attaquer. Et néanmoins, trouvant ton ennemi avec la jambe gauche devant, tu lui tireras de pied ferme un falso dritto de bas en haut à la main, et aussitôt que tu auras fait ce falso, tu tireras la jambe gauche près de la droite fortement en avant, comprend que tu chasses une ponta au visage de ton ennemi la main par-dessus, par dessus sa targe. Dans le même temps que tu passeras de cette jambe droite et que tu auras chassé cette ponta, tu lui tireras un mandritto aux jambes ensemble qui ne dépassera porta di ferro larga, sans t’arrêter tu lui chasses une ponta riversa en falso au visage ou au flanc à son coté droit, couvrant ta main par dessous la targe. Et ayant chassé cette ponta riversa, tu lui donneras ensemble un riverso taillant aux jambes, je te clarifie que cette ponta la main au dessus et le mandritto aux jambes, avec riverso au visage, avec le riverso taillant, toutes ces choses se font sur la jambe droite. Et ayant fait ces quatre coups, pour te couvrir tu tireras un riverso de gamba levata, avec ta jambe droite fuyant derrière la gauche, de façon que tu seras retourné ainsi en coda longa alta.
Cap. 131. Della sesta parte del secondo assalto. Essendo tu rimaso in la quinta parte del detto secondo assalto in coda longa & alta, de qui voglio che tu passi del tuo piè dritto inanci, & sia il tuo nimico in che guardia el si voglia, e sì li darai in tal passare d’uno falso filo tondo in la spada sua con uno mandritto tramazzon insieme per la testa tra la sua spada e la targa sua, el quale calerà in porta di ferro larga; e all’hora, essendo in la detta porta di ferro larga e ‘l tuo nimico te tirasse uno roverso per testa o per gamba, tu butterai la tua gamba manca forte inverso alle sue parte dritte & sì li caccierai in tal passare una ponta sotto alla tua targa, innel petto o innel corpo – s’intende la spada tua sia de sotto dalla sua – e a questo modo tu haverai parato el suo roverso e sì li haverai dato a lui della detta ponta, sapendo che, tolto che tu li haverai el ditto parato, tu li volterai de uno roverso tramazzon in su la testa dal suo lato dritto; e per tuo riparo tu butterai la tua gamba manca de drieto dalla dritta & sì li tirerai de uno falso dritto de sotto insuso per le man, sotto alla tua targa; e de lì tu farai una megia volta de pugno e sì t’assetterai in coda longa e stretta con le tue braccie e gambe ben distese. Chap. 131. La sixième partie du second assaut.Étant resté dans la cinquième partie du second assaut en coda longa alta, de là je veux que tu passes du pied droit devant, et ton ennemi est dans la garde qu’il veut, et alors là tu lui donneras dans ce pas un falso filo tondo dans son épée avec un mandritto tramazon ensemble à la tête entre son épée et sa targe, lequel tombera en porta di ferro larga. Et alors, étant dans cette porta di ferro larga et ton ennemi te tirant un riverso à la tête ou à la jambe, tu jetteras ta jambe gauche fortement vers son coté droit et alors tu lui chasseras dans ce pas un ponta sous ta targe, dans la poitrine ou dans le corps, comprend que ton épée est sous la sienne, et de cette façon tu auras paré son riverso et tu lui auras donné cette ponta. Sachant que, aussitôt que tu lui auras fait cette parade, tu lui tourneras un riverso tramazzon dans la tête à son coté droit. Et pour te couvrir, tu jetteras ta jambe gauche derrière la droite et alors tu lui tireras un falso dritto de bas en haut aux mains, sous ta targe. Et de là tu feras une megia volta de pugno et alors tu t’arrangeras en coda longa stretta avec tes bras et jambes bien tendus.
Cap. 132. Della settima parte. Tu sai che innella sesta parte del precedente tu rimanesti in coda longa e stretta; adunque, per dare principio a quella parte che segue, tu tirerai, de coda longa e stretta, una stoccata per la faccia al nimico, cressendo con la gamba manca dinanci dalla dritta, tirandola de fatto appresso della dritta, montando in tal tirare la tua spada in guardia alta; et de lì tu infingerai de tirarli uno mandritto & sì li cacciarai una ponta de furia presto sotto mano per lo petto, con la tua gamba dritta in quel tempo passando forte inanci, voltandoli d’uno roverso, insieme con la ponta, per le gambe; e presto, per tuo reparo, tu butterai la tua gamba dritta de drieto a la manca e, in quel tempo, tu li tirerai de uno roverso di gamba levata, in modo che la tua spada calerà in coda longa & alta. Chap. 132. La septième partie.Tu sais que dans la sixième partie qui précède tu es resté en coda longa stretta, donc pour donner principe à cette partie qui suit, tu tireras depuis coda longa stretta, une stoccata au visage de l’ennemi, avançant avec la jambe gauche devant la droite, la tirant de fait au près de la droite, montant dans ce pas ton épée en guardia alta. Et de là tu prétendras lui tirer un mandritto et alors tu lui chasseras une ponta furieusement aussitôt la main en dessous à la poitrine, avec ta jambe droite dans ce temps passant fortement devant, lui tournant un riverso, ensemble avec la ponta, aux jambes. Et aussitôt, pour te couvrir, tu jetteras ta jambe droite derrière la gauche, et dans ce temps, tu lui tireras un riverso de gamba levata, de sorte que ton épée tombera en coda longa alta.
Cap. 133. Del patiente contra a mandritto e roverso e ponta. Hora guarda: se bene tu te aricordi, tu rimanesti in coda longa & alta; adonque l’è di bisogno che tu sia patiente, perchè tirandote el tuo nimico de uno mandritto o roverso o ponta, tu passerai della tua gamba dritta per traverso, inverso alle sue parte dritte, & sì tirerai in tal passare d’uno roverso tramazzon traversato dalle sue bande dritte, per modo che la tua spada calarà in coda longa e stretta; & de lì voglio che tu tiri d’uno mandritto tondo per li piedi che darà volta, con una ponta roversa passando, spin gendola forte per la faccia del nimico dal suo lato, con la tua gamba manca inanci inverso le sue parte manche; & sì li volterai per tuo riparo uno roverso per le gambe al detto nimico, fugendo la tua gamba manca de drieto dalla dritta, in modo che la tua spada serà tornata in quella medesima guardia de prima, cioè quando tu comincierai el mandritto, e la qual guardia si è coda longa e stretta con il piè dritto inanci; & fa’ che tutte le botte che tu tirerai, che tu porti coperta la man della spada sotto a la targa et a questo modo tu andarai sicuro tirando ancora insieme con el ditto roverso uno falso dritto de sotto in suso per le mani del nimico. Chap. 133. Du patient contre mandritto, riverso et ponta.Maintenant, regarde : si tu te souviens bien, tu es resté en coda longa alta. Donc il est nécessaire que tu sois patient, parce que ton ennemi te tirant un mandritto ou un riverso ou une ponta, tu passeras de ta jambe droite à travers, vers son coté droit et alors dans ce pas tu lui tireras un riverso tramazzon traversato à sa partie droite, de sorte que ton épée tombera en coda longa stretta. Et de là je veux que tu tires un mandritto tondo aux pieds qui donnera du temps, avec une ponta riversa en passant, la poussant fortement au visage de l’ennemi sur son coté, avec ta jambe gauche devant vers son coté gauche. Et alors là tu tourneras pour te couvrir un riverso aux jambes de cet ennemi, fuyant la jambe gauche derrière la droite, de façon que ton épée sera retourné dans la même garde qu’au début : c’est-à-dire quand tu commençais le mandritto, et cette garde est la coda longa stretta avec le pied droit devant. Et ayant tiré tous ces coups, que tu portes en couvrant la main d’épée sous la targe et de cette façon tu seras en sûreté tirant encore ensemble avec ce riverso un falso dritto de bas en haut aux mains de l’ennemi.
Cap. 134. Che parla della nona parte. Anchora, essendo rimaso tu in coda longa e stretta, io voglio che de lì tu alci el pugno della spada a l’insuso, cioè in guardia alta, distendendo forte la targa tua scontro al nimico, tenendo la spada leggiadramente, sapendo tu che questa guardia sta prima per ferire che per parare. Adonque, essendo il tuo nimico agente o patiente, tu tirerai uno roverso sgualembrato tra la spada & la targa del ditto nimico, con uno roverso tramazzon insieme, fermo con la detta gamba dritta; e dappoi che tu haverai tratto el roverso tramazzon, per tuo reparo tu butterai la tua gamba dritta de drieto alla manca, tragando d’uno falso dritto de sotto in suso che andarà in coda longa & alta, e lì t’assetterai ben polito, aspettando el tuo nimico che sia agente & tu patiente. Chap. 134. Qui parle de la neuvième partie.Aussi, étant resté en coda longa stretta, je que veux que de là tu lèves le poing de l’épée vers le haut : c’est-à-dire en guardia alta, tendant fortement ta targe contre l’ennemi, tenant l’épée gracieusement, sachant que cette garde est d’abord faite pour attaquer plutôt que pour parer. Donc, ton ennemi étant agent ou patient, tu tireras un riverso sgualembrato entre l’épée et la targe de cet ennemi, avec un riverso tramazzon ensemble, fermement avec la jambe droite. Et puis ayant fait ce riverso tramazzon, pour te couvrir tu jetteras ta jambe droite derrière la gauche, tirant un falso dritto de bas en haut qui ira en coda longa alta, et là tu t’arrangeras bien policé, attendant que ton ennemi soit agent et toi patient.
