Libro quarto | Livre quatre

L’Opera Nova d’Achille Marozzo est très certainement un des traités d’escrime les plus connus et des plus influents du 16ème siècle. Imprimé pour la première fois en 1536 à Modène, il fut ensuite réimprimé à plusieurs reprises jusqu’au début du 17ème siècle.
Cette œuvre, écrite par un maître d’armes à destination d’un de ses élèves, nous plonge au cœur de l’escrime de la tradition bolonaise. Au travers de cinq livres, Marozzo présente l’utilisation d’armes différentes, telles que l’épée seule ou accompagnée d’une bocle, d’une cape ou d’une rondache, ainsi que l’épée à deux mains, la dague et les armes d’hast. Les techniques décrites pour ces armes sont abordées pour une utilisation dans différents contextes tels que l’escrime de salle, le duel ou la self-défense. On retrouve également un certain nombre de conseils pédagogiques à destination d’un potentiel futur enseignant de l’art des armes.
Aurélien Calonne vous propose ici la traduction du premier livre de cette œuvre, laquelle traite de ces conseils ainsi que du combat à l’épée et à la petite bocle. Abordé principalement à travers d’assauts et destiné principalement à une escrime de salle, Marozzo nous présente ici les fondations de son art qui sont ensuite appliquées aux autres armes et contextes dans le reste de son œuvre.

 

NDT : il s’agit ici d’une première version de la traduction, beaucoup de choses ont été revues et corrigées depuis que cela soit au niveau de la traduction comme de la grammaire. Cette traduction est considérée comme obsolète. N’hésitez pas à nous contacter par ce formulaire pour obtenir une version plus à jour. Nous la laissons néanmoins disponible car elle pourrait servir de base de travail à certaines personnes

LIBRO QUARTO – Livre quatre

il qual tratta de le arme inastate. Lequel traite des armes d’hast.
Cap. 179. Dell’abbattimento di partesana & rotella, da solo a solo.

Qui mi son disposto di componere in questo un combatter novo, attrovato di fantasia bona, di partesana e rotella insieme contra a un altro che havesse le medesime arme; pertanto, tu metterai mente a tutto quello ch’io dirò, perchè se l’accadesse a insegnarlo ad alchuno ch’havesse da combattere per sua differentia, gli potrà giovare. Sicchè in prima tu piglierai la partesana in mano & lo farai assettare con la sua gamba manca inanci ben polito: la partesana tu gliela farai tenere in mano in foggia di lanciarla, ma con la detta rotella che (se l’è possibile) lui tenga coperto la mano dritta, chè il nimico non la veda per niente; digli a questo modo, per utilità sua, che lui debba essere patiente, cioè aspettare el nimico che tire prima di lui, perchè sapendo tu che con la partesana e rotella sopradetta non se può fare altre botte che ponta, o de sopra o de sotto, colui che farà altre botte se non ponta, senza ragione saranno e haveranno pocha pratica; imperò io voglio cominciare la prima parte & voglio parlare fino alla finita sempre con te, ma non con alcuni altri e farò conto che sii tu quello che habbia da combattere.

Chap. 179. Du combat partisane & rondache en un contre un.

Ici je suis prêt à composer dans ce livre d’un nouveau combat, trouvant bonne imagination, de partisane et rondache ensemble contre un qui a les mêmes armes. Pour cela, tu garderas à l’esprit tout ce que je dirais, parce que s’il t’arrive de l’enseigner à un qui doit combattre pour son différent, il pourrait en bénéficier. Donc en premier tu prendras la partisane en main & tu le feras s’arranger avec sa jambe gauche devant bien policé. Tu lui fera tenir la partisane en main à la façon d’une lance, et (si il est possible) avec la rondache qui lui couvre la main droite, pour que l’ennemi ne puisse nullement la voir. Dis lui que de cette façon, pour son utilité, qu’il doit être patient, c’est-à-dire attendre que l’ennemi lui tire en premier. Parce que toi sachant qu’avec cette partisane et rondache il ne peux pas se faire d’autre coup que des ponta, ou d’au dessus, ou d’en dessous, ceux qui feront d’autres coups que des ponta seront sans raison et auront peu de pratique. Cependant je veux commencer la première partie et je veux parler jusqu’à la fin toujours avec toi, et non avec un autre et je vais conté comme si toi tu dois combattre.

Prima parte.

Hora, essendo tu da un canto del steccato e ‘l tuo nimico da l’altro, fa’ che (se l’è possibile) tu pigli dal lato del ponente, perchè l’è migliore che non è levante, a ben che glien’è assai che pigliano el levante per rispetto del sole che non gli daga in la faccia; ma pigliando tu ponente tu balcierai con el tuo nimico da la banda tua dritta e del nimico alla sua banda manca, e a questo modo tu haverai guadagnato il sole e lì t’assettarai contra a lui con la gamba manca innanci e la rotella tua ben distesa per lo dritto del sopradetto, e lì te gli accosterai, sempre acconciando el piè dritto appresso del manco; hora guarda che accostato che tu gli serai, per niente non gli tirare de botta alcuna, perchè sapendo tu che di sopra te dissi ch’io voleva che tu fussi paciente; ma preponiamo che lui sia agente e tu patiente, massime che lui te cacciasse una ponta o d’alto o da basso: io voglio che in el tirare ch’el farà la detta ponta, tu tirerai el piè manco appresso del dritto, per modo che la ponta sua non te offenderà e tu in un medesimo tempo crescerai della gamba tua dritta forte innanci, un poco verso le sue parte manche & li darai a lui de una ponta con la partesana tua in la faccia o vorrai dargli in la mano de la partesana in lo braccio suo; & per tuo reparo tu te tirerai dui o tre passi indrieto e sì t’assetterai in quella medesima guardia de prima.

Première partie.

Maintenant, toi étant d’un coté de la barrière et ton ennemi de l’autre, fait que (si il est possible) tu prennes le coté ouest, car il est meilleurs que le coté est, et bien qu’il y en a beaucoup qui prenne le coté est par respect que le soleil ne donne dans le visage. Mais en prenant l’ouest tu « blacierai » avec ton ennemi de ton coté droit et l’ennemi à son coté gauche, et de cette façon tu auras gagné le soleil et là tu t’arrangeras contre lui avec la jambe gauche devant et ta rondache bien tendu vers la droite de celui-ci. Et là tu t’approcheras de lui, amenant toujours le pied droit près du gauche. Maintenant, regarde que quand tu te seras rapproché de lui, tu ne lui tireras aucune botte, parce que sachant ce que je t’ai dis au dessus, je veux que tu sois patient. Ainsi supposons que lui soit agent et toi patient, généralement lui te chasseras une ponta ou d’en haut ou d’en bas : je veux que dans l’attaque qu’il fera de cette ponta, que tu tires le pied gauche près du droit, de sorte que la sa ponta ne t’offense point et toi dans un même temps tu avanceras de ta jambe droite fortement devant, un peu vers son coté gauche et tu lui donneras un ponta avec ta partisane dans le visage ou alors tu lui donnes dans la main de la partisane dans son bras. Et pour te couvrir, tu te retireras de deux ou trois pas en arrière et alors tu t’arrangeras dans cette même garde qu’au début.

Seconda parte.

Tu sai che in la prima parte tu sei rimaso con la gamba manca innanci: e però tu aticierai el tuo nimico con certe ponte finte, dandogli tu un poco de discoperto con la rotella dal lato di sopra, guardando bene alla ponta della partesana sua, perchè tragandote lui al detto discoperto de ponta, tu la urterai con la rotella in fuora, ma con la partesana tua li darai in la faccia o in la gamba che lui haverà innanci con la ponta, passando, in dare de tale ponta, della tua gamba dritta forte innanci e la manca seguendo al loco suo; per tuo reparo tu te tirerai duoi o tre passi in drieto e sì te assetterai come di sopra dissi.

Seconde partie.

Tu sais que dans la première partie tu es resté avec la jambe gauche devant. Et bien tu provoqueras (attizzare) ton ennemi avec certaines feintes de ponta, lui donnant un peu d’ouverture avec la rondache au coté du dessus, regardant bien la pointe de sa partisane. Parce que lui t’attaquant à cette ouverture d’une ponta, tu la frapperas avec la rondache vers l’extérieur, et avec ta partisane tu lui donneras un ponta au visage ou à la jambe qu’il aura devant, passant en donnant ce coup, ta jambe droite fortement devant et la gauche suivant à sa place. Pour te couvrir tu te retireras de deux ou trois pas in arrière et alors tu t’arrangeras comme dis ci-dessus.

Tertia parte.

Hora, essendo rimaso tu con la gamba mancha inanci, de qui voglio che tu distendi forte la rotella tua inverso al tuo inimico e voglio che senza passare de piede alcuno che tu li daghi de la partesana in la gamba, la quale haverà lui inanci: e questo facio perchè lui habbia cagione de renderte risposta o da alto o da basso e sappi che respondendoti de una ponta per la faza o per la gamba, tu passarai della tua gamba dritta verso le parte dritte del nimico & urterai in tal passare con l’asta della partesana tua in la botta sua che lui tirerà inverso le tue parte manche & sì li darai de una ponta alla roversa int’el petto, tra la rotella sua e la partesana; ma sappi che quando tu farai tale parato, bisogna che la ponta della sopraditta sia volta verso terra e per tuo areparare tu butterai la gamba dritta de drieto dalla mancha e la mancha de drieto dalla dritta e sì aresterai con la detta dritta inanci ben polito e galante.

Troisième partie.

Maintenant, étant resté avec ta jambe gauche devant, de là je veux que tu tendes fortement ta rondache vers ton ennemi et je veux que sans bouger les pieds que tu lui donnes de la partisane dans la jambe qu’il aura devant. Et cela est fait pour que lui ai une raison de te faire une riposte ou d’en haut ou d’en bas et sache que te répondant d’une ponta au visage ou à la jambe, tu passeras avec ta jambe droite vers le coté droit de l’ennemi & tu choqueras dans ce pas l’hast de ta partisane dans le coup que lui te tire vers ton coté gauche et alors tu lui donneras une ponta en revers dans la poitrine, entre sa rondache et sa partisane. Mais sache que quand tu feras cette parade, il est nécessaire que la pointe de la partisane soit tournée vers la terre. Et pour te couvrir tu jetteras la jambe droite derrière la gauche et la gauche derrière la droite et alors tu t’arrangeras avec celle-ci devant bien policé et galamment.