Cap. 135. Della decima parte, e in questa serai patiente. Sapendo tu che in alcuna parte di questo tu rimanesti in coda longa & alta, per aspettare el tuo nimico che tire lui de qualche botta da basso o da alto, hora guarda, chè tragandote lui di che botta el si voglia, tu butterai la tua gamba manca de drieto alla dritta, tragando de uno mandritto traversato che calerà in porta di ferro larga; all’hora, tirandote il tuo nimico alle parte di sopra, tu reparerai con la tua targa, passando in tal parare della tua gamba dritta inanci, verso le parte manche del ditto nimico, spingendo, in questo passare, d’una ponta per il petto o per li fianchi del sopradetto, con uno mandritto sgualembrato insieme con uno roverso che calerà in coda longa e stretta, seguendo la gamba manca alla dritta per de drieto al loco suo; non ti fermando in la detta coda longa e stretta, che tu tiri uno roverso, per tuo reparo, di gamba levata, fugendo la gamba dritta in tal tempo de drieto dalla manca al loco consueto e la tua spada andarà, tornando d’uno falso dritto de sotto in suso per la mano del nimico, in coda longa & alta, cioè facendo una megia volta de pugno con la mano della spada; e de qui voglio che tu sia agente, massime el primo a ferire, trovando el tuo nimico in le guardie basse. Chap. 135. La dixième partie, et dans celle-là tu seras patient.Sachant que dans chacune de ces parties tu es resté en coda longa alta, pour attendre que l’ennemi te tire un coup quelconque d’en bas ou d’en haut. Maintenant regarde, que lui te tirant le coup qu’il veut, tu jetteras ta jambe gauche derrière la droite, taillant un mandritto traversato qui tombera en porta di ferro larga. Alors, ton ennemi te tirant dans la partie supérieure, tu te couvriras avec ta targe, passant dans cette parade ta jambe droite devant vers le coté gauche de cet ennemi, poussant, dans ce pas, une ponta à la poitrine ou au flanc de celui-ci, avec un mandritto sgualembrato ensemble avec un riverso qui tombera en coda longa stretta, suivant la jambe gauche derrière la droite à sa place. Sans t’arrêter dans cette coda longa stretta, tu tireras un riverso de gamba levata, pour te couvrir, fuyant la jambe droite dans ce temps derrière la gauche à la place habituelle et ton épée ira, tournant un falso dritto de bas en haut à la main de l’ennemi, en coda longa alta : c’est-à-dire faisant une megia volta de pugno avec la main d’épée. Et de là je veux que tu sois agent, généralement le premier à attaquer, trouvant ton ennemi dans une garde basse.
Cap. 136. Come in quest’ultima parte serai agente col mandritto per gamba. Hora, sapendo tu che in quest’ultima parte tu rimanesti in coda longa & alta, voglio che tu tiri uno mandritto per le gambe al tuo nimico con questa intentione, che parando lui el tuo mandritto con el suo falso sotto la targa sua per darti lui uno roverso per la tua gamba dritta, voglio che quando tu toccarai el falso della spada del nimico con el tuo filo dritto, tu farai subito una megia volta di pugno a l’ingioso, in modo ch’el falso della spada tua serà contro al falso suo; e de lì tu li darai a lui de uno roverso segato per la gamba che lui haverà inanci e non potra’ mancare, perchè tu con quella megia volta di pugno che tu hai fatto tu lo haverai messo de fora, confortandoti che a tutti li tuoi mandritti e roversi che tu tirerai così da alto come da basso, io te dico che tu li debbi tirare sempre de falso, per più tua utilitade, facendoti sapere che qualche volta tirando tu mandritto tondo per le gambe, che tu debbi tirare insieme uno roverso tondo per la faccia, fugendo & tragando per tuo reparo uno roverso di gamba levata; e la tua gamba dritta andarà drieto alla manca e la manca de drieto alla dritta con uno falso tirando, per modo che tu resterai in coda longa e stretta, tornando de qui indrieto da giuoco; cioè tu farai falso e mandritto sotto targa con la tua gamba dritta de drieto alla manca & la tua spada andarà in coda longa e stretta ben polito, mettendo la ponta della spada tua in la targa dentro o fuora, e in tal tempo pirlando forte in su la tua gamba manca verso le tue parte manche , per modo che la gamba tua dritta serà de drieto alla manca in atto de riverentia, passando subito e mettendo la gamba tua dritta una spanna dinanci; & lì t’assetterai galante e con la tua targa apoggiata al tuo fianco manco, attilando la spada tua in guardia alta. Et a questo modo serà finito il secondo assalto de spada e targa, con l’aiuto d’Iddio. Chap. 136. Comment dans cette dernière partie tu seras agent avec le mandritto à la jambe.Maintenant, sache que dans cette dernière partie tu es resté en coda longa alta, je veux que tu tires un mandritto aux jambes de ton ennemi avec cet intention, que lui te parant le mandritto avec son falso sous sa targe pour te donner un riverso à ta jambe droite, je veux que quand tu toucheras le falso de l’épée de l’ennemi avec le vrai tranchant, que tu fasses aussitôt une megia volta di pugno vers le bas, de sorte que le falso de ton épée sera contre son falso, et de là tu lui donneras un riverso taillant à la jambe qu’il aura devant et que tu ne pourra manquer, parce que toi ayant fait ce megia volta di pugno tu te seras mis à l’extérieur, bien en place pour que tu tires tous mandritti et riversi d’en haut comme d’en bas. Je te dis que tu dois toujours tirer le falso, pour plus d’utilité, je te fais savoir que chaque fois que tu tires un mandritto aux jambes, tu dois tirer ensemble un riverso tondo au visage fuyant & tirant pour te couvrir avec un riverso de gamba levata. Et ta jambe droite ira derrière la gauche et la gauche derrière la droite avec un falso tirant, de sorte que tu resteras en coda longa stretta, tournant de là en arrière le jeu : c’est-à-dire tu feras un falso et mandritto sous la targe avec ta jambe droite derrière la gauche et ton épée ira en coda longa stretta bien policé, mettant la pointe de ton épée dans la targe à l’intérieur ou à l’extérieur. Et dans le temps, jetant fortement devant ta jambe gauche vers ton coté gauche, de façon que ta jambe droite sera derrière la gauche à la façon d’une révérence, passant aussitôt et mettant ta jambe droite d’une paume devant, et là tu t’arrangeras galamment avec ta targe reposant à ton flanc gauche, bien mis avec ton épée en guardia alta. Et de cette façon sera fini le second assaut de l’épée et targe, avec l’aide de Dieu.
Cap. 137. El quale tratta della instruzione & amaestramenti che die dare uno Maestro alli scolari in prima che li metta al gioco.Questo si è uno amaestramento delle guardie principali che accadeno nel gioco, overo combattere de spada e targa, e così brocchiero largo, e rotella, ancora spada sola, e spada e cappa, & imbraciatura, e ancora pugnale e cappa & pugnale solo, facendote intendere che insegnando tu ad alcuno de giocare di queste arme sopradette o de combattere, l’è di bisogno che nella esaminatione che tu li farai a darli ad intendere tutte queste guardie, di nome in nome & de passo in passo, con li parati suoi e li suoi feriti, cioè pro e contra, come tu potra’ vedere in questa scrittura, ancora in pittura; e adonque non potrai fallire, sapendo che io non li fece differentia alcuna di queste guardie a farle con queste arme sopradette, perchè gli è una cosa medesima; ma per non fare tanto volume io li desegnarò solamente con spada e brochiero largo e non con altro, overo targa. E così tu seguirai con el nome d’Iddio. Chap. 137. Lequel traite de l’instruction et démonstrations que doit donner un maître aux élèves au début quand il les met au jeu.Ceci ici est une démonstration des gardes principales qui arrivent dans le jeu, ou alors au combat de l’épée et targe, et aussi de la large bocle, et de la rondache, ou encore de l’épée seule, de l’épée et cape, et l’imbraciatura, et encore du poignard et cape, et du poignard seul, te faisant comprendre que toi enseignant à certains à jouer de ces armes ci-dessus ou à combattre, il est nécessaire que cette exploration que tu lui feras pour lui faire comprendre toutes ces gardes, de nom en nom, et de pas en pas, avec leurs parades et leurs attaques : c’est-à-dire les attaques et les contres, comme tu pourras voir dans ces écrits, et encore en peinture. Et ainsi donc tu ne pourras pas faillir, sachant que je ne fait aucune différence dans la façon de faire ces gardes avec les armes ci-dessus, parce que c’est une même chose. Mais pour ne pas faire trop de volume, je les désignerai seulement avec l’épée et la large bocle et non avec les autres, ou alors avec la targe. Et cela tu suivras au nom de Dieu.
Cap. 138. De Coda longa e stretta. Farai assettare el ditto scholare con la gamba dritta inanci, con la spada & il brochiero, overo targa, bene distesa per lo dritto dello nimico e la sua spada accompagnata insieme; & fa’ che la sua mano dritta sia di fuora dal suo genochio dritto, con il polso della mano della spada volto alingioso verso terra, come vedi qui ne la presente figura; e questa si domanda Coda longa e stretta e sta così per ferire come per parare; e però essendo el ditto scolare in la ditta guardia, li mostrarai quanti feriri si può fare volendo esser lui agente, & dapoi, essendo patiente, li mostrarai quanti parati se possan fare, da alto e da basso, variati l’uno da l’altro e li darai li parati con li suoi feriri de quella natura che gli acaderanno; et li farai tirare de uno mandritto sgualembrato, passando per traverso con la sua gamba manca alquanto dinanci dalla dritta: allhora tu li dirai che la sua spada si è calata in Cinghiara porta di ferro stretta. Chap. 138. La Coda longa stretta.Tu feras s’arranger cet élève avec la jambe droite devant, avec l’épée et le bocle, ou la targe, bien tendu vers la droite de l’ennemi et son épée accompagnant ensemble. Et fait que sa main droite soit à l’extérieur de son genou droit, avec le poignet de la main d’épée tournée en bas vers la terre, comme tu le vois sur la présente illustration, et cela se dénomme Coda longa stretta et reste ainsi pour attaquer comme pour parer. Et néanmoins l’élève étant dans cette garde, tu lui montreras les nombreuses attaques qu’il peux faire voulant être agent et ensuite, étant patient, tu lui montreras les parades pouvant se faire, d’en haut et d’en bas, variant de l’une à l’autre et tu lui donneras les parades avec ses attaques de quelle nature il produira. Et tu lui feras tirer un mandritto sgualembrato, passant à travers avec sa jambe gauche un peu devant la droite. Alors tu lui diras que son épée est tombé en cinghiara porta di ferro stretta.