Quarta parte.

Tu sai che in nella parte precedente tu rimanesti con la gamba dritta inanci: de qui voglio che tu strenghi el tuo nimico forte, tragandoti sempre alla mano sua o braccio dritto dalla partesana e fa’ che sempre el piè mancho caci el dritto alinanci, ben stretto con la partesana tua e la rotella insieme; ma se lui in questo tempo te tirasse de botta alcuna, urtala via con la rotella tua e dalli de una ponta de partesana int’el suo piè che lui haverà inanci, pirlando, in tal urtare e dare de ponta, in sul piè dritto e ‘l mancho andarà de drieto; ma sappi che se lui cacciasse la partesana sua tanto forte in la rotella tua che lui non la potesse havere, tu allargarai la mano tua mancha e lassarai cadere la rotella in terra & con la detta mancha e la dritta tu piglierai la partesana manescamente e allhora tu te cargerai forte addosso al tuo inimico, per modo che con poca fatica tu li darai percossa.

Quatrième partie.

Tu sais que dans la partie précédente tu es resté avec la jambe droite devant. De là je veux que tu serres ton ennemi fortement, attaquant toujours à sa main ou bras de partisane, et fait que toujours le pied gauche chasse le droit vers l’avant, en serrant bien ta partisane et ta rondache ensemble. Mais si lui pendant ce temps te tire un coup quelconque, tu le frappes avec ta rondache et tu lui donnes une ponta de la partisane dans le pied que lui aura devant, tournant, dans ce mouvement, sur le pied droit et le gauche ira derrière. Mais sache que si lui te chasse sa partisane si fortement dans ta rondache que lui puisse pas l’avoir, tu étendras ta main gauche et laisseras tomber la rondache par terre & tu prendras ta partisane à deux mains et alors tu le chargeras fortement sur ton ennemi, de façon qu’avec peu de fatigue tu lui donne une percussion.

Quinta parte.

Ma sappi che s’el nimico non caciasse la detta partesana sua in la rotella e anchora tu non lassarai cadere la sopradetta, voglio che essendo tutti dui equale de arme tu te metterai con la tua gamba dritta inanci e lì darai el tuo fiancho dritto discoperto al tuo nimico, con la partesana tua volta con la ponta a terra: e questo facio perchè lui habbia causa de tirarte al ditto fiancho dritto; sapendo tu che tragandoti lui al fiancho sopradetto, tu butterai la gamba mancha forte inanci, verso le parte dritte del nimico e sì urterai in tal passare la botta sua con la partesana tua in fuora dal tuo lato dritto e, in buttare de detta gamba e parare de tal botta che lui tirarà, in uno medesimo tempo tu cacierai la rotella tua int’el suo braccio dritto, per modo che li darai de una ponta dritta manesca int’el petto, in modo che lui non potrà movere la partesana sua, perchè tu con la rotella, tu li harai ligata la sopradetta e non potrà parare la tua ponta dritta; e fatto che tu haverai questo, tu levarai uno balzo indrieto e sì te assetterai con il piè mancho inanci.

Cinquième partie. XXX

Mais sache que si l’ennemi ne chasse pas sa partisane dans ta rondache et alors tu ne laisseras pas tomber celle-ci. Je veux qu’étant tous les deux égaux en armes que tu te mettes avec ta jambe droite devant et là tu donneras ton flanc droit découvert à ton ennemi, avec la pointe de ta partisane tournée vers la terre. Et cela est fait pour que lui ai une raison de tirer à ce flanc droit. Sachant que lui te tirant à ce flanc, tu jetteras ta jambe gauche fortement devant, vers le coté droit de l’ennemi et alors tu frapperas dans ce pas sa botte avec ta partisane vers l’extérieur à ton coté droit et, dans ce pas et cette parade, dans un même temps tu pousseras ta rondache sur son bras droit, de sorte que tu lui donneras une ponta dritta des deux mains dans la poitrine, de sorte que lui ne pourra pas bouger sa partisane, parce qu’avec la rondache, tu lui auras lié celle-ci et il ne pourra pas parer ta ponta dritta. Et une fois cela fait, tu feras un bond en arrière et alors tu t’arrangeras avec le pied gauche devant.

Sesta parte.

Tu sai che in la quinta parte di questa tu rimanesti con la gamba mancha inanci; ma de qui te darò li feriti e li parati della partesana e rotella, o voi essere agiente, o paciente: se tu volesse essere paciente, tu darai la detta gamba mancha discoperta forte al tuo inimico, guardando bene tu sempre a la man sua che te può offendere, overo alla ponta della sopraditta, perchè tirandote lui alla detta gamba mancha, tu urterai con l’asta della partesana tua in l’asta sua, verso le tue parte manche, passando in tal urtare della tua gamba dritta inanci uno poco per traverso, verso le sue parte dritte; & a questo modo tu haverai parato la botta del sopradetto e, a uno tempo medesimo che tu haverai passato e parato, tu li darai a lui de una ponta roversa int’el petto, tra la rotella sua e la partesana, non te movendo de lì, perchè se lui te tirasse a quella banda dritta che tu haverai inanci, voglio che tu li daghi de l’asta tua in la partesana del nimico defuora dalle tue parte dritte & sì li darai a lui in tal tempo una ponta dritta int’el petto o in la pancia, passando in tal parare & ferire della tua gamba mancha inverso alle parte dritte del nimico, distendendo la rotella tua forte inanci per lo dritto del sopradetto, non te movendo, perchè s’el te paresse di fermare in quella guardia tu serai così bono come lui in parare & anchora in ferire, perchè quello si è il suo naturale de’ parati & de’ feriri, tenendola in mano come di sopra dissi

 

Sixième partie.

Tu sais que dans la cinquième partie tu es resté avec la jambe gauche devant. Mais de là je te dirais les attaques et parades de la partisanes et rondache, soit étant agent, soit patient. Si tu veux être patient, tu donneras la jambe gauche découverte fortement à ton ennemi, toujours regardant bien à sa main qui peux t’offenser, ou alors à la pointe de celle-ci. Parce que lui te tirant à cette jambe gauche, tu choqueras avec l’hast de ta partisane dans son hast, vers ton coté gauche, passant dans cette parade ta jambe droite devant un peu à travers, vers son coté droit. Et de cette façon tu auras paré son coup, et dans le même temps que tu auras paré, tu lui donneras un ponta riversa dans la poitrine, entre sa rondache et sa partisane, sans bouger de là, parce que si lui t’attaque au coté droit que tu auras devant, je veux que tu lui donnes de ton hast dans sa partisane vers l’extérieur à ton coté droit & alors là tu lui donneras dans ce temps une ponta dritta dans la poitrine ou au foie, passant dans cette parade-riposte ta jambe gauche vers le coté droit de l’ennemi, tendant ta rondache fortement devant vers la droite de celui-ci, ne bougeant pas, parce que si lui te pare arrêter dans cette garde tu seras aussi bon que lui en parade & aussi en attaque,parce que ceci est sa nature de parer & d’attaquer, les tenant en main comme dis ci-dessus.

Settima parte.

Ma sappi che se tu non volessi tenere la detta partesana in atto de lanciarla, tu la puoi mutare con una finta di lanciarla per di sopra e fare una cambiata come t’è stato insegnato, per modo che tu l’averai sotto mano; e questo non è anchora lui brutto tenere, perchè havendola a questo modo tu la puoi pigliare con tutte due le mane, cioè tu puoi buttare la mano tua mancha alla dritta dinanci, non lassando già la rotella tua e la man dritta tu la puoi pigliare indrieto apresso el calzo; ma l’è ben vero che pigliandola a questo modo bisognaria che la imbracciatura della rotella fusse inchiodata da capo, perchè tu la teneresti meglio in mano la sopradetta partesana; ma anchora te dico che essendo tu alle mani, pure come di sopra te ho detto, che tu non haveresse desavantaggio alcuno a buttare via la rotella tua e pigliare tu la partesana con tutte due le mane manescamente e serrarte a questo modo adosso al tuo inimico; e sappi che io credo veramente che tu haverai uno grande vantagio e per questo rispetto tu li potresti dare a lui bono conto, sicchè notarai.

Septième partie.

Mais sache que si tu ne veux pas tenir la partisane à la façon d’une lance, tu peux la changer avec une feinte de lance par dessus et faire un changement comme je t’ai déjà enseigné, de façon que tu l’auras sous les mains. Et cela n’est pas aussi une mauvaise tenue, parce que l’ayant de cette façon tu peux la prendre avec tes deux mains, c’est-à-dire tu peux jeter ta main gauche devant la droite, n’abandonnant pas ta rondache et la main droite tu peux la mettre en arrière près de la queue. Mais il est bien vu que la prenant de cette façon cela nécessite que l’attache de la rondache soit accrochée à la/de tête, parce que tu la tiendras cette partisane en main au milieu. Mais encore je dis que toi étant avec les mains comme je t’ai bien dis avant, que tu n’auras aucun désavantage à jeter la rondache et prendre la partisane avec tes deux mains et tu t’opposes de cette façon à ton ennemi. Et sache que je crois vraiment que tu auras un grand avantage et par ce respect tu lui donneras bon compte, alors tu noteras.

Ottava parte.

Hora guarda che essendo tu con la rotella imbraciata & con la partesana in mano e che tu t’abattesse in scaramuza o vero contra uno che te lanciasse partesana alcuna overo altre arme, voglio che tu butti la tua gamba dritta inanci per traverso, verso le tue parte dritte, e sì li darai de l’asta tua dentro in la partesana sua, o in altre arme che te fusse lanciate, e sì la butterai via verso le tue parte manche e ‘l bracio della rotella tua tu tignirai piegato un puoco inverso al petto; e fa’ che in tal passare che tu farai della detta gamba dritta che la mancha li seguiti per de drieto, non te movendo, perchè s’el te fusse lanciato da quella parte dritta, tu butterai la gamba mancha inverso le parte dritte del nimico e, in tal passare, tu darai della partesana tua in l’arma sua che te sarà lanciata alla roversa in fuora verso le tue parte dritte & a questo modo la non t’averà fatto dispiacere alcuno; e sì serai tornato con la gamba mancha inanci e lì serai aparato sempre a parare tutte quelle arme che te fusseno lanciate e a questo modo acadendote per sempre mai tu tenirai questo ordine, sapendo che se tu non volesse fermarti in su la gamba dritta ogni volta che tu haverai parato la ditta partesana che te sarà lanciata, tu tornerai de fatto la tua gamba dritta indrieto e a questo modo la mancha sempre serà inanci dalla dritta e così farai ogni volta, notificandoti che questa guardia si è migliore che non è havere la gamba dritta inanci; e imperò tu non te dismenticherai l’ordine soprascritto e avisandote che ogni volta che tu parerai le ditte botte manesche o lanciate, tu volterai sempre la ponta della partesana tua inverso terra per parare più securamente & per questo io faro fine a questo abatimento sopradetto.

Huitième partie.

Ici regarde qu’étant avec la rondache attachés & avec la partisane en main et que tu tombes dans un accrochage ou alors alors contre un qui te lance (peut être un estoc?) un partisane ou tout autre arme, je veux que tu jettes ta jambe droite devant à travers, vers ton coté droit, et alors là tu donneras de ton haste dans sa partisane, ou tout autre armes que lui te lance, et alors tu la jetteras bien vers ton coté gauche et tu tiendras le bras de la rondache un peu plié vers la poitrine. Et fais que dans ce pas que tu feras de ta jambe droite, que la gauche la suive par derrière, sans bouger, parce que si il te lance au coté droit, tu jetteras la jambe gauche vers le coté droit de l’ennemi et, dans ce pas, tu donneras de ta partisane dans l’arme qui te seras lancé en riverso à l’extérieur vers ton coté droit. Et de cette façon, il ne t’auras fait aucune déplaisir. Et alors tu seras tourné avec la jambe gauche devant et là tu sera toujours prêt à parer toutes les armes qui te sont lancé et t’arrangeant de cette façon tu suivras toujours cette règle. Sachant que si tu ne veux pas t’arrêter sur la jambe droite, chaque fois que tu auras paré la partisane qui te seras lancé, tu tourneras de fait ta jambe droite derrière et de cette façon la gauche sera toujours devant la droite et tu feras tout le temps ainsi, t’informant qu’il est mieux de ne pas avoir la jambe droite devant. Et donc tu n’oublieras pas les règles ici écrites et avisant que chaque fois que tu pareras le coup avec les deux mains ou en lance, tu tourneras toujours la pointe de la partisane vers la terre pour parer avec plus de sécurité & par cela je ferais ici fin à ce combat.

Cap. 180. Dello abattimento de partesana sola a corpo per corpo.

Io voglio comenciare al nome de Dio uno abattimento de partesana sola manesca da solo a solo, facendote intendere che havendo da insegnare a homo alcuno che havesse, per sua differentia, da combattere della detta partesana, io voglio che tu li daghi de queste cose, le quale tu troverai qui de sotto in questo; adonque ponili fantasia, perchè io voglio comenciare la prima parte al nome de Dio.

Chap. 180. Du combat de la partisane seule en corps à corps.

Je veux commencer au nom de Dieu un combat de la partisane seule avec les deux mains en contre un, te faisant comprendre qu’ayant à enseigner à un homme qui doit, pour se défendre, combattre de la partisane, je veux que tu lui donnes ces choses, lesquelles tu trouveras ici en dessous. Donc « ponili » fantaisie, parce que je veux commencer la première partie au nom de Dieu.

Prima parte.

Adonque in questo principio, per galantaria, tu te assetterai con la gamba dritta apresso della mancha, pur quatro dita inanci el calzo della partesana tua apreso della ponta del tuo piè dritto, mettando la mano tua dritta a megio l’asta & a questo modo la ponta sopraditta serà di sopra; e de qui voglio che tu faci una volta mancha con la mano dritta, caciando la ponta della partesana tua verso terra, cioè verso le tue parte manche e, in caciare de tal ponta e fare de detta volta mancha, tu farai una reverentia con la tua gamba de drieto per traverso, pigliando l’asta con la mano tua mancha, facendo de fatto una volta dritta, passando con la tua gamba mancha verso le tue parte dritte, per modo che essendo lì tu pigliarai la partesana tua con tutte due le mani, ma la drita serà apresso del calzo e la manca dinanci; non te fermando niente, che tu passi della tua gamba mancha uno gran passo inanci apresso del nimico e lì voglio che tu sie paciente, cioè tu starai a vedere quello che vorrà fare el sopradetto tuo inimico.

Première partie.

Donc dans ce principe, par galanterie, tu t’arrangeras avec la jambe droite près de la gauche, le pied de ta partisane bien quatre doigts devant, près de la pointe de ton pied droit, mettant ta main droite au milieu de l’hast & de cette façon la pointe de celle-ci sera au dessus. Et de là je veux que tu fasses un tour de main avec la main droite, dirigeant la pointe de ta partisane vers la terre, c’est à dire vers ton coté gauche et, dans ce mouvement, tu feras une révérence avec ta jambe en arrière à travers, prenant l’hast avec ta main gauche, faisant de fait une volta dritta, passant avec ta jambe gauche vers ton coté droit, de façon qu’étant là tu prendras ta partisane avec tes deux mains, main la droite sera près du pied et la gauche devant. Sans t’arrêter aucunement, tu passes ta jambe gauche en gran passo devant près de l’ennemi et là je veux que tu sois patient, c’est-à-dire tu attendras de voir ce que veux faire cet ennemi.

Seconda parte.

Hora, essendo arrivato appresso del tuo inimico, per farte avertito che quando te trovasse a uno simile parangone, io voglio che sempre mai tu pigli la partesana tua manescamente, cioè li nodi della tua mano dritta seranno a l’insuso e ‘l polso della detta a l’ingioso volto e li nodi della mano mancha seranno volti a l’ingioso e ‘l polso serà volto a l’insuso, al contrario l’uno de l’altro e farai che volendo tu essere paciente, io voglio per migliore tuo parato che tu abbassi la tua mano mancha e la dritta voglio che tu l’alci, per modo che la ponta della sopradetta serà apresso terra; e lì anderai astrengiando il tuo inimico, cioè fa’ ch’el piè dritto caci il mancho per fino a tanto che lui tirerà o d’alto o da basso. Ma io voglio che, prima, pone che lui te tire da basso una ponta a quella gamba mancha e tu presto con l’asta tua tu la butterai inentro verso le tue parte dritte e sì li darai a lui de una ponta, passando un poco del tuo piè mancho inanci, in el petto o in la facia, non lassando mai la partesana tua con la mano mancha, ritornando pure in quella medesima guardia; e lì serai un’altra volta paciente.

Seconde partie.

Ici, étant arrivé près de ton ennemi, pour faire attention que quand tu le trouves dans une garde similaire, je veux que tu prennes toujours ta partisanes à deux mains. C’est-à-dire les articulations de ta main droite seront en haut et le poignet de celle-ci tourné en bas et les articulations de la main gauche seront tournées en bas et le poignet sera tournée en haut, au contraire l’une de l’autre et tu feras cela voulant être patient. Je veux pour améliorer ta parade que tu abaisses ta main gauche et que tu lèves la main droite, de sorte que la pointe de la partisane sera près de la terre. Et là tu iras t’approcher de ton ennemi, c’est-à-dire en faisant que le pied droit chasse le gauche jusqu’à temps que lui t’attaque soit en haut soit en bas. Mais je veux que, en premier, lui te tire une ponta en bas à ta jambe gauche et toi rapidement avec ton hast tu la jetteras par l’intérieur vers ton coté droit et alors là tu donneras un ponta dans la poitrine ou dans le visage, passant un peu de ton pied gauche devant, ne lâchant jamais la main gauche de ta partisane, retournant aussi dans cette même garde. Et là tu seras une autre fois patient.

Tertia parte.

Ma sappi che essendo tornato in quella guardia come prima te dissi in ne la parte precedente, tu te metterai con la partesana tua pure come io te amaestrai in la prima parte di questo; e de qui voglio che tu abassi forte la ponta della tua sopradetta in verso terra, acciocchè le tue parte di sopra sieno discoperte, e questo facio solo ad effetto, acciocchè lui habia causa legitima de tirarti alle bande sopradette de sopra: ma sappi che tragandote in quello luoco de ponta o de taglio, tu li darai de l’asta tua in la botta che lui tirerà, cioè inentro verso le tue parte dritte, facendoti intendere che quando tu farai tal parato l’è di bisogno che tu abassi la tua mano dritta tirandola a te, per fino a la cintura, non movendo la mancha; e parato che tu haverai la detta botta, tu li darai a lui de una ponta dove tu vederai il descoperto suo, passando in tal tempo uno poco della tua gamba mancha inanci, lassando giocare l’asta tua, sempre per la mano mancha non l’abandonando mai; fatto questo tu te tirerai dui o tri passi indrieto e sì te assetterai con la tua gamba dritta inanci ben polito per traverso, con le tue bracie ben disteso per lo dritto, tenendo pure la ponta della detta partesana inverso terra & lì sarai agiente e paciente come a te piacerà.

Troisième partie.