Cap. 139. De Cinghiara porta de ferro. Tu darai ad intendere al tuo scholaro che ogni volta che lui sarà in la ditta guardia l’è sforciato a essere paciente, per respetto che tutte le guardie basse stanno prima per parare che per ferire; ma pure se lui volesse in prima ferire che parare, tu sai che non se può fare altro ferire se non de ponta, overo qualche falsi, e però mostrarai al ditto scholare che essendo in ditta guardia & che uno li tirasse de qual si voglia botta, in che modo lui ha da parare e poi ferire, confortandolo che lui debba parare più de falso che d’altro filo, perchè l’è più utile parato che non el dritto filo, sapendo tu che el falso ferisse e para in uno tempo medesimo; & fatto che tu haverai ditta examinatione, el farai passare con la sua gamba dritta inanci, alciando la mano della spada sua all’aera, e questa se domanda Guardia alta. Chap. 139. La cinghiara porta de ferro.Tu donneras à comprendre à ton élève que tout le temps qui lui sera dans cette garde il est forcé d’être patient, par égard que toutes les gardes basses sont d’abord faites pour parer plutôt que pour attaquer. Mais aussi si lui veut en premier attaquer au lieu de parer, tu sais qu’il ne peut se faire d’autre attaque que des ponta, ou alors quelques falsi. Et aussi tu montreras à cet élève qu’étant dans cette garde et que quelqu’un lui tire le coup qu’il veut, de quelle façon lui devra parer et puis attaquer, s’assurant qu’il doit parer plus du falso que de l’autre tranchant, parce qu’il est plus utile pour parer que ne l’est le vrai-tranchant. Sachant que le falso attaque et pare dans un même temps. Et ayant examiné cela, tu lui feras passer sa jambe droite devant, levant sa main d’épée en l’air, et celle-là se dénomme guardia alta.
Cap. 140. De Guardia alta. Siando il tuo scholare in la ditta Guardia alta, li mostrarai quanti feriri se può cavare di essa, facendote intendere che questa guardia sta prima per ferire; & dapoi tu li mostrarai li paradi con li suoi feriri, passando ogni volta con le sue gambe inanci o indrieto, secondo che l’accaderà; & dapoi tu el farai passare con la sua gamba manca inanci, calando la spada a megia persona, & questa se domandarà Coda longa & alta. Chap. 140. La guardia alta.Ton élève étant dans cette guardia alta, tu lui montreras combien d’attaques peuvent sortir de là, te faisant comprendre que cette garde est d’abord faite pour attaquer. Et ensuite tu lui montreras les parades avec ses attaques, passant tout le temps avec ses jambes devant ou derrière, selon ce qui se passera. Et ensuite tu le feras marcher avec sa jambe gauche devant, tombant l’épée à mi-hauteur d’homme et cela se dénommera Coda longa alta.
Cap. 141. Di Coda longa & alta. Voglio che tu sappi che essendo tu patiente questa si è una bona & utile guardia, e per questo io te dico che tu debi dire a li tuoi scholari che loro si debbiano mettere per sua difentione scontro al suo nimico in questa guardia, dandoli tu ad intendere ciò che se li può fare, pro & contra, in ogni maniera che sia possibile: perchè facendo tu questo tu fai l’honore tuo & l’utile suo & sei obligato a farlo, facendo loro el debito suo contra di te; & pertanto tu li farai passegiare inanci e indrieto secondo che può accadere, sempre tornando alla medesima guardia, con qualche feriri o con qualche parati; & fatto che tu li haverai tali amaestramenti, tu el farai tirare de uno mandritto fendente, passando de la sua gamba dritta innanci, el quale acalerà in Porta de ferro stretta, overo larga. Chap. 141. La coda longa alta.Je veux que tu saches qu’étant patient celle-ci est une garde bonne et utile, et pour cela je te dis que tu dois dire à tes élèves qu’ils doivent se mettre dans cette garde pour sa défense contre son ennemi, te donnant à comprendre : c’est-à-dire qu’il peux faire, attaques et parades, de toutes les manières possibles, parce que faisant cela tu fait ton honneur et son gain et il est obligé de le faire, faisant qu’ils te rendent leur dettes. Et alors tu le feras se déplacer en avant et en arrière suivant ce qui peut arriver, toujours retournant dans cette même garde, avec certains coups ou avec certaines parades. Et ayant montré cela, tu lui feras tirer un mandritto fendente, passant sa jambe droite devant, et cela tombera en porta de ferro stretta, ou alors larga.
Cap. 142. De Porta de ferro stretta, overo larga.Hora a me pare che uno che sia in la ditta porta de ferro stretta, o larga, ch’el non possa fare troppi feriri, ma io te dico ch’el se può fare assai parati, cioè de falsi con mandritti o voi roversi, de quella natura che a te parerà, o voi parare in guardia de faccia o de testa o in qualche altri modi, come è stato insegnato. Ma sappi che quelle cose che se possano fare in porta de ferro stretta o larga, se possano fare ancora in cinghiara porta di ferro la magiore parte; & per questo tu starai avertito di fare passare il ditto scholare con la gamba sua manca inanci & la sua spada andarà in Coda longa e distesa, cioè destendendo la spada sua & il braccio indrieto, al pare della gamba dritta; e de lì lui può essere agente e patiente, come udirai. Chap. 142. La porta de ferro stretta, ou larga.Maintenant, il me semble qu’un qui est dans cette porta de ferro stretta, ou larga, ne peux pas faire beaucoup d’attaques, mais je te dis qu’il peut se faire beaucoup de parade : c’est-à-dire des falsi avec des mandritti ou alors des riversi, de la nature qu’il te plaît, ou alors parer en guardia de faccia ou guardia de testa ou d’une autre façon, comme je t’ai enseigné. Mais sache que ces choses qui peuvent se faire en porta di ferro stretta ou larga, peuvent aussi se faire en cinghiara porta de ferro la plupart du temps. Et pour cela tu resteras attentif de faire passer cet élève avec sa jambe gauche devant et son épée ira en coda longa distesa : c’est-à-dire son épée étendues et le bras en arrière, comme la jambe droite, et de là il pourra être agent et patient, comme je dirais.
Cap. 143. De guardia de Coda longa e distesa. Essendo el tuo scholare in la ditta guardia, tu el farai essere agente, massime con falsi dritti o vorrai con ponte o roversi & altre botte che li può nassere de la ditta guardia, con li parati suoi che li segueno drieto, sapendo che poca cosa è a ferire, ma a sapere parare l’è più bella e più utile cosa. Sicchè tu li darai buona pratica in sopraditti parati e feriri, strascorrendo sempre di guardia in guardia & di passo in passo, sempre domandandoli li nomi delle guardie sopraditte; & fatto che tu haverai tutti questi amaestramenti, tu li farai tirare la gamba sua dritta dinanci alla manca, & la spada sua anderà con la ponta levata nell’aria con il braccio suo disteso, dritto verso el nemico, come qui vederai; & questa si dimandarà Guardia di testa. Chap.143. La garde de Coda longa e distesa.Ton élève étant dans cette garde, tu le feras être agent, surtout avec les falsi dritti ou alors avec des ponta ou les roversi & autres coups qu’il peux tirer de cette garde. Avec les parades qui suivent par derrière, sachant qu’il est peu de chose à attaquer, mais savoir parer est une chose plus belle et plus profitable. Alors tu lui donneras une bonne pratique dans ces parades et attaques, allant toujours de garde en garde & de pas en pas, toujours donnant les nom de ces gardes, et lui ayant montré tout cela, tu lui feras tirer sa jambe droite devant la gauche, et son épée iras avec la pointe levé en l’air et ses bras tendus, droit vers l’ennemi, comme là tu verras, et cela se nommera guardia di testa.
Guardia di testa.In ditta guardia si può essere agente & paciente, ma prima diremo del paciente: paciente se intende se un te tirasse de uno mandritto fendente, overo mandritto sgualembrato o dritto tramazone, alle qual botte tu sei sforciato fare parare il ditto scholare in guardia di testa; & di poi, volendo de ditta guardia essere agente, tu li dirai ch’egli può essere agente con una imbroccata dritta sopra mano o vorrai uno mandritto fendente overo tondo o sgualembrato o falso dritto, accompagnando le ditte botte con un roverso di quella maniera che gli conviene; & de ditta Guardia di testa el farai andare con una ponta roversa ne la faccia al nemico, gettando la sua gamba manca davante alla dritta alquanto per traverso & la ponta della spada sua serà per lo dritto della faccia del ditto suo nimico, & serà andato in Guardia de intrare. Guardia di testa..Dans cette garde tu peux être agent et patient, mais en premier parlons du patient, patient se comprend si un te tire un mandritto fendente ou alors mandritto sgualembrato ou dritto tramazone, à tous ces coups tu seras forcé de faire parer l’élève en guardia di testa. Et puis, de cette garde voulant être agent, tu lui diras qu’il peux être agent avec un imbroccata droit la main au dessus ou alors un mandritto fendente ou tondo ou sgualembrato ou un falso dritto, accompagnant ces coups d’un riverso de la manière qu’il convient. Et cette guardia de testa tu le feras aller avec une ponta riversa au visage de l’ennemi, jetant sa jambe gauche devant la droite un peu à travers, et la pointe de l’épée sera vers la droite du visage de l’ennemi, et tu seras arrivé en guardia de intrare.
Guardia de intrare.Essendo in la ditta guardia ti conviene essere per forcia paciente, perchè se ben mi ricordo io t’ho mostrato che di tal guardia li può nascere pochi feriri, volendo lui essere prima agente che paciente, sicchè ti esorto ad aspettar il nemico che tiri &, parato che tu haverai, con più tuo comodo potrai far quelli feriri che ti parerà convenienti al colpo parato, & secondo l’essere nel qual si ritrovarà il tuo nemico; & nota che de la ditta guardia tu farai andare el ditto scholare, con uno roverso segando e con la sua gamba dritta gettandola dinante alla manca, tirando in questo gettare il braccio suo dritto alquanto indrieto, distendendo il pugno suo verso terra; & allhora li dirai che la spada sua è calata in Coda longa & larga. Guardia de intrare.Étant dans cette garde où tu devras être patient, parce que si tu te souviens bien je t’ai monté que dans cette garde il peut naître peu d’attaques, voulant lui être d’abord agent plutôt que patient, donc je t’exhorte d’attendre que ton ennemi tire, et ayant paré, avec plus d’aisance tu pourras faire les attaques qui te paraîtront convenable au coup paré & être après dans lequel se retrouveras ton ennemi. Et note que de cette garde tu feras aller l’élève avec un riverso taillant et avec sa jambe droite se jetant devant la gauche, tirant dans ce pas son bras droit un peu en arrière, tendant son poing vers la terre, et alors tu lui diras que son épée est tombé en coda longa larga.