Mais sache qu’étant retourné dans cette garde comme je t’ai dis ci-dessus dans la partie précédente, tu te mettras avec ta partisane comme je t’ai montré dans la première partie. Et de là je veux que abaisses fortement la pointe de celle-ci vers la terre, de sorte que ton coté du dessus soit découvert. Et cela est fait seulement à cet effet : que lui ai une raison légitime de t’attaquer à ce coté haut. Mais sache que t’attaquant là d’un estoc ou d’un coup de taille, tu lui donneras de ton haste dans le coup que lui te tire, c’est-à-dire de l’intérieur vers ton coté droit, faisant comprendre que quand tu feras cette parade, il est nécessaire que tu abaisses ta main droite la tirant à toi, pour finir à la ceinture, sans bouger la gauche. Et un fois le coup paré, tu lui donneras une ponta là où tu verras qu’il sera découvert, passant dans ce temps un peu de ta jambe gauche devant, laissant jouer (?) ton hast, toujours sans jamais l’abandonner de la main gauche. Cela fait tu te retireras de deux ou trois pas en arrière et alors tu t’arrangeras avec ta jambe droite devant bien policé à travers, avec les bras bien tendus vers la droite, tenant aussi la pointe de la partisane vers la terre & là tu seras agent et patient comme il te plaira.

Quarta parte.

Essendo rimaso con la gamba dritta inanci, io voglio che tu sie paciente, perchè le tue bande manche seranno discoperte e imperò l’è forcia che lo inimico te tire al ditto discoperto; ma sappi che tragandoti lui de botta alcuna da basso o da alto, tu te reparerai con l’asta tua, fermo le tue gambe; se intende che tu butti la partesana del nimico inverso le tue parte dritte e parato che tu haverai la botta sua tu crescerai della gamba tua mancha per lo dritto del nimico e sì li darai de una ponta per la facia; ma guarda ben che quando lui buttarà via, per paura della detta ponta, la partesana tua infuora verso alle tue parte manche, tu li darai de uno taglio o ponta in nella sua gamba mancha o dritta che serà inanci e, per tuo areparo, tu tirerai presto la tua gamba mancha apresso della dritta e sì andarai in guardia polito, con la ponta della partesana tua in terra, buttando in uno tempo presto la gamba mancha tua de drieto della dritta; in tal buttare io voglio che tu scambi le tue mane per tua utilitade, cioè tu butterai dinanci la dritta a l’asta tua e la mancha de drieto & a questo modo tu serai di dentro e ‘l tu nimico serà di fuora e de qui tu puoi essere agiente e paciente, secondo che li acaderà.

Quatrième partie.

Étant resté avec la jambe droite devant, je veux que tu sois patient, parce que ton coté gauche sera découvert et donc il est forcé que l’ennemi te tire à cette ouverture. Mais sache que lui t’attaquant d’un coup quelconque en bas ou en haut, tu te défendras avec ton hast, de pied ferme. Comprend que tu jettes la partisane de l’ennemi vers ton coté droit et ayant faite cette parade tu avanceras de ta jambe gauche vers la droite de l’ennemi et alors tu lui donneras une ponta au visage. Mais regarde bien que quand lui par peur de la ponta, te parera ta partisane vers l’extérieur vers ton coté gauche, tu lui donneras un coup de taille ou une ponta dans la jambe gauche ou droite, celle qu’il aura devant. Et, pour te couvrir, tu retireras rapidement ta jambe gauche près de la droite et alors tu iras en garde policé, avec la pointe de ta partisane en terre, jetant en un temps rapidement ta jambe gauche derrière la droite. Dans ce pas, je veux que tu échanges tes deux mains pour ton utilité, c’est-à-dire tu jetteras devant la droite à ton hast et la gauche en arrière, et de cette façon tu sera dans l’intérieur et ton ennemi sera dans l’extérieur et de là tu peux être agent et patient, suivant ce qu’il arrive.

Quinta parte.

Hora guarda bene che per amore del scambiare delle mane che tu hai fatto, tu te aritroverai scontro al tuo nimico con la gamba tua dritta inanci & de qui tu puoi essere agiente e paciente; ma infine a questo tratto io voglio che tu sie agiente, perchè egli è uno bel tratto da fare, e per questo tu li caciarai una ponta per la facia dal lato suo de fora, de sopra dalla sua asta; ma io voglio che tu sappi che lui per paura della detta tua ponta uscirà con l’asta sua in fuora, verso le tue parte manche, per parar la sopraditta, ma in questo parato io non voglio che tu te lassi trovare l’asta della partesana tua per niente, faciandoti intendere che quando lui ussirà fuora con l’asta sua per parare la ponta che tu li tirarai, io voglio che tu la tiri presto per de sotto dalla sua detta asta e, in tal tirare, tu li caciarai una ponta per la facia o in lo petto dentro via, fra la partesana sua e la persona; e sappi che quando tu li haverai dato la detta ponta, int’el tirare che tu farai indrieto le tue bracie, tu li segarai de uno taglio dritto con la partesana tua per lo suo braccio mancho e in tempo del detto segare tu tirerai la gamba dritta apresso dalla mancha; ma guarda bene che se lui allhora te tirasse de una ponta a quello tuo fiancho dritto dalla coregia in suso, voglio che con l’asta tua tu la butti inverso le tue parte dritte & a questo modo tu haverai parato la sua ponta e sì li segarai a lui de uno taglio dritto in la sua mano mancha che l’haverà lui dinanci; e per tuo reparo tu te tirerai dui o tre passi indrieto e sì tornerai la mano tua mancha dinanci dalla dritta e la dritta de drieto, apresso del calzo della partesana tua, e sì te assetterai con la tua gamba mancha inanci, con la ponta della sopradetta inance per lo dritto del nimico, a l’inscontro della facia sua e tenerai le tue bracie ben distese e polite.

Cinquième partie.

Maintenant, regarde bien que par amour de l’échange des mains que tu as fait, tu te retrouveras contre ton ennemi avec ta jambe droite devant & de là tu peux être agent ou patient. Mais finalement, dans cette section, je veux que tu sois agent, parce qu’il est une belle section à faire, et par cela tu lui chasseras une ponta au visage à son coté extérieur, par dessus son hast. Mais je veux que tu saches que lui, par peur de ta ponta, choqueras avec son hast vers l’extérieur, vers ton coté gauche, pour parer ce coup. Mais dans cette parade, je ne veux pas que tu le laisses trouver l’hast de ta partisane par aucune façon, faisant comprendre que quand lui viendra à l’extérieur avec son hast pour parer la ponta que tu lui tires, je veux que tu la tires rapidement par dessous la sienne, et dans ce mouvement, tu lui chasseras une ponta au visage ou à la poitrine par l’intérieur, entre sa partisane et sa personne. Et sache que quand tu lui auras donné la ponta, dans la mouvement de retrait de tes bras, tu lui tailleras un dritto avec ta partisane à son bras gauche et dans le temps de ce coup tu tireras la jambe droite près de la gauche. Mais regarde bien que si lui alors te tire une ponta à ton flanc droit de la « coregia » en haut, je veux que tu la pares avec ton hast vers ton coté droit & de cette façon tu auras paré sa ponta et alors là tu lui tailleras un dritto dans sa main gauche que lui aura devant. Et pour te couvrir, tu te retireras de deux ou trois pas en arrière et alors tu tourneras ta main gauche devant la droite et la droite en arrière près du pied de ta partisane, et alors tu t’arrangeras avec ta jambe gauche devant, avec la pointe de celle-ci devant vers la droite de l’ennemi, à l’encontre de son visage et tu tiendras tes bras bien tendus et policés.

Sesta parte.

Essendo con la partesana in mano scontro al tuo inimico, tu sai ch’io te dissi in nella quinta parte, che tu haveressi la tua man mancha dinanci dalla dritta e la tua gamba dritta seria de drieto dalla tua mancha e imperò, sapendo tu che la detta tua gamba mancha è dinanci dalla dritta, tu fingerai una ponta con malicia in la facia del tuo nimico per de sopra dalla sua asta: e questo tu lo farai solo ad effetto che lui habbia cagione de parare la detta tua ponta, cioè butteralla lui inverso le tue parte manche. Ma io credo veramente che lui non potrà fare se non come tu desideri, perchè facendo lui altramente tu li potresti dare in la facia della detta ponta. Ma io te dico bene cossì che in el tempo che lui spingierà la partesana sua verso le tue parte manche per parare la ponta tua sopradetta, tu tirerai la partesana tua sopradetta per de sotto dalla sua e sì cacierai in tal tempo de una ponta in la gola, tra la sua asta e la persona per de sopra del suo brazo mancho. E sappi, se tu non li volesse dare in nella detta gola, tu li puoi dare int’el sopradetto bracio suo mancho, sapendo tu che ogni volta che tu vai a ferire, l’è di bisogno che tu cresci sempre un poco della tua gamba mancha inanci; & anchora, tirandote lui la resposta, come debitamente il debbe fare, dal lato tuo dritto o dal mancho, tu butterai, tirandoti lui dal lato dritto, con l’asta tua la partesana sua verso le sue parte manche, tirando in tal parare la tua mano dritta a te e la mancha non movendo, e parato che tu haverai, tu li renderai la resposta di quella natura che a te piacerà. Ma sappi che se lui te tirasse alle bande tue manche, tu farai solamente una meggia volta de pugno per ciascuna man, cioè la mancha voltarà il suo polso verso le tue parte manche e la dritta se voltarà il ditto polso al’insuso e a questo modo tu haverai parato sicuramente la botta del tuo inimico e sì li darai a lui de una ponta dove el serà più discoperto, faciandoti intendere che tenendo tu la partesana tua in questo modo come io t’ho detto, massime havendo la tua gamba mancha inanci, voglio che tu usi sempre questo parato, perchè l’è uno bello parato e securo.

Sixième partie.