Guardia di Coda longa & larga.Nota che in ditta guardia si può essere agente & patiente, perchè de qui si può tirare falso e roverso, & tramazone dritto & falso, & tramazone roverso & falso fil tondo, con lo roverso sgualembrato tornando la spada al loco suo; & anchora si possono tirare imbroccate, ponte infalsate dritte & roverse, fallaciate & non fallaciate, con li roversi che loro se appartengono secondo la natura delli mandritti che loro tireranno; et fatto tale esordio, overo amaestramento, tu farai andare il preditto scholare con la gamba sua manca davante alla dritta & con la ponta de la spada volta verso terra e il pomo verso il cielo, & lo assetterai con il dritto braccio disteso & con il dito grosso della mano volto di sotto, verso la ponta della spada, & fatto questo li dirai che lui è andato in Guardia di Becha possa. Garde de coda longa larga,Note que dans cette garde il peut être agent et patient, parce que de là il peut tirer falso, et riverso, et tramazone dritto et falso, et tramazone riverso et falso filo tondo, avec riverso sgualembrato tournant l’épée à sa place, et encore il peux tirer des imbroccate, ponta infalste dritte & roverse, feintant et sans feindre (fallacia = feinte), avec les riversi qui appartiennent selon la nature des mandritti qu’il leurs tirent. Et ayant fait ce début, ou l’ayant montré, tu feras aller cet élève avec sa jambe gauche devant la droite et la pointe de l’épée tourné vers la terre et le pommeau vers le ciel, et tu l’arrangeras avec le bras droit tendu, et avec le pouce (gros doigt de la main) tourné en dessous, vers la pointe d’épée et cela fait tu lui diras qu’il est allé en guardia di becha possa.
Guardia di Becha possa.Avendo esaminato el ditto scholare de guardia in guardia, e considerato che sia in ditta Guardia di Becha possa, conforterai il tuo scolaro che lui debbia andare in questa guardia quando el suo nimico andasse a Porta di ferro larga o stretta o alta, seguendolo di passo in passo, el sopraditto, & di guardia in guardia: cioè se lui andasse in Coda longa e distesa, tu il farai andare in Becha cesa, & se lui andasse in Coda longa e larga, tu el farai andare in Coda longa e stretta, & se lui andasse in Becha cesa, tu il farai andare in Cinghiara porta di ferro alta, & se lui andasse in Guardia d’intrare, tu ‘l farai andare in Guardia alta; tenendo quest’ordine lo farai andare alfine con la gamba dritta inante & con la ponta de la spada rivolta verso la faccia del nemico & il polso de la mano volto a l’insuso & il braccio ben disteso & li dirai che lui è andato in Guardia di faccia. Guardia di Becha possa.Ayant examiné l’élève de garde en garde, et considérant qu’il soit dans cette guardia di becha possa, tu encourageras ton élèves à aller dans cette garde quand son ennemi est en porta di ferro larga ou stretta ou alta, le suivant de pas en pas, celui-ci, et de garde en garde : c’est-à-dire que si lui va en coda longa e distesa, tu le feras aller en becha cessa, et si lui va en coda longa e larga, tu le feras aller en coda longa e stretta, et si lui va en becha cesa, tu le feras aller en cinghiara porta di ferro alta, et si lui va en guardia d’intrare, tu le feras aller en guardia alta. Tenant ces ordres tu le feras aller à la fin avec le jambe droite devant et la pointe de l’épée tournée vers le visage de l’ennemi et le poignet de la main tourné vers le haut et le bras bien tendus et tu lui diras qu’il est arrivé en guardia di faccia.
Guardia di faccia.Havendo fatto andare il predetto in Guardia di faccia, tu li dirai che in questa guardia gli è paciente & agente in un medesimo tempo, cioè tirando il suo inimico uno mandritto tondo o fendente dritto, in tempo di tal ferire la spada serà sotto el ferire del sopraditto, percotendo in ditto tempo con la ponta la faccia del inimico, segando per suo riparo uno roverso; & fugiendo tirerà uno mandritto sgualembrato, con la gamba sua dritta di drieto alla sinistra, il qual calarà in Cinghiara porta di ferro ben polito, subito tornando con uno redoppio roverso al’inance, passando col piè dritto e seguendoli con lo sinistro di drieto, al loco suo e ‘l braccio della spada al’insuso alto disteso, voltando el polso della mano di fora, facendo tenere la ponta della spada sua in la faccia o al pugno del sopradetto, ben distesa; & questa è Becha cesa. Guardia di facciaAyant fait aller celui-ci en guardia di faccia, tu lui diras que dans cette garde il est patient et agent en même temps : c’est-à-dire son ennemi tirant un mandritto tondo ou fendente dritto, dans le temps de cette attaque l’épée sera sous le coup de celui-ci, percutant dans ce temps la pointe dans le visage de l’ennemi, taillant pour se couvrir un riverso, et en fuyant il tirera un mandritto sgualembrato, avec sa jambe droite derrière le gauche, lequel tombera en cinghiara porta di ferro bien policé, tournant aussitôt avec un riverso redoppio devant, passant avec le pied droit et le suivant avec le gauche derrière à sa place, et le bras d’épée vers le haut bien tendu, tournant le poignet de la main à l’extérieur, faisant tenir la pointe de son épée dans le visage ou le point de celui-ci, bien tendu, et cela est becha cesa.
Guardia di Becha cesa. Tu sai che di Guardia di faccia tu ha’ fatto andare el tuo scholare con uno roverso redoppio in Becha cesa: de qui l’è di bisogno darli a intendere il pro e il contra de ditta guardia; & sappi che questa guardia, per uno che sia grande, è molto singulare per ferire & per parare, notificandoti che di questa guardia li può nassere imbroccate, fendenti falsi, come altre volte t’ho mostrato & altre cose ch’al presente non farò mentione per non essere troppo tedioso in lo scrivere e per non te dare troppo tedio; ma tu supplirai in quelle cose che io mancarò perchè me conviene seguitare altre cose. Guardia di becha cesaTu sais que de guardia di faccia tu as fait aller ton élève avec un riverso redoppio en becha cesa, de là il est nécessaire de lui donner à comprendre les attaques et les parades de cette garde. Et sache que cette garde, pour un qui est grand, est bien excellente pour attaquer et pour parer, t’informant que de cette garde il peux naître des imbroccate, fendenti, falsi comme je t’ai montré d’autre fois et d’autres choses dont je ne ferais pas mention à présent pour ne pas être trop fastidieux et trop ennuyeux par écrit. Mais tu rattraperas ces choses que je manque parce que je dois en venir à autre chose.
Cap. 144. ESORDIO. Havendo considerato quanta importanza sia a sapere li nomi di queste guardie, le quali ho composte in questo libro chiaramente in scrittura et in pittura, l’ho fatto per lo amore ch’io ho portato a gli armigeri cavalieri che si dilettano d’intendere l’arte delle armi compiutamente, & perchè a me pare che molti che insegnano ad altri errano fortemente a non darli ad intendere il modo del passeggiare et dell’esaminare in tutte le guardie di una in una, di nome in nome, di passo in passo; mi son deliberato durare anchora questa poca di fatica, perciocchè questo da altro non procede se non che al presente ci sono pochi Maestri che insegnano tale virtù, overo arte, perchè loro di poca scienza son dotati, perciocchè più per pratica insegnano che per altro; et di questo son certo, perch’io so che molti si mettono ad insegnare, persuadendosi di sapere, et non sanno; et questo aviene perchè più non ci sono, come già soleano esser nel tempo antico, li Maestri autenticati, che se prima quelli non erano da gli altri Maestri privilegiati con le sue licenze, non poteano fare scholari, chè hora ognuno fa il Maestro et fa scholari et a questo non è posto cura da niuno; et per questo io fo intendere a ciascuno che gli è di di grande importanza a sapere queste cose, quantunque oggi si ritrovano molti valenti giovani et veterani huomini che son buoni et pratichi giocatori, ma non però sono eccellenti per insegnare, perciocchè non sono allevati con Maestri che gli habbiano dotati d’insegnare ad altri et per questo errano. La qual cosa, vedendo io tali errori occorrere, amorevolmente mi sono eccitato nell’ingegno & arte mia, per advertire questi tali che si dilettano di tal virtù. Sicchè, lettore che leggerai questo, non l’havere a sdegno, perchè io son certo che delli calunniatori et detrattori dell’altrui fatiche et virtù si sforzaranno la buona fama denigrare et in tutto cancellare; nè come di questi amici la cercaranno al meritato luoco suo la collocare, come il strenuo Capitano S. Emilio Marscotto et il Capitano Gioan Maria Gabiato et il Capitano Battista Pellacano, con molti altri armigeri Cavalieri, i quali per industria mia et sollicitudine sua si veggano al culmine di tanta nobile arte et gloriosa virtù, la quale, come gratis, si sforzano questa estollere et magnificare, come sinceri et candidi discipoli miei; et in tutti li luochi ove si troveranno, in presenza et absenza mia, donaranno tanto honorato luoco, quanto alla mia ingegnosa fatica pare che si convenga; et quando bene nelle lodi mie in qualche parte s’ingannassero, la presente opera apertamente dimostra che, in tutto, errore non pigliaranno. Chap. 144. Début du discoursAyant considéré combien important il est de savoir les noms de ces gardes, lesquelles j’ai décrite dans ce livre clairement en écriture et en illustration, je l’ai fait par l’amour que je porte aux guerriers chevaliers qui se plaisent dans la compréhension de l’art des armes entièrement. Et parce qu’il me semble que beaucoup qui enseignent à d’autre se trompe fortement en ne donnant pas à comprendre les façon de marcher et d’examiner toutes les gardes une à une, de nom en nom, de pas en pas. Moi je suis résolu à endurer alors ce peu de fatigue, parce que cela les autre ne le font pas sinon qu’à présent nous sommes peu de Maître qui enseignent tel vertu, ou art, parce qu’ils sont dotés de peu de science, parce qu’ils enseignent plus pour la pratique que pour autre chose (les autre?), et de cela je suis certain, parce que je sais qu’ils sont beaucoup se mettant à enseigner, persuadé de savoir, et ne savant pas. Et cela arrive parce que nous ne sommes plus, comme ils étaient dans les temps anciens, des Maîtres attestés, que si ces premiers ne sont pas de ces Maîtres privilégiés avec leurs licences, ne pouvant pas faire d’école, que maintenant tout le monde se fait Maestro et fait des écoles et à cela il n’y pas de place a s’occuper de personne. Et pour cela je fais comprendre à chacun qu’il est d’une grande importance de savoir ces choses, même si aujourd’hui il se trouve beaucoup de valeureux jeunes hommes et de vétérans qui sont bon dans la pratique du jeu, mais cependant ne sont pas bon pour enseigner, parce qu’ils ne sont pas élevé par des Maîtres qui les ont doté de l’enseignement aux autres et par cela sont dans l’erreurs. Cette chose, je voie de tels erreurs arrivaient, d’amour ils sont excités dans l’enseignement et mon art, pour dire cela tel que ceux s’amusant de tel vertu. Donc, le lecteur qui lira ceci, n’aura pas la colère, parce que je suis certain que les calomniateurs et détracteurs du travail des autres et des vertus se force la bonne réputation à dénigrer et dans tout s’annule. Et comme ces amis cherchant au mérite sa place sur la place, comme le résistant Capitaine S. Emilio Marscotto et le Capitaine Gioan Maria Gabiato et le Capitain Battista Pellacano, comme beaucoup d’autres guerriers chevaliers, lesquelles par mon industrie et leurs sollicitudes sont venu au bout de ce noble art et de sa glorieuse vertu, laquelle, comme gratuitement, se force cette cette « estollere » et magnificence, comme sincère et candides sont mes disciples, et en tous les lieux où ils se trouvent, en ma présence ou mon absence, donneront tout leurs honneurs, combien à mon ingénieuse fatigue semble qu’il convienne. Et quand bien dans mes lieux dans quelques parties « s’ingannassero », le présent travail appartient à démonter, en tout, les erreurs ne prennent pas.