Étant avec la partisane en main contre ton ennemi, tu sais que je disais dans la cinquième partie que tu as ta main gauche devant la droite et ta jambe droite sera derrière ta gauche et ainsi, sachant que cette jambe gauche est devant la droite, tu feinteras une ponta avec malice au visage de ton ennemi par dessus son hast. Et cela tu le feras seulement pour l’effet que lui ai une raison de parer ta ponta, c’est-à-dire la parer vers ton coté gauche. Mais je crois vraiment que lui ne pourras rien faire d’autre que ce que tu désires, parce lui faisant autrement tu pourras lui mettre la ponta dans le visage. Mais je te dis bien aussi que dans le temps où lui pousseras sa partisane vers ton coté gauche pour parer ta ponta, tu tireras ta partisane par dessous la sienne et alors tu chasseras dans ce temps une ponta dans la gorge, entre son hast et sa personne par dessus son bras gauche. Et sache, si tu ne veux pas lui donner dans la gorge, tu peux lui donner dans son bras gauche, sachant que chaque fois que tu vas l’attaquer, il est nécessaire que tu avances toujours un peu de ta jambe gauche devant. Et encore, lui te tirant une riposte, comme dûment il doit faire, à ton coté droit ou gauche. SI lui t’attaque au coté droit, tu jetteras avec ton hast sa partisane vers son coté gauche, tirant dans cette parade ta main droite à toi et la gauche ne bougeant pas, et ayant paré, tu lui rendras un riposte de la nature qu’il te plaira. Mais sache que si lui t’attaque au coté gauche, tu feras seulement un meggia volta de pugno de chaque main, c’est-à-dire la gauche tournera son poignet vers ton coté gauche et la droite tournera son poignets vers le haut et de cette façon tu auras paré en sécurité le coup de ton ennemi et alors tu lui donneras une ponta où il sera le plus découvert, faisant comprendre que tenant ta partisane de la façon dont je t’ai parlé, généralement ayant ta jambe gauche devant, je veux que tu utilises toujours cette parade, parce que c’est une belle parade et un parade sécurisante.

Cap. 181. Della finitione de partesana sola.

Io non voglio più componere in questa arte de partesana sola manescha cosa alcuna, perchè sapendo tu che in nel’armi d’asta non gli è troppe botte, perchè generalmente el non se tra’ quasi se non de ponta, dalla roncha e alabarda in fuora & ancho qualche volta de partesana, ma poche volte se tra’ de taglio e per questo io farò fine alla sopradetta.

Chap. 181. De la fin de la partisane seule.

Je ne veux plus composer aucune chose dans cet art de la partisane seule avec les deux mains. Parce que te sachant avec une arme d’hast, il n’y a pas beaucoup de coup. Parce que généralement, il ne s’en trouve pas d’autre que des ponta, de la roncha et hallebarde à l’extérieur & encore parfois de partisane, mais peu de fois se trouve des coups de taille et par cela je fais fin à cette partie.

Cap. 182. Dello abattimento de picha overo lancioto da solo a solo. Chap. 182. Du combat de la pique ou de la lance en un contre un
Prima parte.

Adonque per dare principio alla prima parte del combattere de picha overo lancioto da fante a piede, a homo per homo, in prima essendo contra a uno che havesse una picha overo lanciotto contra de te, tu te metterai con la tua gamba dritta inanci e la tua picha in su le bracie con la mano mancha inanci e la dritta de drieto, con la ponta tua della sopradetta a l’inscontro per lo dritto del petto del tuo nimico; e de qui tu serai paciente in aspettare il tuo nimico che te tire de una lancionata in la persona e tu sempre mai, tu haverai l’ochio al fatto suo, perchè in quel tempo che lui te tirerà la detta lancionata, tu passerai della tua gamba dritta uno gran passo forte per traverso verso le tue parte dritte, alquanto inanci, e li caciarai a lui de una lancionata sotto mano int’el petto o in lo corpo, aritirandote per tuo reparo presto con la tua gamba drita indrieto, tornando la mano mancha a luoco suo; e lì voglio che tu sie agente, cioè voglio che tu sie il primo a ferire.

Première partie.

Donc pour donner les principes de la première partie du combat de la pique ou lance d’infanterie à pied, d’homme à homme, en premier étant contre un qui a une pique ou une lance contre toi. Tu te mettras avec ta jambe droite devant et ta pique sur les bras avec la main gauche devant et la droite derrière, avec la pointe de celle-ci à l’encontre de la poitrine de l’ennemi vers la droite. Et de là tu sera patient en attendant que ton ennemi attaque ta personne. Et toi toujours, tu auras l’œil à ce fait, parce que dans le temps où lui tirera de cette lance, tu passeras de ta jambe droit en gran passo fortement à travers vers ton coté droit, un peu en avant, et là tu lui chasses la lance sous les mains dans la poitrine ou au corps, retirant pour te couvrir rapidement ta jambe droite en arrière, tournant la main gauche à sa place, et là je veux que tu sois agent, c’est-à-dire je veux que tu sois le premier à attaquer.

Seconda parte.

Hora, essendo con la tua gamba mancha inanci scontro al tuo nimico, tu sai che nella prima parte io te dissi che io voleva che tu fossi agiente, cioè el primo a ferire: e però per questo tu passerai con la tua gamba dritta inanci verso le parte manche del nimico e sì li tirerai de una lancionata sopra mano per la facia, la quale fermerà a posta ferma, perchè lui te tire; ma sappi che tirandote lui la risposta, tu camufferai il tuo lancioto per de sotto al suo, passando, in tal tempo de camuffare, della tua gamba mancha verso le tue parte manche per traverso, pigliando in tal passare el tuo lanciotto con la tua mano mancha; non fermando che tu li traghi de una lanciata per lo fiancho dritto, con la detta tua mano mancha, passando della gamba dritta e mancha forte inanci verso sue dritte parte; e se all’hora il tuo nimico te tirasse a quelle parte manche che seranno descoperte, tu la urterai con la detta tua picha, overo lanciotto in fuora verso le tue parte manche, passando nel detto urtare con la tua gamba dritta inanci verso le tue parte dritte; buttando la tua mano dritta dinanci dalla mancha, in un medesimo tempo tu li tirerai, passando con la tua gamba mancha inanci, de una lanciata per la facia, non te fermando per tuo reparo che tu camuffi la tua mano dritta de drieto dalla mancha al pedale e sì tirerai una lancionata, fugiendo della tua gamba mancha indrieto, per modo che tu serai con la tua gamba dritta inanci; e perchè io voglio che adesso tu sie paciente, tu butterai la detta tua gamba dritta de drieto dalla mancha e sì piglierai con la tua mano mancha il lanciotto al luoco suo, cioè dinanci dalla dritta e li darai el galon mancho discoperto al tuo inimico, tenendo la ponta del lanciotto a terra fermo e lì aspettarai che lui te tire al detto tuo galon mancho.

Seconde partie.

Maintenant, étant avec ta jambe gauche devant à l’encontre de ton ennemi, tu sais que dans la première partie je t’ai dis que je voulais que tu sois agent, c’est-à-dire le premier à attaquer. Et donc, pour cela tu passeras ta jambe droite devant vers le coté gauche de l’ennemi et alors là tu tireras de la lance la main par dessus/au dessus des mains au visage, laquelle s’arrêtera en position ferme, parce que lui t’attaque. Mais sache que lui te tirant une une riposte, tu esquiveras de ta lance par dessous la sienne, passant dans ce mouvement, ta jambe gauche vers ton coté gauche à travers, prenant dans ce pas ta lance avec ta main gauche, sans t’arrêter tu lui tailles de la lance au flanc droit avec ta main gauche, passant de la jambe droite et gauche fortement devant vers son coté droit. Et si alors ton ennemi t’attaque à ce coté gauche qui sera découvert, tu le choqueras avec ta pique, ou lance, dans l’extérieur vers son coté gauche, passant dans cette parade ta jambe droite devant vers ton coté droit, jetant ta main droite devant la gauche, dans un même temps tu lui tireras, passant avec ta jambe gauche devant, la lance dans le visage. Sans t’arrêter pour te couvrir tu esquives ta main droite derrière la gauche au pied et alors tu tireras de la lance, fuyant de ta jambe gauche en arrière, de sorte que tu finiras avec ta jambe droite devant. Et parce que je veux que maintenant tu sois patient, tu jetteras ta jambe droite derrière la gauche et alors avec ta main gauche tu prendras la lance à sa place, c’est-à-dire devant la droit et là tu donneras le « galon » gauche découvert à ton ennemi, tenant la pointe de la lance par terre fermement et là tu t’arrangeras pour que lui te tire à ce « galon » gauche.

Tertia parte.

Tu sai che in la seconda parte io te feci tornare della tua gamba dritta de drieto dalla mancha, con la ponta del tuo lanciotto fermo a terra, acciocchè tu fussi paciente, massime s’el tuo nimico te tirasse a quello galon mancho che io te dissi in la detta seconda parte del precedente, come io credo veramente che lui tirerà; ma preponiamo che lui tire al sopradetto galon mancho: tu alciarai le bracie tue all’aera, tutte due de sopra dalla testa al’indrieto, urtando del lanciotto tuo in la botta sua de drieto alla tua schina, piegandote in su la detta schena, e testa indrieto e ‘l corpo al’inanci, per modo che a questo modo tu parerai la lancionata che lui haverà tratto e presto, in tal tempo che tu farai el ditto parato, tu butterai la tua gamba dritta inanci, forte pirlando in su la mancha, con la mano dritta tua dinanci da la mancha, presto buttandola a megio al tuo detto lancioto & a questo modo el tuo nimico non potrà fugire che tu non li daghi a lui percossa o vorrai andare con lui alle strette; ma nota che se tu non volessi andare con lui alle dette strette tu te tirerai dui o tri passi indrieto, con la tua gamba dritta e mancha fugiendo, voltando el tuo lanciotto con la tua mano mancha sopra da la testa e in tal voltare tu lo pigliarai con la man dritta al pedale al luoco suo & de qui tu poi essere agente e paciente, secondo che l’acaderà.

Troisième partie.

Tu sais que dans la seconde partie je t’ai fait tourner ta jambe droite derrière la gauche, avec la pointe de la lance fermement à terre, de sorte que tu sois patient. Généralement ton ennemi tire à ce « galon » gauche comme je t’ai dis dans la partie précédente, et comme je crois vraiment que lui t’attaquera. Donc supposons que lui t’attaque à ce « galon » gauche, tu lèveras tes bras en l’air, les deux au dessus de la tête en arrière, choquant de ta lance dans son coup en arrière de ton dos, te penchant sur ce dos, et la tête en arrière et le corps en avant, de sorte que de cette façon tu pareras le coup de lance qui lui t’aura fait. Et rapidement, dans le temps de cette parade, tu jetteras ta jambe droite devant, tournant fortement sur la gauche, avec ta main droite devant la gauche, la jetant rapidement au milieu de ta lance & de cette façon ton ennemi ne pourra pas fuir sans que tu lui donnes une percussion ou alors aille avec lui dans les strette. Mais note que si tu ne veux pas aller avec lui dans les strette, tu te retireras de deux ou trois pas en arrière, avec la jambe droite et la gauche en fuyant, tournant ta lance avec ta main gauche par dessus la tête et dans ce mouvement tu la prendras avec la main droite au pied à sa place & de la tu peux être agent ou patient, suivant ce qu’il arrivera.

Quarta & ultima parte.

Adonque, essendo assettato con la tua gamba mancha inanci scontro al tuo inimico, de qui voglio che tu sie paciente, cioè tu li leverai el tuo lanciotto con la ponta da terra, driciandola al dritto del petto del nimico, stagando con l’ochio apresso, perchè tragandote lui botta alcuna tu passarai della tua gamba mancha & dritta inanci per traverso verso le sue parte manche e in questo passare de gamba mancha e dritta tu li darai de una lancionata per li fianchi sopra mano, con uno squillo drieto; e per tuo reparo tu butterai la detta gamba dritta de drieto uno gran passo dalla mancha e sì te assettarai pure con la tua gamba e mano mancha inanci ben polito, perchè tirandote lui resposta alcuna drieto, tu sai ben che gli è sempre el suo parato & imperò per questo respetto io farò fine al detto gioco overo combattere del lanciotto overo picha.

Quatrième et dernière partie.

Donc, étant arrangé avec ta jambe gauche devant à l’encontre de ton ennemi, de là je veux que tu sois patient, c’est-à-dire tu lèveras la pointe de ta lance de terre, la dirigeant directement à la poitrine de l’ennemi, « stragando » avec l’œil près. Parce que lui te tirant un coup quelconque, tu passeras tes jambes gauche et droite devant à travers vers son coté gauche et dans ce déplacement tu lui donneras de la lance au flanc par dessus la main, avec un anneau (?) derrière. Et pour te couvrir, tu jetteras cette jambe droite derrière la gauche en gran passo et alors tu t’arrangeras bien avec ta jambe et ta main gauche devant bien policé. Parce que lui derrière ça te tirant un riposte quelconque, tu sais bien qu’elle est toujours sa parade et alors par ce respect je fait fin au jeu et au combat de la lance ou pique.

Cap. 183. De lo abattimento de spiedo da persona a persona. Chap. 183. De combat de spiedo de personne à personne.
Prima parte.

Hora guarda che io te componerò uno abatimento de spiedo breve e galante, e serà utile; sicchè adonque tu farai in l’entrata del stechato una legiadra reverentia con la tua gamba dritta, ridendo pigliarai il spiedo in mano assettandote contra el nimico generosamente, con la gamba tua mancha inance e ‘l petto contra al detto voltandoti a lui, ma con la facia tu guardarai indrieto, tenendo la ponta del tuo spiedo a terra e le tue mane a luoco consueto; e così starai per fino a tanto che la trombetta sona, sapendo tu che la facia voltata al contrario de lo nimico, io el facio per questo effetto, che tu non fusse con parole incantato. Adonque, sentendo la trombetta, tu te n’anderai balciando contra al tuo inimico assettato, con gratia tu te metterai al contrasto de lui con la gamba tua mancha inanci, animosamente, e qui tu aspetterai che lui tira una spedatta o d’alto o da basso, sempre guardando con l’ochio iocondo al spiedo del nimico, cioè al ferro suo galante e polito.

Première partie.

Maintenant, regarde que je te compose un combat sur le spiedo bref et galant, et il sera aussi utile. Ainsi donc tu feras à l’entrée du champs une révérence gracieuse avec ta jambe droite, souriant (?) tu prendras le spiedo en main, t’arrangeant contre l’ennemi noblement, avec ta jambe gauche devant et la poitrine tournée à celui-ci, mais avec le visage tu regarderas en arrière, tenant de la pointe de ton spiedo à terre et les mains à leurs places habituelles. Et ainsi tu resteras jusqu’à temps que la trompette sonne, sachant que le visage tourné au contraire de l’ennemi est fais pour que par cet effet tu ne sois pas envoûté (?) par les paroles . Donc, entendant la trompette, tu t’en ira « balciendo » contre ton ennemi arrangé, avec grâce tu te mettras contre lui avec ta jambe gauche devant, courageusement, et là tu t’arrangeras pour que lui te tire une spedatta soit en haut soit en bas, toujours regardant avec l’oeil « iocondo » au spiedo de l’ennemi, c’est-à-dire à son fer galamment et policé.

Seconda parte.

Adonque, essendo scontro el tuo inimico armato o disarmato, tu te aressetterai con la tua gamba mancha inanci, come di sopra dissi, sapendo tu che in questo luoco tu poi essere agente e paciente, secondo che l’acaderà, ma per questo principio tu serai paciente in aspettare el nimico che te tira d’una spedata per li fianchi o per la facia; ma volendo tu che lui habbia causa licita de tirarte alla detta facia, tu piegarai el spiedo tuo un pocho verso le tue parte dritte e le corne del sopradetto sempre tignendone una al’insuso volta e l’altra al’ingioso, al contrario l’una de l’altra; e così tu aspetterai el detto inimico che te tira prima di te.

Seconde partie.

Donc, étant contre ton ennemi armé ou désarmé, tu t’arrangeras avec ta jambe gauche devant, comme j’ai dis ci-dessus, sachant qu’en cette position tu peux être agent et patient suivant ce qu’il arrivera, Mais pour ce principe tu seras patient en attendant que l’ennemi te tire un spedata au flanc ou au visage. Et voulant que lui ai un cause licite de t’attaquer au visage, tu pencheras ta spiedo un peu vers ton coté droit et la corne de celle-ci sera toujours tourné vers le haut et l’autre en bas, au contraire l’une de l’autre, et ainsi tu attendras que l’ennemi t’attaque.

Tertia parte.

Hora guarda che tragandote lui alla sopradetta facia, tu parerai buttando la tua gamba mancha un poco inanci e la dritta li acocerai de drieto, spingiendo lo spiedo del nimico forte verso le tue parte manche, tirandote el detto un poco a te; ma sappi che in el tirare del detto tuo spiedo, tu li darai, cressendo della tua gamba mancha, de una spedatta inte la tempia mancha o in lo fiancho suo detto, non te lassando mai scappare el spiedo tuo de mano alcuna; e fatto che tu haverai el detto ferire, tu te assetterai tirandote dui passi indrieto per tuo areparare int’ella guardia de prima.

Troisième partie.

Ici, regarde que lui t’attaquant au visage, tu pareras jetant ta jambe gauche un peu devant et la droite placé derrière, poussant le spiedo de l’ennemi fortement vers ton coté gauche, tirant celui-ci un peu à toi. Mais sache que dans ce mouvement, tu lui donneras, en avançant de ta jambe gauche devant, une spedatta dans la tempe gauche ou dans son flanc, sans jamais laisser échapper le spiedo de tes mains. Et ayant fait cette attaque, tu t’arrangeras dans la garde du début, te retirant de deux ou trois pas en arrière pour te couvrir.

Quarta parte.

Tu sai che in nella precedente parte tu rimanesti con la gamba tua mancha inanci: adonque, de qui tu serai agiente in atrovare el nimico de una spedata per lo bracio suo, il quale haverà lui inanci, arecogliendo subito la gamba tua mancha apresso della destra e lì, tragandote lui la risposta el tuo nimico, tu butterai la tua gamba dritta per traverso, forte verso le sue parte manche e li tirerai una spedata sopra mano, o sotto, in la facia, o dove a te parerà, a lui, seguendo in lo detto tirare la gamba tua mancha de drieto, al luoco suo, alla destra; ma presto per tuo reparo tu butterai la tua gamba dritta e poi la mancha indrieto, arecogliendote in tale buttare il spiedo tuo in mano e, voltegiando inverso le parte manche del tuo inimico, qui lo aticiarai assettandote in questa quarta parte con lo piè dritto per traverso, verso le parte manche del sopradetto.

Quatrième partie.

Tu sais que dans la partie précédente tu es resté avec ta jambe gauche devant. Donc, de là tu sera agent en trouvant l’ennemi d’une spedata à son bras, auquel il aura devant lui, en ramenant aussitôt ta jambe gauche près de la droite. Et là, ton ennemi te ripostant, tu jetteras ta jambe droite à travers, fortement vers son coté gauche et alors tu tireras une spedata les mains au dessus/par dessus les main, ou dessous, soit au visage soit où il te plaira, ta jambe gauche suivant dans ce mouvement la droite par derrière , à sa place. Mais rapidement pour te couvrir tu jetteras ta jambe droite et puis la gauche en arrière, ramenant dans ces pas ton spiedo en main et, tournant vers le coté gauche de ton ennemi, là « lo aticiarai » t’arrangeant dans cette quatrième partie avec le pied droit à travers, vers le coté gauche de celui-ci.

Quinta parte.

Nella quarta parte tu rimanesti con la gamba dritta per traverso: adonque per discoperta, tu darai al tuo nimico le parte manche, facendo tu el gioco largo a lui de quella sopradetta parte discoperta, tenendo tu la sagacità tua con l’ochio aperto, perchè tragandote lui a le dette bande tue manche, tu crescerai, parando della forbice dello spiedo tuo, della tua gamba inanci & urtando forte lo spiedo del nimico verso le tue parte manche, passando in questo medesimo urtare della tua gamba dritta verso le parte manche del nimico, li darai del calzo del tuo spiedo in nella facia e venirai alle prese se a te piacerà; ma non volendo venire alle dette prese in el parare della detta tua gamba dritta, tu cacierai mano alla spada tua, overo pugnale, e sì li darai al tuo nimico de uno roverso per le gambe o vorai una ponta per li fianchi, non abandonando mai el spiedo tuo con la mano mancha; & a uno tempo, se a te parerà de havere el meglio, tu lassarai el spiedo tuo e pigliarai el suo: essendo tu più forte de lui tu andarai alle prese con lui e non essendo più forte del detto, fatto che tu haverai el debito tuo tu levarai uno salto, all’indrieto tirandote e aresetandote con lo spiedo tuo come te dissi in nella prima parte, e lì te darò el modo e la via di venire alle prese se a te parerà, quanto che no: io te darò el modo de diffenderte da uno che volesse con te venire alle dette prese, sicchè per questo non havere paura e starai atento.