Cap. 144. Del passeggiare. Questo è il segno dove tu farai passeggiare li detti tuoi scholari di passo in passo, così innanzi come indrieto, con le armi in mano, attorno attorno, mettendo li piedi in su questi fili, che attraversano li segni tondi. Chap. 144. Les déplacements.Ceci est le segno où tu feras passer tes élèves de pas en pas, en avant comme en arrière, avec les armes en main, tournant, retournant, mettant les pieds dans ces mêmes fils, qui tondent les signes à travers.
Cap. 145. Della memoria Iochale, cioè delli feriri & parati. Hora nota per aricordarte che innelli primi amaestramenti io te dissi che in questo libro te desegnaria el segno quale andava disegnato in el muro, per metterli al’incontro in el principio li scholari, e questo è desso, con le sue littere, che te demostra, dal lato dritto stando al’incontro, dritto fendente, dritto sgualembrato, dritto tondo, dritto redoppio e falso dritto; e sappi ch’el ditto segno significa uno corpo humano e perchè questi primi feriri comenciano dalla parte dritta e però si chiamano tutti dritti; e dalla parte manca se tira roverso fendente, roverso sgualembrato, roverso tondo, roverso redoppio e falso manco, e quel filo dove se tira el fendente a montare el si domanda montante; & tutti questi feriri si domandano, excetto ch’el montante, roversi, perchè loro commentiano tutti dal lato manco, cioè dal lato sinistro. Chap. 145. De leurs mémoire, c’est-à-dire des attaques et parades.Maintenant note pour te souvenir que dans les premières démonstration je te disais que dans ce livres je te désignerais le segno qui va désigner sur les mur, pour mettre les élèves à l’encontre les principes, et cela est « desso », avec son « littere », qui je te montre, du droit reste à l’encontre, dritto fendente, dritto squalembrato, dritto tondo, dritto ridoppio et falso dritto. Et sache dans ce segno je signifie un corps humains et parce que ces premières attaques commencent du coté droit et ainsi se nomment tout dritti. Et du coté gauche se tire riverso fendente, riverso squalembrato, riverso tondo, riverso ridoppio et falso manco, et que le fil où se tire le fendente à monter se dénomme montante. Et toutes ces attaques se dénomment riverso, excepté le montante, parce qu’ils commencent tous du coté gauche, c’est-à-dire du coté gauche.
Cap. 146. Del modo che hai a tenere contra uno mancino. Qui te voglio dare el modo & la via che tu hai a tenere contra uno mancino e così uno mancino contra uno dritto, con la spada da una mano da filo, e targa, overo brochiero largo & così rodella. Chap. 146. De la façon que tu as à tenir contre un gaucher.Là je veux donner la façon & la voie que tu as à tenir contre un gaucher et aussi pour un gaucher contre un un droitier, avec l’épée à une une main affûtée, et la targe, ou le bocle large, & aussi la rondache.
Cap. 147. D’un dritto contra un mancino. Prima parte.
Io voglio che tu sappi se mai tu te habbatesse a fare a cortellate con uno che fusse mancino, l’è forza per tuo vantaggio essere paciente a lassarlo tirare sempre prima lui, overo tirare quando lui insieme, come te dirò più oltra se bene notarai; in prima, s’el ditto mancino te tirasse uno mandritto sia di che natura si voglia, tu el lasserai passare a vodo, senza pararlo in modo alcuno e, passato ch’el sarà, presto tu li tenirai drieto de uno altro medesimo mandritto per la testa, a lui accompagnato con la targa tua, overo brochiero; e questo facio perchè se lui tirasse de roverso insieme con el mandritto, ch’el ditto roverso non ti fesse adispiacere alla tua mano overo braccio della spada: cressendo ogni volta della tua gamba dritta inanci, non ti fermando del ditto mandritto, che tu traga uno roverso sgualembrato, con la gamba tua manca fugiendo de drieto alla dritta, e lì serai tornato con la spada tua in coda longa e alta, benchè di sopra io non ne ho fatta mentione alcuna; ma io voglio che tu sappi adesso per sempre mai che ogni volta ch’el ditto mancino harà inanci la sua gamba della spada, tu li metterai quella del brochiere largo, overo targa; & se lui li mettesse la sua manca, e tu li metti la tua dritta sempre al contrario de lui, passeggiando te tuttavia verso la spada sua; & se lui tirerà uno roverso, tu trali uno roverso sgualembrato e uno mandritto, passando e tornando de la gamba tua dritta a luoco suo, dove l’era prima, sempre assettandote al contrario de lui, come de sopra hai visto. Questa sia la prima parte.
Chap. 147. Un droitier contre un gaucher. Première partie.Je veux que tu saches que si jamais tu as à faire un duel contre un qui est gaucher, il est forcé pour ton avantage d’être patient en le laissant toujours tirer en premier, ou alors de tirer en même temps que lui, comme je te diras plus encore si bien tu noteras. En premier, si ce gaucher te tire un mandritto qui est de la nature qu’il veut, tu le laisseras passer dans le vide, sans le parer d’aucune façon, et quand il sera passé, aussitôt tu lui tireras derrière un autre même mandritto à la tête, en l’accompagnant avec ta targe, ou alors ton bocle. Et cela est fait pour que si lui te tire un riverso ensemble avec le mandritto, que ce riverso ne te fasse disgrâce a ta main ou au bras d’épée, avançant tout le temps ta jambe droite devant, sans arrêter ce mandritto, tu tireras un riverso sgualembrato, avec la jambe gauche fuyant derrière la droite, et là tu seras tourné avec ton épée en coda longa e alta, bien que ci dessus je n’en t’ai fait aucune mention. Mais je veux que tu saches maintenant pour toujours que chaque fois que ce gaucher aura devant sa jambe d’épée, tu lui mettras là le large bocle, ou la targe. Et si lui la mets sa (jambe) gauche, et tu lui mets ta (jambe) droite toujours au contraire de lui, te déplacent néanmoins vers son épée. Et si lui te tire un riverso, tu tires un riverso sgualembrato et un mandritto, passant et tournant de ta jambe droite à sa place, où elle était avant, toujours t’arrangeant au contraire de lui, comme je t’ai montrais ci dessus, Cela est la première partie.
Cap. 148. Della seconda parte. Ma sappi che se tu volesse essere agente contra del ditto mancino, tu passarai, trovando lui con la gamba della spada inanci, con la tua gamba dritta inanci, alquanto un poco verso le sue parte dritte e, in questo passare che tu farai, tu li cacierai uno falso impuntato in la faccia, desopra dalla sua spada; et lui vedendo questo, per paura la spingirà in fuora verso le tue parte dritte, e tu questo cerchi, per darli de uno mandritto per la gamba sua dritta dalla spada, con un roverso insieme sgualembrato, fuggito indrieto a luoco suo la ditta gamba dritta, e a questo modo tu serai tornato in la guardia de prima; anchora al ditto mancino tu li caccierai una ponta in la faccia, tra la spada e ‘l suo brochiero di verso le sue parte manche, passando in tal tempo con la gamba tua dritta inanci; ma sappi che lui per paura della ditta ponta, lui coprirà la ditta parte manca, ma la dritta discoprirà e tu allhora li darai de uno mandritto fendente in su la testa che acalarà in porta di ferro alta; ma se allhora lui, el ditto mancino, te rispondesse alle parte tue dritte, tu urterai la botta sua in fuora & sì li segarai uno dritto per la faccia, cressendo, s’el bisogna, della tua gamba manca inanci un poco per traverso; & de lì tu farai una megia volta de pugno con la spada tua & serai tornato in coda longa & alta come prima. Chap. 148. La seconde partie.Mais sache que si tu veux être agent contre le gaucher, tu passeras, le trouvant avec la jambe d’épée devant, avec ta jambe droite devant, assez peu vers son coté droit et, dans ce pas que tu feras, tu lui chasseras un falso impuntato au visage, sur son épée. Et lui voyant cela, par peur la poussera à l’extérieur vers ton coté droit, et toi cela cerchi (cerchia : encerclé), pour lui donner un mandritto à sa jambe droite d’épée, avec un riverso sgualembrato ensemble fuyant en arrière à sa place cette jambe droite, et de cette façon tu seras retourné dans la garde du début. Encore à ce gaucher, tu lui chasseras un ponta au visage, entre son épée et son bocle vers son coté gauche, passant dans ce temps avec ta jambe droite devant. Mais sache que lui par peur de cette pointe, il couvrira cette partie gauche, mais la droite sera découverte et toi alors tu lui donneras un mandritto fendente à la tête qui tomberas en porta di ferro alta. Mais si alors lui, ce gaucher, te réponds à ton coté droit, tu choqueras son coup vers l’extérieur et alors tu lui tailleras un dritto au visage, avançant, si il est besoin, ta jambe gauche devant un peu à travers, et de là tu feras une megia volta de pugno avec ton épée et tu seras retourné en coda longa & alta comme au début.