Cinquième partie.

Dans la quatrième partie tu es resté avec la jambe droite à travers. Donc tu donneras comme ouverture à ton ennemi le coté gauche, faisant le jeu large à lui de cette partie découverte, tenant avec acuité les yeux ouverts, parce que lui te tirant au coté gauche, tu avanceras de ta jambe avant, parant de la forbice de ton spiedo, & choquant fortement le spiedo de l’ennemi vers ton coté gauche, passant dans ce même mouvement ta jambe droite vers le coté gauche de l’ennemi. Là tu donneras tu pied de ton spiedo dans le visage et tu viendras aux prises si il te plaît. Mais si tu ne veux pas aller aux prises dans cette parade de cette jambe droite, tu dirigeras la main à ton épée, ou alors au poignard, et alors là tu donneras à ton ennemi un riverso aux jambes ou alors une ponta au flanc, n’abandonnant jamais le spiedo de ta main gauche. Et dans un temps, si il te plaît d’avoir le meilleur, tu laisseras ton spiedo et tu prendras le sien, étant plus fort que lui tu iras au prises avec lui et sinon sans être plus fort que celui-ci, fais que tu auras ta dette (?), tu feras un saut en arrière te retirant et t’arrangeant avec le spiedo comme je t’ai dis dans la première partie. Et là je donne la façon et la voie pour aller aux prises si il te plaît, ainsi qu’aucune, je t’ai dis les façons de te défendre d’un qui veux venir à ces prises, donc pour cela tu n’auras pas peur et tu resteras attentifs.

Sesta & ultima parte.

Notificandote che in nella quarta parte tu rimanesti con la gamba mancha inanci, adonque l’è da considerare in questa sesta & ultima parte del precedente quale è più forte stare, o con lo piè dritto o con lo mancho inanci; ma pertanto in questo dubio la oppinione mia tengo, che essendo tu dritto & operando el spiedo con la mano mancha inanci che tu debbi tenere per più forteza la detta gamba mancha inanci, perchè se tu non sapesse la cagione te la chiarirò: tutta volta che uno tenerà el spiedo con la man dritta sua inanci verso el ferro, per sua comodità è fortezza de tenere anchora la medesima gamba e s’el tegnirà per lo contrario lui debbe tenere per lo contrario anchora el piede, massime se la mano dritta serà dinance, anchora lì serà la gamba e così se la gamba mancha serà dinanci alla dritta anchora lì serà la ditta man mancha, massime per volere fare presa o per netare presa al tuo nimico; ma se tu volesse fare presa facilmente, tu li andarai con questi parati che tu troverai qui in questo, el modo de intrare e de uscire delle dette prese. Adonque, essendo con la gamba mancha inanci tu starai atento, che volendo tu andare alle prese con el tuo nimico, tu te inscontrarai con il tuo ditto inimico a forbisa per forbisa, storciando le mane tue al contrario di quelle del ditto inimico, per modo che lui non possa tirare el spiedo suo a sè e facendo tu questo tu potrai affondarlo a terra o voi alciarlo al’insuso o da lato e potrai andare con lui alle sopradette prese; ma se tu non volesse consentire alle prese del nimico, ogni volta che lui vorrà inforcare el spiedo suo con el tuo, allhora tu camuffalo tirandolo un poco a te, e poi rispondeli de una spedata; ma se lui te cargasse forte adosso per farte perdere terreno o per sforciarte alle prese, tu allhora volteza verso le sue parte manche sempre con malitia de robarli qualche tempo e lassalo tirare lui sempre prima de te e se così farai gli serà pocho dubio de prese, notificandote che in combattere de detto spiedo, o voi gioco, el non acade troppe cose, perchè non se tira se non de ponta; e solo per questo effetto faremo fine al sopradetto combattere de spiedo a homo per homo.

Sixième et dernière partie.

Je t’informe que dans la quatrième partie tu est resté avec la jambe gauche devant, donc il doit être considérer dans cette sixième et dernière partie du précédent, qui est resté le plus fort, ou avec le pied droit ou le pied gauche devant. Mais par conséquence dans cette question je tiens mon opinion, que toi étant droitier & utilisant le spiedo avec la main gauche devant que tu dois tenir pour plus de force avec la jambe gauche, parce que si tu ne pas la raison je te l’explique : toutes les fois qu’un tient le spiedo avec sa main droite devant vers le fer, pour son aisance il est forcé de tenir la même jambe et si il le tient au contraire, le pied doit aussi doit être tenu au contraire, généralement si main droite est devant, aussi là sera la jambe et ainsi si la jambe gauche est devant la droite aussi là sera la main gauche, généralement pour vouloir faire des prises ou pour contrer les prises de ton ennemi. Mais si tu veux faire des prises facilement, tu iras avec ces parades que tu trouveras là en cela, la façon d’entrer et d’utiliser ces prises. Donc, étant avec la jambe gauche devant, tu resteras attentif, que voulant aller aux prises avec ton ennemi, tu rencontreras ton ennemi à « forbisa » contre « forbisa », tournant tes mains au contraire de celle de l’ennemi, de sorte que lui ne puisse tirer son spiedo à lui et faisant cela tu pourras plonger à terre ou alors lever en haut ou sur le coté et tu pourras aller avec lui à ces prises. Mais si tu ne veux pas consentir aux prises de l’ennemi, chaque fois que tu le verras crocheter son spiedo au tiens, alors tu esquiveras le tirant un peu à toi, et puis tu lui répondras d’une spedata. Mais si lui te « cargasse » fortement dessus pour te faire perdre du terrain ou alors forcer les prises, toi alors tu tourneras toujours vers son coté gauche avec malice de la chose à chaque fois et tu le laisseras toujours tirer en premier à toi et ainsi tu feras si peu de question des prises. Je t’informe que dans le combat ou le jeu de spiedo, il ne se passe pas trop de chose, parce qu’il ne se fait que des attaques de pointe, et ainsi par cet effet je ferais fin à combat de spiedo d’homme à homme

Cap. 184. Dello abatimento della roncha da solo a solo. Chap. 184. Du combat de la roncha en un contre un.
Prima parte.

L’è da notare che con la roncha da persona a persona tu te assettarai con la tua gamba mancha inanci scontro al tuo inimico e quivi la puoi pigliare a megio o da capo, come a te parerà; ma pure diremo in prima che tenendola el tuo nimico a megio, anchora tu la piglierai come lui, sapendo tu che la mano mancha va di sotto dalla dritta verso el calzo della roncha sopraditta e quivi te attilerai, aspettando el ditto nimico che te tire de una ronchata de taglio per testa o per gamba; ma prima, tragandoti lui per la ditta gamba, tu te reparerai buttando la gamba tua mancha uno gran passo de drieto alla tua dritta e in tale buttare tu li darai de uno fendente in su la testa, lassandote giucare e stracorrere dell’asta tua per mano, in modo che la mano mancha serà apresso del calzo tuo della sopraditta e lì sarà acalata in porta di ferro larga; all’hora harai la roncha tua a uno altro modo e lì aspetterai, perchè tragandote lui de novo de sopra, tu te reparerai urtando della roncha sua de sotto in suso, forte, e dal lato un poco verso le parte manche del nimico e, in tale urtare, tu li tirerai della roncha tua per la facia sua, spingiendo e aretornando a luoco tuo con una ponta e lì te assetterai al luoco tuo de prima, con le tue mane al luoco sopraditto, come prima io te dissi.

Première partie.

Il doit être noté qu’avec la roncha en un contre un tu t’arrangeras avec ta jambe gauche devant contre ton ennemi et de là tu peux la prendre au milieu ou à la tête, comme il te plaira. Mais aussi je dirais en premier que ton ennemi la tenant au milieu, alors tu la prendras comme lui, sachant que la main gauche va sous la droite vers le pied de la cette roncha, et là tu seras bien mis, attendant que ton ennemi te tire une ronchata de taille à la tête ou à la jambe. Mais en premier lui te tirant à la jambe, tu te défendras jetant ta jambe gauche en gran passo derrière la droite et dans ce pas tu lui donneras un fendente à la tête, te laissant jouer et surpasser de ton hast en main, de sorte que la main gauche sera près du pied de celle-ci et là tu seras arrivé en porta di ferro larga. Alors tu auras ta roncha d’une autre façon et là tu t’arrangeras, parce que lui t’attaquant de nouveau au dessus, tu te défendras choquant sa roncha de bas en haut, fortement, et sur le coté un peu vers le coté gauche de l’ennemi, et dans cette parade, tu lui tireras de ta roncha à son visage, poussant et retournant à ta place avec une ponta et là tu t’arrangeras à ta place du début, avec tes mains aux places ci-dessus, comme au début je t’ai dis.

Seconda parte.

Tu sai che nella prima parte tu rimanisti con la tua gamba mancha inanci: adonque de qui l’è da vedere in che guardia è ‘l tuo nimico, perchè accadendo lui essere come tu, lo troverai con una vista di fendente per la testa, per metterlo in parato, con la tua gamba dritta passando per lo dritto del tuo inimico: allhora, parando lui alla ditta testa, tu tirerai la roncha un poco a te, in modo che di fatto tu li darai de una ponta per lo petto e, in dare de ditta ponta, per tuo reparo tu tornerai la ditta gamba dritta a luoco, col calzo della roncha tua parando e urtando de sotto o de sopra come accaderà, rispondendote lui de novo; & a questo modo tu harai parato e ferito e retornato in la guardia tua de prima.