Cap. 149. Della tertia parte contra el mancino. Essendo pure in coda longa & alta, de qui voglio che tu sia paciente, cioè tu darai uno poco di discoperto al ditto mancino alle bande tue de sopra, acciocchè lui abbia cagion de tirarti de uno mandritto o de stocata o roverso: a ciascuna de queste botte tu parerai cressendo con la tua gamba dritta con la targa, overo brochiero & sì li darai a lui de uno mandritto sgualembrato in su la testa con uno roverso sgualembrato, fugiendo per tuo reparo della tua gamba dritta indrieto, al luoco suo dove era prima & lì te assetterai galante & polito. Ma sappi che ogni volta che uno mancino te tira una stoccata, tirerai a lui in uno medesimo tempo uno falso dritto di sotto in suso per la mano della spada, fermo o voi passare della tua gamba dritta per traverso, verso le tue parte dritte; & se esso inanci te tirasse a te d’un falso per la mano, piglialo fermo con la tua targa e poi, passando presto con la tua gamba dritta, caciali de una ponta per la faccia & lì fermati in quella guardia de coda longa e stretta con el tuo piè manco appresso el dritto strengiandolo sempre, con la tua mano bassa dalla spada. Chap. 149. De la troisième partie contre le gaucher.Étant alors en coda longa alta, de là je veux que tu sois patient : c’est-à-dire tu donneras une petite ouverture à ce gaucher à ta partie supérieure, de sorte que lui ai une occasion de tirer un mandritto ou une stoccata ou un riverso. Dans chacun de ces coups, tu pareras avançant avec ta jambe droite avec la targe, ou le bocle et alors tu lui donneras un mandritto sgualembrato dans la tête avec riverso sgualembrato. Fuyant pour te couvrir de la jambe droite en arrière, à la place où elle était avant et là tu t’arrangeras galamment et policé. Mais sache qu’à chaque fois qu’un gaucher te tire une stoccata, tu lui tireras en même temps un falso dritto de bas en haut à la main d’épée, de pied ferme ou alors passant ta jambe droite à travers, vers ton coté droit. Et si étant devant il te tire un falso à la main, prenant de pied ferme avec ta targe, et puis, passant aussitôt avec ta jambe droite, tu lui chasses un ponta au visage, et là finissant dans cette garde de coda longa stretta avec ton pied gauche près du droit l’opposant toujours, avec ta main basse de l’épée.
Cap. 150. Della quarta & ultima parte del dritto contra al mancino.Hora essendo rimaso contra al mancino in coda longa e stretta, io voglio che in questa quarta & ultima parte, che tu tenghi quest’ordine, cioè quando tu volessi tirare quando lui, se lui tira uno dritto, tu tirarai al’incontro de uno roverso, acompagnato sempre la tua mano da la spada con la targa over brochiere che tu haverai in mano; ma se lui tira uno roverso, che tu traghi de uno mandritto sempre al’incontro de lui & va’ come t’ho detto sempre coperto; & se a questo modo farai tu li darai bon conto & non se attentarà mai de tirare. Chap. 150. La quatrième et dernière partie du droitier contre le gaucher.Maintenant étant resté contre le gaucher en coda longa stretta, je veux que dans cette quatrième et dernière partie, que tu tiennes cette règles : c’est-à-dire que quand tu veux le laisser tirer, si lui te tire un dritto, tu tireras à son encontre un riverso, accompagnant toujours ta main d’épée avec la targe ou du bocle que tu auras en main. Mais si lui te tire un riverso, alors tu tires un mandritto toujours à son encontre & allant couvert comme je t’ai toujours dis. Et si de cette façon tu fais tu lui donneras bon compte & il ne tentera jamais de tirer.
Cap. 151. Del ditto mancino contra il dritto.
Et sappi che questo gioco se pò fare contra uno mancino e ‘l mancino el può fare lui contra a uno dritto; & più te dico che uno mancino non ha vantaggio alcuno contra al dritto se non che lui ha imparato contra a uno dritto & quali tuttavia gioca con li dritti; & poche volte trovarai a giocare mancino contra mancino e così uno dritto gioca poche volte con mancini & per questa tale pratica che ha el mancin de giocare con uno dritto el pare ad alcuni che lui habbia vantagio & io dico l’opposito; sicchè torrati gioso di questa fantasia, che per adesso io non voglio dire più oltre & farò fine al parlare contra al mancino, facendoti intendere che io ne ho già fatto ciò che se può fare contra al ditto, ma alquanto per questa quarta parte tu te contenterai al presente.
Chap. 151. De ce gaucher contre le droitier.Et sache que ce jeu peut se faire contre un gaucher et le gaucher peut le faire contre un droitier. Et en plus je te dis qu’un gaucher n’a aucun avantage contre une droitier à part que lui ai appris contre un droitier et qu’il joue tout le temps avec les droitiers. Et peu de fois tu trouveras à jouer un gaucher contre un gaucher et aussi un droitier joue peu de fois contre des gauchers & par ces pratiques qu’a le gaucher à jouer avec un droitier il semble à certains que lui ai l’avantage et je dis le contraire. De sorte que tu tournes en bas de cette fantaise, que pour maintenant je ne veux en dire plus d’autre et je fais fin au discourt contre le gaucher, te faisant comprendre que je l’ai déjà fait tout ce qui peut se faire contre celui-ci, mais aussi par cette quatrième partie tu te contenteras à présent

 

Cap. 152. El quale tratta dello abatimento de spada e imbraciatura da persona a persona. Combattendo da persona a persona de spada e imbraciatura, l’è di bisogno che nel principio, che tu te assetti in coda longa & alta, con il piè manco inanci, stringendo la spada tua & la imbraciatura insieme; ma la ponta della ditta imbraciatura tu la tenirai forte distesa per lo dritto del tuo inimico, & de qui tu serai paciente in aspettare il nemico che te tire prima de te una stocata o ponta o mandritto o roverso; hora nota che a tutte queste botte che lui te tirasse, passarai in tal tempo de la tua gamba dritta inverso le sue gambe manche et li darai, in tal passare, una ponta int’ella faccia o per li fianchi e la gamba manca seguirà la dritta al luogo suo; e fatto questo, per tuo riparo tu voltegerai dui passi verso la imbraciatura sua presto & sì te assetterai in coda longa e stretta ben polito e galante. Chap. 152. Lequel traite du combat de l’épée et de l’imbraciatura en un contre un.Combattant en un contre un avec épée et imbraciatura, il est nécessaire par principe que tu t’arranges en coda longa alta, avec le pied gauche devant, serrant ton épée et l’imbraciatura ensemble. Mais la pointe de cette imbraciatura tu la tiendras fortement tendue vers la droite de ton ennemi, et de là tu seras patient en attendant que l’ennemi te tire un premier une stoccata ou une ponta ou un mandritto ou un riverso. Maintenant, note qu’à tous ces coups qu’il te tire, tu passeras dans ce temps ta jambe droite vers son côté gauche et tu lui donneras, dans ce pas, une ponta au visage ou au flanc et la jambe gauche suivra la droite à sa place. Et cela fait, pour te couvrir, tu tourneras de deux pas vers son imbraciatura rapidement et alors tu t’arrangeras en coda longa stretta bien policé et galamment.
Cap. 153. Dello agente in questa seconda parte. Hora essendo rimaso in coda longa e stretta, in questa parte voglio che tu sia agente, cioè tu troverai el nemico con un roverso traversato fermo e tratto che tu haverai el ditto roverso, tu li spingerai una ponta roversa dal suo lato dritto, con la tua gamba manca in tal tempo passando innanci; e subito, spinto la ditta ponta roversa, tu li darai della penna della imbraciatura tua forte dal lato de sotto in quella dello nimico, passando in dare de ditta imbraciatura della tua gamba dritta forte verso le sue parte manche; e in tempo de tal passare tu li caccierai uno falso impuntato per la faccia, con uno mandritto insieme per le gambe & la spada tua acalarà a porta di ferro larga & la gamba manca andarà drieto alla dritta al luoco suo; e della ditta porta di ferro larga, tirandote il tuo nimico alle parte de sopra, tu te areparerai con uno falso passando della tua gamba manca inverso le parte dritte del nimico & sì li caccierai la imbraciatura tua int’el braccio della spada sua, per modo che tu haverai libertade di darli de uno mandritto per le gambe o vorai una ponta per li fianchi; e fatto questo, per tuo reparo, tu li darai de una urtata con la imbraciatura tua & sì te tirerai duoi o tre passi indrieto secondo che a te parerà e piacerà & lì te assettarai in coda longa & alta con il piè manco inanci ben polito e attillato. Chap. 153. De l’agent dans cette seconde partie.Maintenant, étant resté en coda longa stretta, dans cette partie je veux que tu sois agent : c’est-à-dire tu trouveras ton ennemi avec un riverso traversato de pied ferme, et une fois que tu auras fait ce riverso, tu lui pousseras un ponta riversa à son coté droit, avec ta jambe gauche passant devant dans ce temps. Et aussitôt, poussant cette ponta riversa, tu lui donneras la penna de ton imbraciatura fortement au coté bas dans celle de l’ennemi, passant dans ce coup d’imbraciatura ta jambe droite fortement vers son coté gauche. Et dans le temps de ce pas, tu lui chasseras un falso impuntato au visage avec un mandritto ensemble aux jambes et ton épée tombera en porta di ferro larga et la jambe gauche ira derrière la droite à sa place. Et de cette porta di ferro larga, ton ennemi te tirant à la partie supérieure, tu te couvriras avec un falso passant ta jambe gauche vers le coté droit de l’ennemi et alors tu lui chasseras ton imbraciatura dans son bras d’épée, de sorte que tu auras la liberté de donner un mandritto aux jambes ou alors un ponta au flanc. Et cela fait, pour te couvrir, tu lui donneras un choc avec ton imbraciatura et alors tu te retireras de deux ou trois pas en arrière selon ce qu’il te plaira et aimera, et là tu t’arrangeras en coda longa alta avec le pied gauche devant bien policé et bien mis.
Cap. 154. El qual tratta della tertia parte.
Essendo rimaso in coda longa & alta, de qui l’è forcia a essere paciente, perchè tirandote il tuo nimico de una stocata per la faccia, tu la urtarai con la imbraciatura tua infora verso le parte manche, passando in tal urtare della tua gamba dritta forte innanci; e in tale passare tu butterai la mano tua dritta in la imbraciatura del tuo inimico, o con el pomo o con la mano tu la piglierai de sopra e la tirera’ a te forte, per modo che con poca fatica tu el farai cadere, perchè la penna de sotto li ponterà in lo stinco della sua gamba manca & a questo modo el non se potrà retenere in piede; ma guarda che se lui se tirasse indrieto chè tu non potessi fare la ditta presa, tu gli darai de uno roverso tondo per la faccia con uno mandritto traversato, fugendo per tuo reparo la tua gamba dritta forte de drieto dalla manca, e poi la manca de drieto dalla dritta; & lì te assetterai in coda longa e stretta, polito & galante quanto sia possibile.
Chap. 154. Lequel traite de la troisième partie.Étant resté en coda longa alta, de là il est forcé d’être patient, parce que ton ennemi te tirant une stoccata au visage, tu la choqueras avec ton imbraciatura à l’extérieur vers le coté gauche, passant dans cette parade ta jambe droite fortement devant, et dans ce pas tu jetteras ta main droite dans l’imbraciatura de ton ennemi, et avec le pommeau ou avec la main tu la prendras par dessus et la tireras fortement à toi, de sorte qu’avec peu de fatigue tu le feras tomber, parce que la penna du dessous lui « pontèra » (puntere : pointer ?) dans le tibia de sa jambe gauche et de cette façon il ne pourra se retenir sur ses pieds. Mais regarde que si lui se retire en arrière alors tu ne peux pas faire cette prise, tu lui donneras un riverso tondo au visage avec un mandritto traversato, fuyant pour te couvrir ta jambe droite fortement derrière la gauche, et puis la gauche derrière la droite. Et là tu t’arrangeras en coda longa stretta, policé & galamment autant que possible.
Cap. 155. Seguita la quarta parte del sopraditto abattimento. Tu sai che in nella parte precedente tu rimanisti in coda longa e stretta: adonque de qui tu serai il primo a ferire, cioè tu li tirerai una stoccatella sotto man per la faccia con la tua gamba manca passando dinanci dalla dritta & de fatto aricogliendola apresso la ditta dritta; e in racogliere de ditta gamba tu piegarai la imbraciatura, cioè dal mezo in giuso verso le tue parte dritte, per modo che la gamba tua manca serà discoperta: e questo facio a effetto perchè il tuo nimico te tire de mandritto o roverso alla ditta tua gamba; allhora, tirandote lui de mandritto o roverso, qui reparerai con la imbraciatura tua, forte distendendola a l’ingioso verso terra e, in tale parato, tu passarai della tua gamba dritta inanci verso le sue parte manche & in tal passare tu li cazerai una ponta in la sua gamba dritta o in la faccia, strengendo forte el pugno della spada tua; ma se a te non paresse de dargli della ditta ponta, tu li darai de uno roverso traversato al suo braccio dritto e la gamba manca andarà al luoco consueto, dritto alla dritta & lì voltigerai polito e stretto verso la imbraciatura del tuo nimico, tegnendoli acanata la man sua dalla spada sempre con ponte e megi mandritti al luoco suo discoperto, pirlando alcune volte per tuo aripossare sul piè manco, seguendo il tuo inimico in quelle parte che lui se volterà, & a questo modo tu te refrescherai quando a te piacerà; tenendo questo ordine tu non te stracherai & sarai atto a durare pur assai con le arme in mano. Chap. 155. Suit la quatrième partie de ce combat. Tu sais que dans la partie précédente tu es resté en coda longa stretta, donc de là tu seras le premier à attaquer : c’est-à-dire tu lui tireras un « stoccatella » (stoccata?) la main en dessous au visage avec ta jambe gauche passant devant la droite. Et cela fait, « aricogliendola » près de cette droite, et en ramenant cette jambe tu pencheras l’imbraciatura : c’est-à-dire la moitié basse vers ton coté droit, de façon que ta jambe gauche soit découverte. Et de cette façon en effet pour que ton ennemi te tire un mandritto ou riverso à cette jambe. Alors, lui te tirant ce mandritto ou riverso, là tu protégeras avec ton imbraciatura, l’étendant fortement en bas vers la terre, et dans cette parade, tu passeras ta jambe droite vers son coté gauche, et dans ce pas tu lui chasseras une ponta à sa jambe droite ou au visage, serrant fortement ton poing d’épée. Mais si tu n’as pas envie de donner cette ponta, tu lui donneras un riverso traversato à son bras droit et la jambe gauche iras à la place habituelle, directement à droite et là tu tourneras policé et serré vers l’imbraciatura de ton ennemi, le tenant « acanata » (canata = barrière ?) sa main d’épée toujours avec des ponte et des mezzii mandritti à ses endroits découverts, tournant chaque fois pour rester sur le pied gauche, suivant ton ennemi dans les cotés où lui se tournera et de cette façon tu te « refrescherai » quand il te plaira. Tenant ces règles tu ne te fatigueras pas et tu seras en mesure de durer aussi longtemps avec les armes en main.
Cap. 156. De spada e imbraciatura contra arme inastate. Hora guarda che aretrovandote contra a una arma in asta, cioè partesana o lanciotto o giannetta, tu te reparerai sempre con roversi traversati, hora fermo col piè manco e qualche volta tu passerai del piè dritto per traverso verso le parte manche del nimico, e poi, de fatto, aretornando al luoco tuo, pure con lo piè manco inanci; e de qui, tirandote el ditto inimico, tu passarai della tua gamba dritta verso le tue parte dritte e, in tal passare, tu darai d’uno mandritto traversato a traverso l’asta del nimico, con uno roverso per la faccia, aretirandote di fatto al luogo tuo; e a questo modo, tenendo questo ordine, non potrai perire. Chap. 156. De l’épée et imbraciatura contre les armes d’hast.Maintenant regarde que te retrouvant contre une arme d’hast : c’est-à-dire partisane ou lance ou giannetta, tu te défendras toujours avec des riversi traversati, ici sans bouger avec le pied gauche et chaque fois tu passeras le pied droit à travers vers le coté gauche de l’ennemi, et puis, cela fait, retournant à ta place, aussi avec le pied gauche devant. Et de là, cet ennemi t’attaquant, tu passeras ta jambe droite vers ton coté droit et, dans ce pas, tu donneras un mandritto traversato à travers l’arme d’hast de l’ennemi, avec un riverso au visage, en te retirant de fait à ta place. Et de cette façon, tenant cet ordre, tu ne pourras périr.
Nota che questa figura è posta in questo loco perchè l’altre figure fanno solo una guardia et questa ne fa due, cioè Cinghiara porta di ferro stretta e Becha cesa & ho la posta qua per dispartire insieme l’uno da l’altro. Note que cette illustration est mise à cette place parce que les autres illustrations montrent une seule garde et celle-là en montre deux : c’est-à-dire cinghiara porta di ferra stretta et becha cesa & je l’ai mise que pour départager ensemble l’une de l’autre.
Cap. 157. El quale tratta del contrasto de spada e targa, o vero rotella, o brochier largo contra arme in asta, da solo a solo, e così lanciate come manescamente. L’è da sapere che ritrovandoti con la spada & la rotella overo targa in mano contra a uno che havesse una arma inastata, tu te assetterai con la tua gamba manca inanci, cioè in coda longa & alta: e qui l’è di bisogno essere paciente, sempre tenendo l’ochio fisso al ferro de l’arme del nimico, perchè sapendo ti che con l’armi in asta naturalmente non se tira se non de ponta, o da alto o da basso, adonque, tirandote il tuo nimico de una ponta alle bande de sopra, tu passerai della tua gamba dritta verso le parte manche del nimico & sì li darai in tal passare de uno mandritto traversato a traverse l’asta sua di schibiegie dal lato di sopra, con uno roverso tondo per faccia, seguendo la gamba tua manca alla dritta per de drieto; non abbandonando il tuo nimico mai se l’è possibile, presto tu butterai la mano dalla rotella tua a l’asta sua, aspettandoti lui; et non te aspettando tu te tirerai dui o tri passi indrieto & sì te assetterai come prima ti dissi, galante e polito con la rotella tua o vero targa, stretta insieme con la spada. Chap. 157. Lequel traite des contres de l’épée et targe, ou alors rondache, ou du large bocle contre l’arme d’hast, en un contre un, et aussi des lances de combat.Il faut savoir que se retrouvant avec l’épée et la rondache ou la targe en main contre un qui a une arme d’hast, tu t’arrangeras avec la jambe gauche devant : c’est-à-dire en coda longa alta. Et là il est nécessaire d’être patient, toujours tenant les yeux fixés sur le fer de l’arme de l’ennemi, parce que tu sais qu’avec l’arme d’hast il ne se tire que des ponta naturellement, ou d’en haut ou d’en bas. Donc, ton ennemi t’attaquant d’une ponta à la partie supérieure, tu passeras ta jambe droite vers le coté gauche de l’ennemi et alors tu lui donneras dans ce pas un mandritto traversato à travers son hast de « schibiegie » du coté supérieur, avec un riverso tondo au visage, ta jambe gauche suivant la droite par derrière. Sans jamais abandonner ton ennemi si possible, rapidement tu jetteras ta main de rondache à son hast, si lui t’attend, et sinon tu te retireras de deux ou trois pas en arrière et alors tu t’arrangeras comme au début je te disais, galamment et policé avec ta rondache ou alors ta targe, serrée ensemble avec l’épée.