Deuxième partie.

Tu sais que dans la première partie tu es resté avec ta jambe gauche devant, donc de là tu regarderas dans quel garde est ton ennemi, parce que lui étant arrangé comme toi, tu le trouveras avec une feinte de fendente à la tête, pour le mettre en parade, avec ta jambe droite passant vers la droite de ton ennemi. Alors lui te parant à sa tête, tu tireras la roncha un peu à toi, de sorte que de fait tu lui donneras une ponta à la poitrine et, en donnant cette ponta, pour te couvrir tu tourneras la jambe droite sur place, avec le pied de ta roncha parant et choquant en bas ou en haut comme il arriveras, lui te ripostant de nouveau. Et de cette façon tu auras paré et attaqué et retourné dans ta garde du début.

Terza parte.

Hora guarda che in questa tertia parte, aretrovandose el tuo nimico con la sua gamba mancha inanci come tu, l’è di bisogno a essere paciente, perchè tragandote lui per testa de una roncata de taglio, tu te reparerai urtando col calzo de la roncha tua in dentro, forte verso le tue parte dritte, e in tale urtare tu li darai del calzo de la roncha int’ella facia, fermo con la tua gamba mancha, pure alquanto un poco inanci crescendo & per tuo reparo e ferire tu li tirerai: dapoi che tu li haverai dato del ditto calzo, in uno medesimo tempo tu li darai de uno fendente in su la testa, fugiendo con la tua gamba mancha de drieto uno gran passo da la dritta e lì serai accalato in porta di ferro larga con la roncha tua; non te fermando, che tu li caci una ponta per la facia per de sopra da la roncha dal suo lato mancho, sapendo tu che per paura della ditta ponta, tu li darai de uno dritto, tirando a te, in le sue gambe; e presto per tuo reparo tu te tirerai dui o tri passi indrieto e sì te assetterai come prima te dissi con la gamba pure tua mancha inanci e la roncha a megio, tenendo el calzo per lo dritto del tuo nimico

Troisième partie.

Maintenant, regarde que dans cette troisième partie, retrouvant l’ennemi avec sa jambe gauche devant comme toi, il est nécessaire d’être patient, parce que lui te tirant à la tête un roncata de taille, tu te défendras choquant du pied de ta roncha à l’intérieur, fortement vers ton coté droit, et dans cette parade tu lui donneras du pied de la roncha dans le visage, sans bouger la jambe gauche, aussi combien un peu devant avançant. Et pour te couvrir et attaquer tu l’attaqueras : suite au coup de pied de roncha, dans un même temps tu lui donneras un fendente dans la tête, fuyant ta jambe gauche derrière la droite en gran passo et là tu seras arrivé en porta di ferro larga avec ta roncha. Sans t’arrêter, tu lui chasseras une ponta au visage par dessus la roncha à son coté gauche, sachant que par peu de cette ponta, tu lui donneras un dritto, tirant à toi, dans ses jambes. Et rapidement pour te couvrir tu te retireras de deux ou trois pas en arrière et tu t’arrangeras comme au début j’ai dis avec la jambe gauche bien devant et la roncha au milieu, tenant le pied vers la droite de ton ennemi.

Quarta parte.

Sapendo tu che nella tertia parte tu rimanesti con la tua gamba mancha contra al nimico, l’è da considerare che qui tu puoi essere agente o paciente; ma pur diremo che essendo patiente in aspettare il tuo nimico che tiri d’alto o da basso, di ponta o mandritto, tu ti riparerai, tirandoti da alto il sopradetto tuo nimico, con la tua roncha all’incontro, tirandoli un mandritto, passando, nel tirar di tal mandritto, con la tua gamba dritta per il dritto del tuo nimico; non fermandoti & di subito tu li voltarai & urtarai col tuo calzo nella roncha dal suo lato dritto, passando in dare de ditto calzo forte con la tua gamba mancha per de fuora dalla dritta del tuo inimico e li cacierai, in questo passare, inte la gola l’asta dinanci al sopraditto, in modo che per respetto de tale passare de ditta gamba mancha e mettere di roncha in nella gola al ditto nimico, el sarà sforciato a cadere indrieto in terra, dagandogli tu l’atto come sai, & a questo modo tu li darai di quelle botte che meglio a te parerà; e fatto questo per tuo riparo tu te tirerai dui o tri passi indrieto e sì te assetterai come di sopra dissi.

Quatrième partie.

Sache que dans la troisième partie tu es resté avec ta jambe gauche à l’encontre de l’ennemi, il doit être considéré que tu peux être agent ou patient. Mais ici je dis qu’étant patient dans l’attente que l’ennemi t’attaque en haut ou en bas, d’une ponta d’un mandritto, tu te couvriras, te retirant de la façon ci-dessus, tirant un mandritto à son encontre avec ta roncha, passant dans ce mouvement, avec ta jambe droite vers la droite de ton ennemi. Sans t’arrêter & aussitôt tu lui tourneras & le choqueras avec le pied de ta roncha à son coté droit, passant dans ce mouvement fortement avec ta jambe gauche vers l’extérieur de la droite de ton ennemi. Et dans ce pas, tu dirigeras l’hast dans la gorge devant celui-ci, de façon que par respect de ce déplacement et de cette attaque, il sera forcé de tomber en arrière par terre, lui donnant la façon comme tu sais, et de cette façon tu lui donneras le meilleurs coup qu’il te semblera. Et cela fait, pour te couvrir, tu te retireras de deux ou trois pas en arrière et alors tu t’arrangeras comme dis ci-dessus.

Quinta & ultima parte.

Hora nota che essendo tu in nella parte precedente rimaso come di sopra dissi, cioè con lo piede mancho inanci scontro al tuo inimico, tu starai acorto, perchè tirandoti lui de ponta o mandritto, per tuo reparo e ferire tu butterai per traverso la tua gamba dritta verso le parte manche del nimico e, in tale buttare, tu li tirerai per le bracie e testa de uno fendente dritto, giocando la roncha tua la mano mancha al calzo di drieto e la mancha gamba seguendo alla dritta per di drieto, non te movendo, perchè tragandote de novo el sopraditto, tu te reparerai con urtare de sotto in su e tirare gioso con el becho della roncha, per traverso o per lo dritto; e fatto questo, per tuo reparo tu li tirerai de una ponta, fugiendo la tua dritta gamba alla mancha per de drieto.

Cinquième et dernière partie.

Maintenant, note qu’étant resté dans la partie précédente comme j’ai dis ci-dessus, c’est-à-dire le pied gauche devant à l’encontre de ton ennemi, tu resteras attentif. Parce que lui t’attaquant d’une ponta ou d’un mandritto, pour te défendre et attaquer tu jetteras à travers ta jambe droite vers le coté gauche de l’ennemi et, dans ce pas, tu l’attaqueras aux bras et à la tête d’une fendente dritto, jouant la main gauche au pied de ta roncha derrière la droite et la jambe gauche suivant la droite par derrière, sans bouger. Parce que celui-ci t’attaquant de nouveau, tu te couvriras avec un choc de bas en haut et tu tireras en bas avec le bec de la roncha, à travers ou vers la droite. Et cela fait, pour te couvrir tu lui tireras une ponta, fuyant ta jambe droite derrière la gauche.

Cap. 185. Che tratta delle arme inastate contra a roncha, alabarda o acia. Chap. 185. Qui traite des armes d’hast contre roncha, hallebarde ou acia.
Prima parte.

Sapendo tu che aretrovandote contra a partesana alciata, subito tu te assetterai con la tua gamba mancha inanci, tenendo la roncha tua in mano con il calzo per lo dritto a modo usato verso il tuo inimico, stagando atento con l’ochio, tenendolo fermo sempre al ferro della partesana de quello che tu haverai presente. Adonque de qui puoi essere paciente e agente, niente di meno dalle parte da alto tu te reparerai passando della tua gamba dritta verso le parte manche del nimico & in tale passare tu li darai in nella sua asta de uno fendente e la gamba tua mancha seguirà la dritta al luoco consueto e qui te assetterai galante e polito.

Première partie.

Sachant que tu te retrouves contre une partisane levée, rapidement tu t’arrangeras avec ta jambe gauche devant, tenant ta roncha en main avec le pied vers la droite de ton ennemi de façon habituelle, restant attentif avec les yeux, les tenant fixés toujours fermement au fer de la partisane que tu auras présente. Donc de là tu peux être patient ou agent, rien de moins du coté haut tu te défendras passant de te jambe droite vers le coté gauche de l’ennemi & dans ce pas tu lui donneras dans son hast un fendente et ta jambe gauche suivra la droite à sa place habituelle et tu t’arrangeras galamment et policé.

Seconda & ultima parte.

L’è da notare che essendo come prima dissi, lanciandote da basso el tuo inimico tu t’areparerai con la tua gamba dritta per traverso dal lato mancho del sopraditto e in tal passare tu li darai con la tua roncha de sotto in suso inverso alle sue parte dritte, tornando per tuo riparo con la tua gamba destra alla mancha de drieto; e lì sarai atto a parare, ogni volta passando con la gamba mancha & dritta secondo che l’acaderà lanciate & così havendo una alabarda o un’acia in mano a questi medesimi modi puoi parare e ferire. Et nota che tutte queste tre sorte di arme sono d’uno medesimo gioco, perciò non gli ho fatto differentia alcuna.

Seconde et dernière partie.

Il doit être noté qu’étant comme j’ai dit au début, ton ennemi t’attaquant en bas, tu te défendras avec ta jambe droite en travers du coté gauche de celui-ci et dans ce pas tu lui donneras avec ta roncha de bas en haut vers son coté droit, tournant pour te couvrir ta jambe droite derrière la gauche. Et là tu sera en mesure de parer, chaque fois passant avec la jambe gauche & la droite suivant comment la lance arrive. Et aussi ayant un hallebarde ou une acia en main, de ces mêmes façons tu peux parer et attaquer. Et note que toutes ces trois sortes d’armes sont d’un même jeu, pour cela je ne ferais aucune différence.

%d blogueurs aiment cette page :