Cap. 158. Della seconda parte. Hora guarda: con la ponta de l’arme inastata tirando el tuo inimico da alto o voi da basso, tu te reparerai con la rotella tua overo targa, urtando forte in fuora ne l’arme del nimico verso le sue parte dritte & in tal butare tu passerai della tua gamba dritta verso le parte manche del nimico & sì li darai in tal passare de una ponta per li fianchi o vorrai uno mandritto per testa o le braccie del ditto nimico; e tratto la ditta ponta o vero mandritto, per tuo reparo tu te tirerai dui o tri passi indrieto & sì te assetterai de nuovo con la gamba tua manca inanci, pure attilando la persona a modo usato; e de qui in questa tertia & ultima parte che seguirà tu serai paciente. Chap. 158. La seconde partieMaintenant regarde, l’ennemi t’attaquant avec la pointe de l’arme d’hast en d’en haut ou alors d’en bas, tu te défendras avec ta rondache ou alors ta targe, choquant fortement à l’extérieur l’arme de l’ennemi vers son coté droit et dans ce pas tu passeras ta jambe droite vers le coté gauche de l’ennemi et alors tu lui donneras dans ce pas une ponta au flanc ou alors un mandritto à la tête ou aux bras de l’ennemi. Et ayant fait cette ponta ou alors ce mandritto, pour te couvrir tu te retireras de deux ou trois pas en arrière et alors tu t’arrangeras de nouveau avec ta jambe gauche devant, aussi bien mis de ta personne de façon habituelle. Et de là dans cette troisième et dernière partie qui suivra tu seras patient.
Cap. 159. Che denota de l’ultima parte. Adonque essendo, in questa tertia parte & ultima del precedente, assettato in coda longa & alta, cioè con la gamba manca inanci a riscontro della ditta arma in aste, per tua utilitade tu lassarai tirare de una ponta da basso al tuo nimico, dagandoli tu del discoperto un poco dal lato di sotto con la rotella tua o targa, piegandola verso alle tue parte dritte, facendolo per causa che lì traga el tuo nimico: adonque, tirandoti el ditto inimico, tu ti riparerai con uno falso e mandritto, passando in tale urtare della tua gamba dritta verso le parte manche del nimico, ritornando per tuo riparare, non t’aspettando el ditto inimico, dui o tre passi indrieto; ma aspettandoti lui non l’abandonerai mai per infino a tanto che lui fugirà, overo lassarà l’arma inastata sua; anchora alla ponta della ditta arma in asta, tirandoti lui alle bande sopraditte, tu te reparerai con uno falso de lato, urtando in fuora dalle manche sue bande con uno roverso segato per le sue gambe, con la tua dritta gamba passando per lo dritto del tuo nimico, e la manca serà seguita alla dritta per de drieto; e a questo modo, alle ditte armi inastate, tenendo ti questa regola non potrai perire & non ti faranno dispiacere alcuno, seguitando ti l’ordine infrascritto. Chap. 159. Qui montre la dernière partie.Donc étant dans cette troisième et dernière partie du précédent, arrangé en coda longa alta : c’est-à-dire avec la jambe gauche devant à l’encontre de cette arme d’hast. Pour ton utilité tu laisseras ton ennemi tirer une ponta en bas, lui donnant un peu d’ouverture au coté bas avec ta rondache ou ta targe, l’écartant vers ton coté droit, le faisant pour cause que là ton ennemi t’attaquera. Donc, cet ennemi t’attaquant, tu te défendras avec un falso et un mandritto, passant dans cette parade ta jambe droite vers le coté gauche de l’ennemi, retournant pour te couvrir, cet ennemi ne t’attendant pas, de deux ou trois pas en arrière, mais si lui t’attend tu ne l’abandonneras jamais pour finir de sorte que lui fuira, ou laisseras son arme d’hast. Encore à cette ponta de cette arme d’hast, qu’il te tire au coté sus-mentionné, tu te défendras avec un falso de côté, choquant dans l’extérieur de son coté gauche avec riverso taillant à ses jambes, avec ta jambe droite passant par la droite de ton ennemi, la gauche suivra la droite par derrière. Et de cette façon, à ces armes d’hast, en tenant ces règles, tu ne pourras périr et elles ne te feront aucun mal, toi suivant les ordres ici écris.
Cap. 160. Che dimostra il modo che tener debbe uno a piede contra a uno a cavallo.Notificandoti che se tu te abbatessi per disgratia a venire alle mani, ti a piedi, con uno che fusse a cavallo, massime havendo ti la spada e la cappa, disarmati tutti dui e uguale de arme, facendoti intendere che tenendo l’ordine sottoscritto tu non potrai fallare, haverai honore, e però tu sarai acorto a quello che io te dirò; in prima tu te metterai la cappa tua in su il braccio manco in modo che tu la possi gettare via, assettandote con la spada tua e la cappa in cinghiara porta di ferro alta ben polito; e de qui voglio, come el ditto cavallo ti venirà adosso, tu l’aspettarai et gli giettarai la cappa tua in la faccia al sopradetto cavallo del nimico, passando, in tal giettare, della tua gamba dritta verso le sue parte sinistre, dagandoli, in tal passare, de uno roverso tondo in le gambe dinance al ditto cavallo, con uno mandritto insieme attraverso le redine o in la gamba manca del nimico, e la tua spada acalerà in porta de ferro larga; allhora essendo in la ditta porta de ferro larga, tu te butterai con la gamba manca verso le parte sinistre del cavallo & in questo buttare tu cacierai la man sinistra alla briglia e con la spada tu li cacierai una ponta per li fianchi a lui o al cavallo; per tuo areparo tu leverai uno balcio al’indrieto et t’assetterai con la spada tua in coda longa & alta, intendendosi se tu non pigliasse la detta briglia del cavallo, perchè pigliandola tu non l’abandonerai mai per fino a tanto che tu non lo haverai morto o ferito lui o el cavallo, per modo ch’el non te potesse nocere, sempre offendendolo lui o il ditto suo cavallo dalle parte sinistre sue; faciandote a sapere che in queste cose non ti bisogna havere paura de cosa alcuna e serai sempre securo, seguitando sempre le sue parte manche, percotando lui e ‘l ditto cavallo per la testa o per li fianchi o gambe, facendoti sapere che dagando una o due botte in la testa al suo cavallo o vero gambe, el non se asecurerà mai più de venire contra de ti; sicchè accadendoti a simile contrasto andarai securamente senza paura, perchè havendo ti paura el non ti vegnirà fatto cosa alcuna che tu desideri e faciando ti o altro le cose curiosamente, quasi non è possibile che tu non lo faci, ciò che tu vuoi. Adonque attiente al mio consiglio & non pensare che io te dago troppe parole, perchè io sono homo di poche parole; & però questo io farò fine alquanto a questa parte de combattere da piede a cavallo. Chap. 160. Qui montre la façon que doit tenir celui à pied contre un à cheval.T’informant que si tu combat pour malheureusement en venir aux mains, toi à pied, contre un qui est à cheval, généralement toi ayant l’épée et la cape, désarme toute deux et même de l’arme, te faisant comprende que tenant les règles écrite ci-dessous tu ne pourras faillir, tu auras honneur, et néanmoins tu seras attentif à ce que je te dirais. En premier tu mettras ta cape sur la bras gauche de façon que tu puisses la jeter loin, t’arrangeant avec ton épée et ta cape en cinghiara porta di ferro alta bien policé. Et de là je veux que quand ce cavalier te viendra dessus, tu l’attendras et tu jetteras ta cape dans la face du cheval de l’ennemi, passant dans ce pas ta jambe droite vers son coté gauche, lui donnant, dans ce pas, un riverso tondo dans les jambes avant de ce cheval, avec un mandritto ensemble à travers les reins ou dans la jambe gauche de l’ennemi, et ton épée tombera en porta de ferro larga. Alors étant dans cette porta de ferro larga, tu te jetteras avec la jambe gauche vers le coté gauche du cheval et dans ce pas tu tireras la main gauche à la bride et avec l’épée tu lui chasseras une ponta à son flanc ou au cheval. Pour te couvrir, tu lèveras un « balcio » en arrière et tu t’arrangeras avec ton épée en coda longa alta, se comprenant si tu n’as pas pris la bride du cheval, parce que la prenant tu ne l’abandonneras jamais pour ne pas finir avant que tu ne l’ai tué ou blessé lui ou le cheval, de sorte qu’il ne puisse te nuire, toujours l’offensant lui ou son cheval à son coté gauche. Te faisant à savoir que dans cette chose il n’est pas besoin d’avoir peur d’aucune chose et tu seras toujours en sécurité, suivant toujours son coté gauche, le percutant lui et le cheval à la tête ou au flanc ou aux jambes, faisant savoir que donnant un ou deux coup dans la tête de son cheval ou alors aux jambes, il ne sera jamais plus en sûreté en venant à tes contre. Afin que « accadentoti » le même contre tu ira en sécurité sans peur, parce que ayant peur de toi il ne viendra faire aucune chose que tu désires et faisant à toi ou aux autres les choses curieusement, il n’est quasiment pas possible que tu ne le fasse pas, c’est-à-dire ce que tu veux. Donc « attiente » à mon conseil et ne pense pas que je te donne trop de parole, parce que je suis un homme de peu de parole, et néanmoins par cela je fais fin ainsi a cette partie de combat à pied contre un cavalier.
%d blogueurs aiment cette page :